October 25, 2014

Humanité et Pierre Philosophale

Il est vrai qu’à l’heure actuelle les temps semblent troublés. Evidemment, nous avons connu sur cette planète des temps bien plus difficiles, mais il n’y a de temps difficile que ceux que nous vivons directement … Nous pouvons nous interroger sur l’avenir de cette humanité, et voire même, de cette planète. Ce qu’il y a de sur, c’est que la planète, même sans l’humanité, continuera sa course dans le cosmos, et se régénérera des balafres que ses petites levures humaines ont laissées. L’humanité quant à elle … est comparable à ces bactéries proliférant dans le jus sucré du raisin, elles produisent alors l’alcool, et ce dernier va alors, tout simplement, les tuer.
 
L’humanité dans ses 99.99% est analogue. Mais ce dixième de pourcent restant, que produit il ? Il génère une matière nommée Pierre Philosophale, qui pourrait renverser la courbe destructrice de l’humanité.
Sans conteste, les humains vivraient bien mieux avec cette matière à leur disposition. Voyons rapidement pourquoi :


Le système de santé :
 
Les docteurs et les chirurgiens seraient en très petit nombre.
 
Les chirurgies réparatrices se feraient avec l’Huile de la Pierre, stimulatrice des cellules souches et par ingestion de l’élixir.
 
Il n’y aurait plus de maladies mentales ou de problèmes de santé.
 
Il y aurait le choix de mourir ou de partir en lumière, de régénérer et de continuer à vivre encore tant que l’on voudra.
 
Les tares, etc n’auraient plus lieu d’être. Les êtres humains seraient alors parfaits en corps et en esprit. Car elle a le don, si elle est ingérée en conscience pleine et entière, de guérir les traumas de l’inconscient. Les individus trop récalcitrants à l’évolution et étant plutôt voués à désévoluer ou involuer, seraient probablement neutralisés…


Les Sciences :
 
L’exploration se ferait non pas grâce à des machines et des laboratoires, mais sur le terrain et grâce aux sens psychiques parfaitement développés, grâce à l’absorption de l’Elixir.
 
Aurait-on besoin de l’électronique ? Non. Un autre type de technologie basée sur le quartz, l’or de transmutation auraient tout remplacé, l’énergie électrique n’étant pas nécessaire pour les faire fonctionner, il n’y aurait donc pas de besoin de centrales de production.
 
Le déplacement se ferait par téléportation. Les communications par télépathie pour celles faites à distance ou via miroir magique.
 
Les recherches dans un premier temps se baseraient sur la production d’une nouvelle humanité à partir de « parents transmutés », c’est une modification profonde de l’humanité qui se ferait, et qui aurait alors intégré pleinement la Pierre en elle-même.
 
Il y aurait aussi des croisements sur des animaux et des plantes transmutées pour générer des espèces encore plus parfaite, sans nul doute, toute la faune et la flore sur cette planète évolueraient alors en un clin d’œil.
 
La production de lampes éternelles seraient alors la base pour la génération d’énergie on polluante et constante. Cela bannirait aussi toutes les entités malsaines de cette planète par l’afflux de Lumière Divine provoqué par de telles lampes.
 
Sans compter toutes les découvertes archimiques possible que je ne soupçonne pas.
 

L’économie :
 
Elle n’existerait pas. L’or n’aurait pas de valeur. A la rigueur ce seraient les métaux vils qui en auraient, ceux qui ont échappé à la transmutation.
 
La production de gemmes, diamants, etc auraient elles non plus, pas d’intérêt. La Pierre permettant de les produire sans aucuns coûts.


La nourriture :
 
L’Elixir a la faculté d’accélérer la croissance des plantes en toute saison, il n’y aurait donc plus de pénuries.
 
La pousse rapide de plantes réglerait bien des soucis au niveau  du climat, et de la pollution. Mais aussi des ressources en bois, pour le textile ou les matériaux de construction.


Système spirituel :
 
Il serait universel et basé sur l’expérience directe de chaque personne avec la « Divinité » Universelle.
 
Considérant alors que tout vient du Tout Universel, il n’y aurait alors ni guerre, ni délinquance, ni trafics, ni haine, ni violence, car la richesse serait pour tous, tout le temps, partout.

Population :

La population serait probablement déterminée par la sagesse, et contrôlée en fonction, non plus des ressources, mais de l'espace et de la qualité de vie disponible (qui se serait grandement améliorée).

La fertilité serait haute mais la conception se ferait peut être plus rarement, ou tout du moins, moins rapidement qu'à l'heure actuelle ou la vie est au maximum de 100 ans. En effet, des couples pourraient décider de régénérer deux fois (une fois à l'âge de 50 ans et une autre fois à l'âge de 100 pour procréer une première fois). Il y aurait probablement donc à la longue, moins de personnes, mais elles vivraient plus longtemps sur cette planète.


Voilà ce qu’apporterait la Pierre si elle était donnée à tous. Mais la seule condition est qu’elle soit donnée à TOUS, sinon cela ferait des rivalités entre peuples, qui seraient considérés comme supérieurs et d’autres comme inférieurs, générant alors des conflits … Ce n'est bien sûr pas exhaustif, mais cela pourrait vous donner une idée globale des changements très positifs que cela pourrait créer sur cette planète.

October 20, 2014

L'Alchimie dite "Spirituelle" en Magie/Théurgie.

Voilà un concept qui est plus largement utilisé depuis près d'un siècle et qui accompagne le parcours des magiciens depuis la résurgence de certains courants anciens Hermétiques, que je qualifieraient de traditionnel, "ancestraux". Cette sorte de remise au goût du jour a alors été accompagnée d'un foisonnement de concepts qui n'ont pas toujours été heureux, mais d'autres qui ont pourtant permit la connexion entre certaines Sciences Hermétiques, créant alors un "totum" de ces sciences et une vision plus holistique.

Aujourd'hui nous allons voir rapidement et non exhaustivement, le concept de "Grand Oeuvre Alchimique" dans le domaine de la Magie Théurgie, ou ce que d'aucuns nomment "l'Alchimie Spirituelle". Ce concept étant assez vaste (car nous englobons alors le Yoga, les concepts d’Orbites Microcosmiques en Taoïsme etc), nous allons nous restreindre uniquement à la "magie" rituelle et cérémonielle.

Le concept d'Alchimie Magique ne fait pas parti des grimoires et des systèmes magiques anciens, sauf, dans ce que nous pourrions appeler les "nouvelles écoles" de type Aurum Solis, Golden Dawn, OTO par exemple. L'Alchimie Spirituelle "magique", ou le "Grand Oeuvre" des Mages, rime souvent alors avec la conversation avec le Saint Ange Gardien. Mais le concept, loin d'être idiot, est selon moi cependant, incomplet.

L'Alchimie si nous la définissons de manière simple est "une accélération de l'évolution". Nous pourrions  de manière synonyme dire qu'il s'agit aussi de la "transmutation des corps vers un état plus parfait", ce qui rejoint l'évolution accélérée. Plus que la transmutation du métal, nous transmutons le mental, ou l'égo.

Ceci peut, effectivement se faire dans une optique magique, mais, d'après mon expérience en magie, bien peu réussissent, tout simplement car bien peu ont un réel but spirituel en vue ... (à la rigueur ils se transmutent en un égo en "or jeune", jouant alors les gourous, mais pas de Pierre Philosophale en tout cas).

Je remarque aussi qu'en Alchimie nous avons un but fixe, unique, précis : "La Pierre Philosophale" (qui pour tout dire est plus un moyen pour une fin, qui est profondément spirituelle).

En magie Théurgie, même si l'idée est la Conversation avec le Saint Ange Gardien, cela reste cependant peu répandu, tous les cercles n'adoptent pas ces références ni ces buts. D'où peut être plus de confusion dans l'idée de ce que peut être l'Alchimie Spirituelle Magico.Théurgique.

Le gros soucis aussi, sans vouloir blesser la communauté magique, est que tout simplement (de manière générale) les Mages ne savent pas grand chose de l'Alchimie. Il n'y a qu'à lire les incohérences de Franz Bardon dans le livre "Questions réponses", on ne peut réellement imputer cela aux notes de son étudiant, car confondre un Lion rouge et un Lion vert, il faut le faire. Bref, souvent, on est mage ou on est Alchimiste, on est rarement les deux. Non qu'il n'y ait tant que cela de différence entre les deux Sciences, mais elles ont en tout cas une sorte de distance entre elles. Elles ne touchent clairement pas les deux mêmes mondes.

Dire que l'on fait la "Magie Alchimique" sonne bien, ça passe. Mais que dire de celui qui fait de "l'Alchimie Théurgique" ? Personne n'a jamais entendu parler d'une telle chose. Est ce un domaine à entièrement inventer ? Personne n'a eu l'idée de s'approprier la magie dans une optique d'Alchimie ? 
Ce domaine n'existe pas car nous faisons déjà cela. Lorsque nous fondons un métal, nous libérons un champs de force lié à sa nature et qui va répondre /correspondre directement aux influences stellaires en cours. L'Alchimiste sait pourquoi il doit travailler au printemps pour certaines opérations, ou en automne pour d'autres. Le Mage sait pourquoi il doit attendre le lever de telle ou telle planète dans le ciel, et qu'elle soit aspectée, et en tel signe et telle maison pour tel travail.

Le Mage, voyant sa carte du ciel, son "emprunte" énergétique, voit ses difficultés avec certaines planètes - ce qui le "façonne" donc. Il a trop de feu, ou pas assez d'air, etc. Un Mars trop faible, un Saturne trop fort et mal aspecté, etc. Il va alors invoquer ou évoquer, dans tous les cas "communiquer" avec la planète en question et poser les questions qu'il faut pour savoir pourquoi il est ainsi (karma, mission etc), s'il a l'autorisation d'y remédier, et si oui, comment. Dans une autre optique, il va rééquilibrer les énergies qui le compose par des séries d'invocations, de renouvellement de ses fluides électro magnétiques etc. En un sens, c'est un travail de psychothérapie sous égide Divine. Mais est ce là réellement un travail spirituel de transmutation ou d'accélération de l'évolution ? Si cela ne fait que modifier l'égo, mais le laisse toujours en place, à quoi cela rime t'il ? C'est une voie de garage ?

Il fût un temps, je travaillais beaucoup en Magie Théurgie, et ces questions m'intéressaient au plus haut point. J'avais alors monté un système complet de Magie basé sur les quatre couleurs principales du Grand Oeuvre, avec des invocations d'Archanges, et de toute une hiérarchie Angélique, le tout basé sur une année entière (un cycle de coction entier donc). La matière à cuire était alors "moi même". La principale difficulté est alors de trouver un système qui est capable de contacter les Forces Alchimiques de la Création, c'est à dire, celles qui façonnent le cycle de la coction. Ce sont donc des forces "Temporelles". Et cela peu le proposent en réalité.

Mais le réel problème d'un tel système, c'est qu'il est quasi inapplicable en réalité. Le premier vrai, gros problème est le tout début : le travail de l'hiver, le régime de Saturne, le Nigredo. Car c'est là le premier stade à atteindre. Le second soucis est aussi la capacité à capter l'énergie astrale du Feu Secret.

Le péril est alors qu'il faut attirer en soi des forces propices à la putréfaction... ce sont des forces destructrices de Saturne, celles qui font tout pourrir. Et sans un réel contrôle de ces forces, c'est toute votre vie qui va se mettre à pourrir de l'intérieur. Et vous avec. Avec un possible rejaillissement sur vos proches. Si vous ne contrôlez pas ces forces, vous finirez possédé, déprimé au plus haut point et probablement suicidé à la fin. Sans compter les fait que vous irez rejoindre le monde en adéquation avec votre taux vibratoire dans l'autre monde, c'est à dire, les forces de la putréfaction Saturnienne. Les royaumes des égouts cosmiques ne sont pas attirants, ni même les entités qui y vivent.
Dès mon premier rituel j'avais déjà eu une visite d'une entité qui voulait me posséder, et j'ai alors tout cessé. C'était il y a neuf ans. Cela semblait pourtant prometteur mais l'ampleur de la tâche était suicidaire.

C'est probablement pour cela qu'il est plus aisé de faire subir ce cycle là à une matière extérieure à nous même. Car nous pouvons toujours avoir un contrôle, une prise de recul, un agissement sur le cycle en cours (régler les feux etc). Ce qui serait alors impossible avec une série d'invocations magiques sur un an, surtout après un passage au noir total ... Le concept en question n'est pas si simple. Il est même dangereux.

Il en va de même avec le système de "Goetie Alchimisé", l'idée de base étant que chaque Démon est en réalité une projection de notre propre subconscient (idée principalement découlée de David Griffin et de sa branche Golden Dawn pour ce que j'en sais) et le dominer permet alors de dominer en soi même cet aspect. Ok. Cela semble être d'une logique imparable, mais quid de l'évolution de cette bestiole ? Rien. Alors, pourquoi ne pas réellement Alchimiser cette entité et la faire évoluer (Le Roi Salomon les avaient ils enfermés dans le vaisseau d'airain à cet effet ? Comme Oeuf en coction ?) ? Pourquoi plutôt ne pas faire une rédemption de ces Forces, plutôt encore une fois que de faire une sorte de psychothérapie et de fait, chercher à embellir son ego en dominant/soumettant/contrôlant cette force ?
Mais par contre, je pense qu'un tel Mage ne vivrait pas longtemps. Les autres entités Goétiques, récalcitrantes à l'évolution vous tailleraient, vous et votre vie, en pièces menues menues. Histoire que l'idée ne viennent pas à un autre Mage de tenter l'expérience.

C'est pour cela que ceux qui parlent "sérieusement" de "Théurgie Alchimique" en s'imaginant avoir cerné le sujet me font un peu sourire. Les dangers inhérents à la pratique Magique sont réellement de grande ampleur et nous sommes loin de la petite invocation ou du bannissement quotidien. C'est n'est même plus dans certains car de la Magie, mais une réelle expédition en territoire en guerre.

Je pense sincèrement qu'il y a tout de même des sentiers spirituels plus aisés et moins dangereux ... Et nous pouvons tout de même pratiquer cette "Magie Achimique" sans courir autant de risques, mais il faut tout de même savoir ce que nous faisons. Il existe bien des méthodes simples (prières) et rituelles qui permettent déjà un beau travail d'évolution, mais nous devons savoir qu'un tel travail d'évolution, même simple, manifeste en accord avec la Loi d'Equilibre Cosmique, l'inverse, c'est à dire que pour toute force Lumineuse Evolutive attirée sur vous, vous allez avoir la visite de son extrême inverse.

Pas d'étonnements donc, si vous voyez Belzebuth, Satan, ou Astaroth, ou autres, venir vous voir le soir... ou si le chiffre 666 vous poursuit au quotidien. C'est bon signe ! Mais protégez vous tout de même ...

October 18, 2014

Parasites de grosses envergures et initiations.

(Article à ne pas lire après la nuit tombée)


Le titre de cet article pourrait sonner comme celui d'un film d'horreur. Mais la suite de ce poste pourrait finalement nous faire voir que notre réalité est un film d'horreur en lui même.

Il y a de cela 10 ans environs, je lisais un article et tombais sur le récit d'une personne qui avait fait une expérience mystique profonde, et avait eu une révélation importante concernant des entités négatives à l'origine de certaines choses sur cette terre. Cela m'avait beaucoup intrigué, mais je n'avais pu trouver la source de cette information.

Voilà quelques mois, je lis l'ouvrage de Michael Harner "La Voie du Chamane - Un manuel de pouvoir & de guérison" chez MAMA Editions 2011, Paris, dont je recommande vivement la lecture. J'y trouvais alors le récit complet que je cherchais depuis si longtemps !

Je vous fait parti ici d'un passage qui résumera mon propos, Harner vient de prendre de l'Ayahuasca et semble être en mauvaise posture :

"À présent, j’eus la quasi-certitude que j’étais sur le point de mourir. Alors que j’essayais d’accepter mon sort, une partie encore plus profonde de mon cerveau commença à transmettre plus de visions et d’informations. On me « dit » qu’elles m’étaient présentées parce que j’étais en train de mourir et que je ouvais par conséquent recevoir ces révélations sans risques. Je fus informé que c’étaient les secrets réservés aux mourants et aux morts. Je ne pouvais percevoir que très vaguement les êtres qui m’envoyaient ces pensées : des créatures reptiliennes géantes reposant paresseusement au sein des couches les plus profondes de l’arrière de mon cerveau, là où il rencontrait le sommet de la colonne vertébrale. Je ne pouvais que les discerner vaguement au coeur de ce qui semblait être des profondeurs obscures et ténébreuses.

Puis, les créatures projetèrent une scène visuelle en face de moi. Tout d’abord, elles me montrèrent la planète Terre telle qu’elle était il y a des éons, avant qu’apparaisse la vie. Je vis un océan, une terre stérile et un ciel bleu vif. Puis des grains noirs tombèrent du ciel par centaines et atterrirent en face de moi sur le paysage aride. Je pus voir que ces grains étaient en réalité de grandes créatures noires et luisantes aux larges ailes de ptérodactyles et aux immenses corps de baleines. Je ne pouvais pas voir leur tête. Elles s’affalèrent, complètement épuisées par leur voyage, se reposant pendant des éons. Elles m’expliquèrent dans une sorte de langage mental qu’elles fuyaient quelque chose dans l’espace. Elles étaient venues sur Terre afin d’échapper à leur ennemi.

Alors les créatures me montrèrent comment elles avaient créé la vie sur la planète afin de se cacher au sein de ses formes multiples et de dissimuler ainsi leur présence. Devant moi, la magnificence de la création des plantes et des animaux, et de la différenciation des espèces – des centaines de millions d’années d’activité – se déroula à une échelle et avec un éclat impossibles à décrire. J’appris que les créatures ressemblant à des dragons résidaient en fait à l’intérieur de toutes les formes de vie, y compris l’homme. Elles me dirent qu’elles étaient les vrais maîtres de l’humanité et de la planète tout entière. Nous, les humains, n’étions que les réceptacles et les serviteurs de ces créatures. C’est pour cette raison qu’elles pouvaient me parler de l’intérieur de moi-même. (...)

Je ressentis soudain ma distincte humanité, le contraste entre mon espèce et les anciens ancêtres reptiliens. Je commençai à lutter pour ne pas retourner parmi les anciens, qui m’apparaissaient de plus en plus étrangers, peut-être malfaisants. (...)

Le travail de remémoration fut aisé, à l’exception d’une partie de la transe dont je ne pouvais pas me souvenir. (...), le matériau récalcitrant était la communication provenant des créatures à forme de dragon, et la révélation concernant leur rôle dans l’évolution de la vie sur cette planète et leur domination innée de la matière vivante, y compris de l’homme. Je fus très excité par la redécouverte de ce matériau, et je ne pus m’empêcher de ressentir que je n’étais pas censé être capable de le ramener des régions inférieures de mon esprit.

J’éprouvai même une étrange sensation de peur quant à ma sécurité, parce que je possédais à présent un secret dont les créatures m’avaient indiqué qu’il était réservé aux mourants. Je décidai sur le-champ de partager cette connaissance avec d’autres personnes, afin que le secret ne restât pas ma seule propriété, et que ma vie ne fût point mise en péril. Je plaçai mon moteur hors-bord sur une pirogue creusée et me dirigeai vers une mission évangélique américaine proche du village. 

Bob et Millie, le couple de la mission, étaient un cran au-dessus des évangélistes ordinaires envoyés par les États-Unis : accueillants, pleins d’humour et de compassion. Je leur racontai mon histoire. Lorsque je décrivis le reptile dont la gueule laissait jaillir des flots d’eau, ils se regardèrent, cherchèrent leur Bible et me lurent le verset suivant, extrait du chapitre XII de l’Apocalypse :

Et le serpent jeta, de sa bouche, de l’eau comme un flot…

Ils m’expliquèrent que le mot serpent dans la Bible était un synonyme de dragon et de Satan. Je continuai mon récit. Lorsque j’en arrivai à la partie concernant les créatures à forme de dragon, fuyant un ennemi quelque part au-delà de la Terre, et atterrissant ici afin d’échapper à leurs poursuivants, Bob et Millie s’enthousiasmèrent et me lurent à nouveau un extrait du même passage de l’Apocalypse :

Et il y eut une guerre dans les cieux : Michel et ses anges firent la guerre au dragon ; et le dragon combattit, ainsi que ses anges. Et ils n’eurent pas le dessus ; et il n’y eut plus de place pour eux dans les cieux ; et le grand dragon fut chassé, ce vieux serpent, appelé le diable, et Satan, qui trompe le monde entier ; il fut chassé jusqu’à la Terre, et ses anges avec lui.

J’écoutai avec surprise et émerveillement. En retour, les missionnaires semblaient frappés par le fait qu’un anthropologue athée, après l’ingestion du breuvage des « sorciers », pût apparemment avoir eu la révélation d’éléments sacrés contenus dans l’Apocalypse. Lorsque j’eus terminé mon récit, je me sentis soulagé d’avoir partagé mon nouveau savoir, mais j’étais épuisé. Je m’endormis sur le lit des missionnaires, les laissant poursuivre leur conversation sur cette expérience.

Ce soir-là, comme je retournais au village dans ma pirogue (...) J’étais à présent très motivé pour solliciter une opinion professionnelle de la part de l’Indien le mieux informé, un chamane aveugle qui avait mené maintes excursions dans le monde des esprits à l’aide de l’ayahuasca. Il me sembla approprié qu’un aveugle fût mon guide au pays des ténèbres. Je me rendis à sa hutte et lui décrivis mes visions segment par segment. D’abord, je lui parlai des moments les plus spectaculaires ; puis, lorsque j’évoquai les créatures à forme de dragon, j’omis le moment de leur arrivée dans l’espace et dis seulement : « Il y avait ces animaux noirs géants, un peu comme de grandes chauves-souris, plus longues que la longueur de cette maison, qui dirent être les véritables maîtres du monde. » Il n’y a pas de mot pour dragon en conibo, aussi chauve-souris géante me semblait être l’expression la plus précise pour décrire ce que j’avais vu.
Il me regarda de ses yeux aveugles et dit avec un large sourire : « Oh ! ils disent toujours cela. Mais, ils ne sont que les Maîtres des ténèbres extérieures. »

Il montra le ciel de sa main avec nonchalance. Je sentis un frisson courir le long du bas de ma colonne vertébrale, car je ne lui avais pas encore révélé que je les avais vus, dans ma transe, venir de l’espace intersidéral.

J’étais sidéré. Ce que j’avais expérimenté était déjà connu de ce chamane aveugle aux pieds nus ; il en avait fait l’expérience par ses propres explorations du monde caché dans lequel je m’étais aventuré."

Ce passage est fort intéressant et rejoint effectivement ce que d'anciennes écritures disent. Un de mes amis, a fait parti d'un groupe de "chasseurs" dans l'astral - sa vie astrale onirique consciente étant quasi plus riche que sa vie ordinaire, il sait de quoi il parle. Ces chasseurs donc, s'occupent dans les tréfonds de notre univers, de liquider ou de tenter de liquider les entités géantes, primitives et dévastatrices, immondes et proprement horrible. Ils plongent si bas que m'a t'il dis "personne n'en reviens sans séquelles". Ce sont réellement les enfers, les égouts les plus ténébreux de notre Création. Là, certaines entités hybrides "vivent". Un certain Lovecraft a parlé d'une d'entre elles d'ailleurs - (qui est à l'heure actuelle enfermée, mais certaines forces veulent déchaîner ce Kraken sur l'Humanité...) 

Il s'agit généralement d'un mélange entre plusieurs types d'animaux. J'en ai croisé une, une fois. Il s'agissait d'une tortue aux pattes de mygales, et à la tête de serpent. Mais toutes les variations les plus ignobles existent. Lors de mon voyage avec la truffe sacrée (psylocibe Tempelandia) j'ai aussi croisé une entité qui avait eu du pouvoir et une influence malsaine sur moi, tentant de pervertir certaines de mes bons aspects. Mais je vous invite à ne pas trop penser à tout ça.
Elles sont généralement vieilles non pas d'Eons, mais d'Univers. De "Googleons" si nous pouvons utiliser un tel néologisme. Ce sont des entités si récalcitrantes à toutes formes de lumière qu'elles ne peuvent même pas participer semble t'il à la réintégration des êtres. Elles sont le ferment des Univers, le point le plus bas de la création.

Ces entités qu'Harner à vu dans son voyage chamanique, ce sont elles, c'est ce type d'entités. Le Démon dont parle la Bible, c'est d'elle dont il s'agit (entre autre). On ne s'étonnera pas alors de voir que certaines entités de la Goetia soient des hybrides, les "chefs" ayant alors des attributs humains, mais ne sont généralement pas à corps d'"humains" en entiers. Il semble que la dégénération d'une entité soit marquée par cela. Notons encore que certaines entités des plans célestes ("bonnes" entités fautes de meilleurs termes - dans le shamanisme on parle d'entité à compassion ou sans compassion pour l'humanité ou le monde du milieu) sont aussi mi animaux mi humains. Ainsi j'ai pu constater que certains anges de Vénus étaient mixés entre l'animal et l'humain, mais la part humaine et le rayonnement de lumière sont largement plus présent. (exemple : imaginez une femme aux ailes de papillon avec une superbe aura de lumière).

Bael dans la Goetia.

Nous noterons encore le célèbre "Baphomet", mixte de Bouc de Mendès, de corps d'homme et de femme, et de chauve souris. La tentative d'attribution d'un caractère "Divin" à cette Bête est inexact. Il ne s'agit que d'une force involutive Saturnienne. D'où souvent l'attribution de caractéristiques capricorniennes aux "diables" de la religion Catholique, sabots, cornes, poils, odeur nauséabonde. Car ce sont souvent eux qui ont été les pires dans leurs forfaits et les moins discrets. 


Fulcanelli nous en dit :

"Sculptée au-dessus du groupe de l'homme au griffon, vous remarquerez une énorme tête grimaçante, agrémentée d'une barbe en pointe. Les joues, les oreilles, le front en sont étirés jusqu'à prendre l'aspect d'expansions flammés. Ce masque flamboyant, au rictus peu sympathique, apparaît couronné et pourvu d'appendices cornus, enrubannés, lesquels s'appuient sur la torsade du fond de corniche (pl. X). Avec ses cornes et sa couronne, le symbole solaire prend la signification d'un véritable Baphomet, c'est-à-dire de l'image synthétique où les Initiés du Temple avaient groupé tous les éléments de la haute science et de la tradition. Figure complexe, en vérité, sous des dehors de simplicité, figure parlante, grosse d'enseignement, en dépit de son esthétique rude et primitive.. si l'on y retrouve d'abord la fusion mystique des natures de l'OEuvre que symbolisent les cornes du croissant lunaire posées sur la tête solaire, on n'est pas moins surpris de l'expression étrange , reflet d'une ardeur dévorante, que dégage cette face inhumaine, spectre du dernier jugement. Il n'est pas même jusqu'à la barbe, hiéroglyphe du faisceaux lumineux et igné projeté vers la terre, qui ne justifie quelle connaissance exacte de notre destinée le savant possédait... (...) c'est bien un baphomet, renouvelée de celui des Templiers, que nous avons sous les yeux. Cette image, sur laquelle on ne possède que de vagues indications ou de simples hypothèses, ne fut jamais une idole, comme certains l'ont cru, mais seulement un emblème complet des traditions secrètes de l'Ordre, employé surtout au dehors, comme paradigme ésotérique, sceau de chevalerie et signe de reconnaissance. (chap 6 du Mystère des Cathédrales, Pauvert)" Puis il fait la description approfondie de la chevalière que certains de ses proches avaient. Une bague représentant symboliquement une tête de Baphomet.

Connaissance approfondie de Fulcanelli si l'on en juge à son commentaire, qui ne surprendra pas personne si nous faisons alors un rapprochement avec sa possible appartenance ou influence sur la Secte Luciférienne du Grand Lunaire.

Il y a d'autres façon de regrouper un ensemble de symboles initiatiques que sous la forme d'un Bouc androgyne ! Regardons ce qui se dit sur le net à ce sujet :

« Il (Julien Champagne) contribua à constituer dans les parages de l’église Saint Merri une société luciférienne très fermée, dont il dessina lui-même, pour l’occultum où se tenaient les séances rituéliques, le Baphomet, démon mâle et femelle à tête et pieds de bouc ; à ce simulacre templier (…), il ajouta, sous la main droite, un postérieur mitré et, brandi par la main gauche, un emblème impossible à décrire. » et Geyraud d’ajouter que, plus tard, on modifia ce « symbole satanique » (sic) pour lui retirer son caractère d’irréligion et de grossière sexualité. 
Accentuant le côté sulfureux de l’affaire, Geyraud y ajoute une note dramatique : « Champagne devait mourir d’une mort affreuse et lente, rue Rochechouart, pour avoir trahi la secte. Après une lutte inégale et atroce, son corps supplicié, dont la blessure horrible fit croire à quelque lésion lépreuse, fut inhumé au cimetière de Villiers le Bel, où M. Canseliet entretient avec piété son humble sépulture. »
http://www.editions-arqa.com/editions-arqa/spip.php?article2804

"Entre 1922 et 1923, Gaston Sauvage, âgé de 25 ou 26 ans, a assisté à la transmutation de plomb en or dans le laboratoire du 1er étage de l'usine à gaz de Sarcelles, réalisée par Eugène Canseliet, sous les directives de Fulcanelli et en présence de Julien Champagne...
M. Sauvage a été le Pape noir de la secte « Le Grand Lunaire » (Très Haut Lunaire) de magie noire et satanisme. Jules Boucher, Dr Alexandre Rouhier (1888-1968) et Julien Champagne (et autres) aussi ont fait partie de cette secte satanique.
Selon Jacques Sadoul (1934-  ), " Le Trésor des Alchimistes ", éditions J'Ai Lu, 1970, chap.12, ' Les adeptes du siècle XX ', Mr Canseliet lui a dit que Gaston Sauvage encore était vivant après la publication en 1964 du livre "Alchimie. Études divereses de Symbolisme hermétique et de pratique Philosophale " et de fait il a décédé en 1968, âgé de 71 ans..." http://fulgrosse.over-blog.com/40-index.html

On ne peut être plus clair à ce sujet, mais on prendra ces informations avec la réserve qu'il se doit (dire que Fulcanelli était possiblement un Sataniste ne va pas me faire faire des amis, mais bon ...).

Mais voilà que je m'éloigne de mon sujet principal ! Je disais donc qu'il y a des entités pour le peu, étonnantes dans cet univers. J'en veux aussi pour preuve certaines espèces de champignons (mais pourquoi il parle de champignons vous direz vous ? Hé bien attendez la suite). C'est dans le Sciences et Avenir Hors Série octo/nov 2014 que se trouve une information intéressante : 

Page 12 : Une fourmie zombifiée par un champignon. C'est un neuroparasite. Un "ophiocordyceps s'attaque à une fourmi charpentière de Thaîlande ou du Brésil, se greffe sur elle et la contrôle pour lui servir d'hôte. Le champignon la fait descendre à un endroit très précis du tronc de l'arbre, elle mort dans une feuille et meurt, le champignon alors, fait des filaments autour d'elle et et commence à disséminer ses spores. 
Je connaissais déjà les Douves qui s'emparent aussi du système nerveux des fourmi pour les faire aller sur les feuilles de luzerne, afin d'être mangées par les moutons, qu'elles pourront alors coloniser par la suite. 
Mais il existe encore, selon ce magazine d'autres exemple, comme le Cordyceps Ignota, de la famille des parasiteurs d'insectes, il s'attaque à une mygale, et finalement fini par pousser directement en dedans d'elle ...  jusqu'à sa mort. Non nous ne nageons pas en plein délire. Et comme nous le savons, ce qui est en haut est comme ce qui est en bas, et inversement. Ce qui veut dire que énergétiquement, certaines entités sont pareilles à cela. Et généralement, cela provoque des maladies. D'ailleurs, les shamanes "voient" les maladies sous formes d'animaux, et cela m'est aussi arrivé bien des fois après avoir bu un élixir. Le parasite est chassé et se manifeste sous une forme animale ou presque animale. Hauts le coeur garantis parfois.

Mais où je veux en venir ? Je pense sincèrement que l'entité humaine est parasitée elle aussi au niveau psycho-énergétique, et ce de longue date. Je pense que son parasitage est tellement bien fait qu'elle ne s'en rend même pas/plus compte. Je pense que son égo fait parti du lot. Mais qu'il y a, comme ces Dragon le disent, une réelle emprise sur l'être humain, une manipulation ancrée et transmise de génération en génération, par le sang possiblement.
Est ce là l'intérêt de travailler le sang en tant que Voie Alchimique ? Très probablement. Mais sachez qu'il vaut mieux avoir une Pierre minérale (ou végétale) avant. Les risques étant assez grands quant à son exécution et à son ingestion. Notons tout de même que c'est par elle que se faisait la régénération chez les R+C.

Saint Georges, classique du genre.

Certains Alchimistes parlent du moment où nous devons affronter le "Dragon" sur notre chemin, non seulement l'affronter, mais le terrasser ! (Et non pas le tuer). Les références sont grandes quant aux légendes, contes, mythologies, etc etc. Que ce soit dans l'Alchimie, le Zen, la Magie cérémonielle avec l'évocations de Démons, etc etc, nous avons toujours ce combat à un moment donné. Avant cela nous avons surtout la séduction, la rencontre entre l'entité pure et le démon :

Le Diable et Jésus, à ce moment là pas encore totalement Christ.

Peu importe les promesses qui sont faites, il faut savoir garder son discernement, et cela est le vrai combat. N'est pire moment que celui où l'adepte a la Pierre en main, que lorsque l'Eveil est à la portée de soi. Là, tous les démons vont venir souffler une possible gloire égoïste, une vie éternelle mais mortelle, une richesse faramineuse pour contrôler le monde ... En haut comme en bas. Il va falloir choisir judicieusement. Car les pouvoirs donnés sont les mêmes en "haut", mais pas avec le même prix, pas les mêmes contreparties.

La séduction se fait en réalité dès le début du cheminement, dans le noyau même de notre démarche initiatique. L'égo en est toujours pour quelque chose. Ce n'est que petit à petit qu'il se fatigue, qu'il s'use et qu'il devient poreux. Il laisse alors passer de plus en plus de lumière.

Le chemin est long et difficile. Principalement à cause de cette emprise des ténèbres sur nous, sur notre ancrage dans la matière, dans la dualité, dans l'oubli même de notre Moi Divin. Plus nous avançons et plus nous devenons alors nous même un parasite lumineux dans ce monde des ténèbres.
La vie alors se modifie car les entités qui gèrent ce monde sont alors de plus en plus démunies face à celui qui se libère de ses chaines. Que peuvent elles alors contre lui si ce n'est user de stratégie, de psychologie et parfois, tenter de ruiner leur vie ?
La tentation de se battre et de les annihiler est grande, mais c'est utiliser un sentier qui est le leur. La négativité que nous dégagerons ne fera alors que nous plomber plus encore. Et ce n'est pas ce que nous voulons. Si au contraire, nous restons Alchimiste jusqu'au bout, nous comprendrons que ce monde, ces entités ont besoin de FEU, de Coction pour évoluer. Et même si nous conduisons l'Univers au Nigredo, ce n'en est que pour son plus grand bien, car telle est la Loi.

October 17, 2014

Eboquoi ?

Voilà donc la nouvelle bête qui terrorise la planète. Ebola. Il paraît qu'elle s'est mise à muter et que forcément, les vaccins devront être à chaque fois adaptés à la souche. Ce qui complique fortement les choses vous n'en douterez pas. Cependant, à l'heure actuelle, avec si peu de personnes touchées, il y a un ras de marée de peur, d'inquiétude, etc. 

Cela m'a fait me demander : comment pouvons nous nous protéger si jamais le virus arrivait par chez nous, et que la Pandémie devenait mondiale et réellement incontrôlable ? Un peu comme à l'époque de la peste.

A cette époque là, 4 voleurs (voire plus peut être) détroussaient les cadavres des morts de la peste, sans être eux même contaminés. Ils dirent, une fois attrapés, qu'ils en prenaient tous les jours. On leur demanda alors la recette, en échange, ils auraient la vie sauve. Ils la donnèrent, mais furent pendus. 

Bouteille pour le vinaigre des quatre voleurs au musée Paul-Dupuy. Toulouse.

Wikipédia nous en dit que : "La date, le lieu et même le nombre de brigands, de même que la composition du remède lui-même, sont l’objet de différentes variations. La date est généralement comprise entre le xive et le xviiie siècle, et sont souvent citées les villes de Marseille et de Toulouse. (note, l'histoire à aussi bien des variantes ... qui croire au final ?).

Le vinaigre des quatre voleurs fut inscrit au codex en 1748 et vendu en pharmacie comme antiseptique. Cité dans les Mémoires secrets de Bachaumont, il est encore commercialisé aujourd’hui contre les risques de contagion, soins de la peau, capillaires et des muqueuses, fatigue, maux de tête, encombrement respiratoire, élimination des poux et lentes…"

Mais n'est ce pas là de la spagyrie en somme ? Hé bien si. De la simple, basique et efficace spagyrie. 

Wiki nous dit encore : "La composition du remède est variable. Elle est généralement constituée de vinaigre (de vin, de cidre ou autre), dans lequel infusent des plantes ou des épices : absinthe, romarin, sauge, menthe, rue des jardins, lavande, acore odorant, cannelle, girofle muscade, ail, camphre…"

Cependant, si nous cherchons dans les "vieux grimoires" nous avons une recette intéressante et assez simple au final : 

http://books.google.fr/books?id=luYOAQAAIAAJ&pg=PA302#v=onepage&q&f=false

Il est aussi possible d'ajouter des huiles essentielles comme le Tea Tree qui est à la fois antifongique, viral, bactérien ... Il en existe bien des variantes et je pense que celui qui connaît un peu les propriétés des plantes pourra facilement lui même en faire un assez "costaud". Je penche pour ma part, à ajouter des éléments tels que l'huile/soufre de cuivre ou d'argent. Ou même ces métaux sous formes colloïdales. Ils ont en effet la particularité de tuer tous les virus rapidement.

Je ne peux que vous conseiller de faire un peu de ce vinaigre au cas ou. Cela ne coûte pas grand chose et il vaut mieux prévenir que guérir comme on dit.

Il est nécessaire de faire macérer au minimum 15 jours, si possible à une douce chaleur (environs 35°c, maxi à 45°C). Ne pas faire un vinaigre trop concentré cela pourrait agresser les chaires. Puis de bien filtrer, et de stocker hors de la présence de lumière pour ne pas oxyder les HE photosensibles.

Sources :
http://www.magievegetale.fr/precis/sante-naturelle/vinaigre-des-4-voleurs
http://www.cfaitmaison.com/vinaigre/vinaigre-voleurs.html
http://fr.wikipedia.org/wiki/Vinaigre_des_quatre_voleurs

October 06, 2014

Pour le meilleur et pour le pire.

Nous savons que le chemin de l'Alchimie est long et rester des décennies en contact avec certaines matières va changer l'Alchimiste, voire le déséquilibrer. Il y a inconsciemment une fusion avec l'Archétype matériel de la matière travaillée, certaines vont plus ou moins fortement impacter la structure mentale et énergétique de l'opérant. L'énergie s'imprime dans l'aura de l'Alchimiste, dans son esprit, dans son âme. Et ce mariage se fait alors pour le meilleur et pour le pire.

Pour le meilleur car cela change beaucoup de choses sur le long terme. Nous apprenons à bien connaître la matière avec laquelle nous passons tant d'heures. Nous développons une sorte de confiance et de connaissances réciproque. Nous pourrions parler alors d'une sorte d'histoire d'amour, fusionnelle et exclusive. Cela apporte de nombreux avantages, surtout la faculté de pouvoir se concentrer sur une seule et unique matière/voie. Nous savons exactement comment elle va réagir à certains procédés, de quels principes elle est composée, et sous quelles conditions elle se développera le mieux. Cette profonde connaissance peut mener bien vite à de réels succès au laboratoire, et promouvoir assez vite un opérateur à un bon niveau.

Mais sans prendre garde, la structure se modifie, et les défauts sont souvent exacerbés si nous n'y prêtons pas attention, d'où l'importance majeure d'un travail sur soi pendant les travaux de Laboratoire. 

Certes, la matière travaille sur nous, mais pas toujours dans le bon sens. Elle peut nous équilibrer, nous enrichir de ce que nous manquons, mais parfois aussi, nous donner trop d'énergies, de celles que nous avons déjà, et qui sont encore brutes en nous. Nous ne choisissons pas un sujet de départ sans attrait, sans notion de facilité. Nous faisons trop souvent appel à notre résonance personnelle pour une matière, pensant que c'est ce qui sera le meilleur pour nous, car nous la comprenons, et le processus en est de même. 

Nous choisirons souvent un procédé humide si nous sommes "humide" et sec, voire bref, si nous avons en nous beaucoup d'énergie de feu. Ainsi, nous faisons notre sentier d'Alchimie à notre image, selon nos notions de facilité. Mais faisant cela, nous ne nous simplifions pas réellement la tâche. Nous pouvons tomber dans les ornières insidieuses de l'Alchimie. Nous ne faisons que rester dans notre zone de confort, nous n'apprenons alors pas forcément grand chose. Et cela va de même aussi par rapport à des écoles ou des filiations. Il est rare de voir une école être "universelle" dans sa façon de faire (sauf les vrai R+C), bien souvent, il y a une énergie de fond qui teinte la masse de l'enseignement proposé. Il est parfois difficile d'en sortir ... Je pense par exemple à l’école de Caro ou encore celle de Solazaref pour ne citer qu’elles. Non que cela soit négatif, mais cela reste particularisé au niveau des énergies dégagées.

Les dangers insoupçonnés, latents, mais terriblement présent qui nous guettent. Nous devenons alors encore plus comme la Voie que nous pratiquons, matière et procédé compris. Un réajustement régulier est fortement nécessaire. Et cela demande un gros effort, une habitude bien ancrée de remise en question, une grande faculté à se connaître, et surtout, la ferme intention de travailler psychologiquement sur soi durant un tel travail. Beaucoup ne le font pas, et ce qui semblait être une force au départ, devient une ornière dont il est alors impossible de sortir.

Nous voyons aussi cela dans le travail des éléments en Théurgie. Quelque soit la force invoquée elle va aussi bien équilibrer notre structure, qu'en augmenter l'ampleur, son volume. Et malgré les qualités apportées, les défauts vont grossir avec aussi. Et c'est là le soucis.

Nous ne pouvons raisonnablement pas nous laisser aller à un défaut, un déséquilibre, car alors, souvent, une ribambelle de défauts suivent. si nous prenons l'image d'un jardin, cela devient plus clair : oubliez de désherber régulièrement et vous verrez que de pissenlits ou de plantain inoffensifs, on passe à des orties, aux ronces, puis aux chardons, etc ...

Un autre danger inhérents à la "mono voie" ou à la "mono énergie/gamme", est forcément de laisser tomber les possibilités qui sont ailleurs. Non seulement l'esprit se resserre et ne voit plus l'Alchimie que sous un seul point de vue (sa propre voie) : "mais si il parle de CETTE Voie, tu ne vois donc pas ?!", ce qui accessoirement peut provoquer des tensions lorsqu'on cherche à prêcher SA bonne parole aux autres, et cela conduit obligatoirement à un manque de curiosité, de créativité et d'ouverture d'esprit, et de fait, cela nuit aux progrès possible que l'Alchimiste aurait pu faire.

Même si nous travaillons sur une matière en particulier et que nous en sommes devenu un spécialiste pour ainsi dire, il est alors nécessaire de comprendre que le chemin des autres est possiblement tout aussi valable. Et cela ne peut réellement se comprendre que lorsqu'il y a eu une réelle, profonde, vaste compréhension des principes directeurs de l'Alchimie.

September 10, 2014

De l'interaction des disciplines.

Ecrire sur le sujet de l'Alchimie m'est parfois difficile. Mes intérêts, mon entrain du moment, portent mon attention parfois ailleurs. 

A l'heure actuelle je suis enclin à faire "du lien" entre les disciplines qui semblent parfois ne pas en avoir avec l'Alchimie/Spagyrie. Ce n'est pas une chose si complexe qu'il n'y paraît au final. Les points communs se font rapidement et l'enrichissement mutuel des disciplines permet alors un flux, une symbiose, une collaboration entre les sciences/arts. Un enrichissement mutuel des disciplines permet une réelle potentialisation de nos pratiques par la suite, et c'est, selon moi, une chose absolument indispensable à tout praticien. Au lieu de rester "cloitré" dans son système, sa vision, son fonctionnement particulier, nous ouvrons alors un pan de notre discipline de prédilection et le connectons à quelque chose de possiblement complémentaire (c'est toujours, ne serais ce qu'un peu, complémentaire).


La Vision de l'un complète la Vision de l'autre, sans pour autant dénaturer la nature profonde des disciplines en question. Il en va par exemple de la Théurgie et de l'Astrologie, ou encore de ces deux sœurs et de l'Alchimie.

Tout cela forme une famille, avec des particularités, des spécificités qui font que ces "rouages" forment une mécanique complète et fonctionnelle. Une harmonie naît alors de ces conjonctions. Unions et réunions qui, évidement, éclipsent certaines certitudes que nous avons, les détruisent, mais aussi illuminent des aspects qui nous semblaient alors passer en second plan. La reconnexion avec le reste du "corpus" est alors étonnante. La "sphère" de notre discipline croit un petit peu plus, ainsi que celle de sa consœur complémentaire.

Mais ceci ne se passe que si nous même étons ouvert, adaptable, souple, disponible mentalement et émotionnellement, voire, égotiquement. Toute cristallisation du soi à un niveau ne permettra pas la diffusion du nouveau message, du mercure, dans notre être. Comme pour toute transmutation, il faut prendre un métal disponible, donc, en fusion ou en solution ... il faut donc éveiller notre mercure intérieur, apte à cette fusion, et à la disponibilité de nos principes intérieurs.

La curiosité, l'attrait, parfois une guidance spirituelle intérieure nous pousse à cela. Une autre personne peut aussi réveiller cet entrain et ce plaisir de découverte, de comparaisons, d'apprentissage.

Il est dit que nous avons le revenu moyen des 5 personnes qui nous sont les plus proche. Il en va de même je dirais en terme d'Hermétisme ou de toute discipline, le "revenu" dans ce cas est un enrichissement mental, cardiaque, et au final personnel. Il est donc bon d'avoir de bonnes influences. Un peu comme en astrologie, il y a des "astres" qui gravitent autour de nous et qui nous influencent de bonne manière, d'autres sont un peu plus sec, et nous "pompent". En sachant évidement que nous même sommes un astre qui rayonne et influence son entourage. En quelque chose de positif ou, inversement.

Il n'est pas simple de considérer l'impact que nous avons sur les autres, et la capacité à les enrichir intérieurement. Nous pouvons simplement essayer, par notre exemple, de manière naturelle, d'inculquer des valeurs, des principes, une éthique, une vision, une profondeur de la vie à ceux qui nous entourent. Sans nécessairement les pousser à agir d'une certaine façon qui, selon nous, serait bonne pour eux. Nous ne pouvons juger réellement de cela.

Nous pouvons constater notre influence lorsque les personnes changent d'attitude, de pensée, de registre, de vision dans un domaine ou dans un autre, voire dans toute leur vie. 

L'Alchimie à cette profonde capacité de transmuter ce qui est le plus vil, vers un état de relative perfection (relative car tout peut être toujours poussé plus loin).
Côtoyer la Science et l'Art de l'Alchimie nous impacte profondément, dans l'esprit et dans la chair. Nous savons alors, je ne dirais pas "mieux que quiconque" car ce serait présomptueux de ma part, mais comme tous ceux qui sont transmutés, ce que veux dire le mot "évolution", ou "coction intérieure".

En cela l'Alchimie est une discipline universelle. Universelle car elle s'applique à n'importe quelle culture, même si l'inverse n'est pas toujours vrai. Universelle dans sa dimension archétypale, étant elle même, dans ses principes mêmes de fonctionnement imprégnée de transmu/formation.

Il n'y a rien d'étonnant alors à comparer les natures si opposées parfois du Sel, du Soufre et du Mercure et d'en considérer les interactions, les répulsions, les accords, les alliances, les agressions entre eux, mais aussi leur conjonction et leur possible évolution, rejetant alors la Terra Damnata, scories impropres à sa pure structure cristalline.

C'est une relation cosmique, archétypale, de forces brutes de la Nature. Hors de toute catégorie spécifique. Ce n'est que l'esprit humain qui catégorise. Nous n'avons à le faire que pour appliquer les principes dans d'autres domaines. Mais au delà de ça, il n'y a pas de "système" à y accoler, pas de vision systémique du monde à apposer, pas de culture à utiliser, pas de tabous.

Nous faisons office de médiateur attentif et méticuleux, en charge de la gestion du Feu. Nous sommes alors observateur "neutre" (le plus possible en tout cas). Ce qui se passe dans le ballon/creuset, en quelque sorte, ne nous regarde pas. C'est Oeuvre de Nature. Pas la notre. Ce qui se passe dans cette "cellule" (familiale comme le diraient les psy) est un mystère. Bien que nous essayons de percer, avec plus ou moins de succès les mécanismes en jeu, nous ne sommes pourtant pas exactement certains de ce qui se trame au tréfonds des interactions entre les Principes. Nous avions au départ une masse de matière, que nous avons purifiée, dont nous avons séparé les principes. Nous les conjoignons tel que nous les avons reçus, n'ayant qu'une possibilité limitée d'interaction sur eux, et avec eux. 
Nous faisons avec ce que Nature nous donne en quelque sorte, sans avoir à jouer les apprentis sorcier, en ajoutant un élément qui finalement n'a pas sa place dans la coction ultime. Nous devrions interférer le moins possible, savoir agir en bonne mesure, sans excès ni défaut. 

A moins de devenir nous même, depuis l'intérieur, le processus et les protagonistes nous ne pourrons jamais comprendre, ressentir, et vivre pleinement l'enjeu en cours.
Cependant fort heureusement, nous pouvons nous lier, et ressentir dans notre corps, nos tripes, notre cœur, nos émotions, et comprendre moins mentalement que d'une manière sensible, ce qui se passe dans le processus.

July 31, 2014

Alchemy and Psychedelics

(ATTENTION : I don't smoke nor practice drugs habitually, everything was done perfectly legally in Amsterdam, place where these substances are tolerated. I do not promote nor encourage the uses of these substances. The experiences here are narrated for information purposes only and philosophical researches).

After smoking a bit of cannabis (light, just to be high) here is what I saw and understand :
I see a sadhu with dreadlocks smoking a huge bang.
He turns and faces me he invites me to smoke. I take three times of this smoke/energy. I feel a choc in my aura. I know I've just inhaled in myself his force. I think it is a contact with the Archetype of the Sadhu who is one with cannabis.


I understand that the smoke acts as a medium between "heaven", its natural place, and this wold down here. It's a sublimation, and smoke makes us go high with her.
Smoke gives us the possibility, with the hallucinogenic substance, THC, to rise up to "God". In a way, all these hallucinogenic substances are only one substance, cooked to a different level (alike metal in the earth). They are a Mercury. And all of them have the facultie alike alcohol or ether for example, to make you dizzy, and to give you a "psychotropic" effect more or less pronounced in function of their dose of "air" or Mercury. 

Smoke makes a bridge on which we can walk in order to go higher and dive into "God". It permits us to "rise", and also to catch and anchor in our world, this so specific energy.
It opens us and gives us access to something that we cannot always touch naturally.
Not that it adds us something that we don't have at first, but it releases the blockages in us, things that we have that blocks the perceptions.

The idea is to go farther than this external substance, and to success by yourself, to go as high. Because we cannot go higher than the degree of coction of the sulfur of the plant itself ... this is limiting us in the experience that we can do of it.

We also have to understand that the intention that we expres when we take psychedelics is very important,it will orientate our mind, making in fact that the plant can work on ourself in a different direction that a lot of people take, and which is a dead end in fact. Using these plants to have fun is not my goal. Normally, alcohol, tobacco, & psychoactives plants are sacred, and are used in precise social and ritual contexts. They are the allies of the shaman (albeit not all of them use plants), of the guide, the healer, of the wise. But in our society, they are just for fun and business, forgetting problems of life, flying from reality.

The Nagual, or the other world, can only offer what it is, what it has. The Tonal, our physical world, should not be run out by the uses of plants. But it can be understood under another angle, the two worlds are strongly linked. And the plants makes the jonction.

Psychoactive plants are more than probably the most "mercurian" that exist. They are possibly the most evolved of that kingdome. They are/have a dream (every plant, gems, metal, etc, has a dream, or a world) the is wider and wilder than other plants. More a plant has DMT in its structure and composition, more its dream is "high".
These plants are the sporadic allies for spiritual opening, psychic healing, energetical too, and physic also. They bring us with them, thanks to their Mercury, they penetrate the highest kingdoms and thelowest one, the most exteriors, and the most interiors to us. And our consciousness is carried with them.
Because they are aware and intelligent spirits, full of wisdom and love, they read in us & understand what we need. Once ingested, whatever the form we use to do so (smoke, herbal tea, juice, onction...) they penetrate our system and expand our channels. What was stucked can go out, our spirit is carry away, and we recieve teachings.

Can we think that these plants are kinds of Vegetable Philosopher Stones ? We can ask the question.
Technically, I cannot say yes. But, nonetheless, their degree of power, their spirit of wisdom, can show us a reat and deep maturity in these friendly and loving plants. But they are not perfect. My answer could then be, yes, and no.
But they have a faculty to make us feel very particular spiritual states of being, like forgetting who we are, and the reality of the world. Which is initiatic and wider than what we are.

These experiences of forgetting the personnality reminds me the primordial question of "God" : "who am I" ?

During the Amsterdam Alchemyforums Congress of last week, I took part in a ceremony with ingestion of sacrd truffles (the strongest one and we ingested 25 grams, and smoked also a enhancer based on a mix of plants, after approx one hour after ingestion of the truffles). The experience lasted approximatively for 7 hours. It is from that, that i take the conclusions and informations presented here.

One of the person present made a break through, forgetting where he was, who he was, and who we were too - frightening. Panic can be felt and the total loss of  landmar can be truly scary. Things were no more real for several of us.

We were 6 and every person in the group had probebly had a similar experience once, a profound un realization of the world, of the self. And the important, crucial thing is to have a clear answer to this question.
And it can be manifested differently according ot people.

The truffle spoke to the shaman of our group, (that formed a shield around us). It told him that it cannot do the experiences more or less easy, or strong for us, just putting us into the trip and that's all. Just giving us the right state to receive what we were meant to receive. 

The plant had a healing from our shaman and was very happy of it. The spirit of the plant worked alike a cloud of heat, full of bright colours, swirling above our lied down bodies/and spirits.
It had like arms of light upon each on of us. And was staying at the center of the group.

Dev explained me that there is three rings of power : cannabis the lowest one, then psylocybine, with maybe mescaline if I remember well, and at last DMT. It is from there that I take the idea that all the psycho active molecules are the same molecule, but not cooked at the same level, and charged of more or less mercury.

He also explained me that every psychotropic plant gives us to see a grid, a pattern of pure geometry that is over the world and that is present in the visions. It can be animated, changing, dark, or full of colours as it was my experience. I saw rainbow fractals, and rainbow labyrinths ... but always with a process of exploration and healing of it. Sometime broken, sometime dark, sometime entites were inside it. Sometime it was pure gold, and clean, with the form of a church.
Ayahuasca, l'Iboga, or other, present seemingly, all a grid.

I also communicated with the plant. I explained it that I understood that the pattern was a prism to my own light or consciouness, and it was diffracted, this explained the rainbows everywhere. To what I received an electric choc from the crown chakra, saying a bit roughly what I took for a 'yes'.

It transports us through the pattern/labyrinth and gives us the opportunity to be healed. 



the physical effects are impressive. Loss of landmarks, coordination, consciousness, hyperventilation with tetany, visual and sensory hallucinations (I have believed, and saw that I was bleeding from the nose, they then gave me a handkerchief for me to sponge it, but they knew that I wasn't bleeding at all ... the important thing was that I realized that I wasn't bleeding !). Distorted visions, vision of the grid on people and objects around you, with your eyes opened, pupils fully dilated, loss of contact with your body and even OOBE, spasms, mucus discharges, euphoria, joy, ecstasy, psychological effects of loss of sense of reality, or of personality, physical pain, general or localized extreme hot/ cold, very very profuse sweating, states of excitement or lethargy, impressions of falling, flying, expanding ... and who knows what else.

It is important to ask several things during this types of trips :

Chew your truffles asking sincerely the guidance of your higher self, ask to see what you need to see, ask for the knowledge of the plant.
In all cases, we must accept what comes and we have to let things happen. Shamanic healing work has nothing to do with a pleasure trip. As Dev told me: Bad trips are best trips. Bad trips do not exist. This is what teaches us the most, what makes us grow. Other types of fun trips, those of ecstasy, teach nothing. It is normal, necessary and totally obvious that we will have psychic and physical tests when we go in such trips.

The grid of consciousness of these plants is very wide. At the beginning I saw myself at 300 meter above the rainforest, on a small plateform made of few peices of wood, the whole thing in equilibrium on one thin pillar of wood. Slightly under me, at my left hand, rainforest indians on same plateforms. More than probably the spirit of shamans in the same trip, or maybe humans guides that resides there. I had the same type of meeting happened in the beginning of this article, with the sadhu and also when I was practicing the Kriya Pranayama, I found myself in the Himalaya with meditating sadhus. 
The state of consciousness affects our mental and spiritual level. We encounter the students and masters on the same waves lenght. We are never alone when we practice something spiritual.

The night after I dreamed that mercury was running out of my left nostril. This happens when I have a cleansing, via a tincture, of heavy metals. This is how my mind tells me what is happening. This plant is cooked at a similar level already, and able to perform a purge of heavy metals. The night after I redid a "trip" but I have no memories. And that night, I made a sort of conscious astral out of body but without vision. What I do know, is that this plant is still always a bit in me, even if the substance is probably out.

I think I could reconnect with her in the future, just with my mind. I had already done that with ayahuasca, yet never ingest. The mental journey here will be that much easier, because I've been in contact with it.

The experience of hallucination is very interesting from a spiritual point of view. Loss of contact with reality makes us understand that the mind, once lifted with a high "mercury", loses its density, the real world is losing in accordance its reality. The question then arises: what is real? We have the same question when taking distance is the same, of our ego / personality. Who am I then? 

The answer is: I am. There is no "thing" to answer such questions. What is real, IS.

This puts into question the true nature of the world, worlds. The astral world is the world illusion and is just  a world of a higher degree to ours. In ours, the shapes are just "fixed", more stable, in fact, less mercurial and cooked. We cna also say coagulated or crystallized. This does not prevent it to not be however unreal. It is just an hallucination, or hear, a mental creation, more stable. Simply with a degree of stronger density. Basically, a collective hallucination and a divine one.

When we are in the astral, the material world is only a vapour. In this world, everything seems so hard and dense. So our senses deceive us according to our degree in the illusion. From our point of view.

We need to understand the role of the Philosopher's Stone in such a context. A mater, which is cooked and fixed, giving an answer to the profound questions of the humans. It gives initiation.

It is a substance that normally is found in nature (maybe not on this planet, but as something quite natural, nature can produce it). It is psychoactive ... initiating, supporting healing, of rejuvenation over the long term. 
The question is: is that R + C which rejuvenated for 40 days, was not a type of shamanic trip of 40 days in reality ? My answer is: it is probable. The effects are the same, except that we do not really know if there is a trip, it was always kept under silence.

The Stone would be THE psychotropic par excellence. What's better than a psychotropic substance for a world of Divine hallucination ? I said earlier that two things were involved in psychoactive substances: mercury, which is hallucinogenic, the carrier of consciousness and sulfur, which itself takes you higher or lower depending on its coction / maturity and which opens the door, it also carries the light from above. It is the active substance. There is the elevator (mercury) and the elevator button which gives the floor level and the experience (sulfur). 

What happens when you ingest it, times in this case ? It seems that you can go on the top floor. And you fly.

The loop is closed between Shamanism and Alchemy. My understanding is becoming clearer every day and things are enlightened in a new light.

I also understand that the Sulphur in us is consciousness (Shiva) fixed. And mercury is the Shakti (the principle of lifting and lifting the mind).

Internal Yoga  Alchemy is both a physical preparation of the receptacle and of the energies in it, and also a complete internal initiation system without the use of an external support for these substances.  You see, our pineal gland produces DMT naturally ... most likely in connection with the kundalini. It is a fluid capacitor carrier of the mercury and our Sulphur, and in the cases of higher initiations, a Perfect Divine Cosmic Sulfur/Light. According to our degree of internal psychic coction and the ability of our body to bear physically the energy of the High voltage of the Perfect Divine Light, we can be lifted up, even very high, even ultimately high.

July 30, 2014

Les plantes psychoactives et l'Alchimie

(Avertissement : Je tiens à dire que je ne fume, ni ne pratique les drogues de manière habituelle, et tout ceci c'est fait en parfaite légalité à Amsterdam, lieu où ces substances sont parfaitement tolérées. Je n'incite ni ne recommande ces pratiques, qui sont illégales en France. Ces expériences sont relatées dans le seul but informatif et à portée philosophique, je ne recommande évidement pas l'usage de substances).

Après avoir fumé un peu de cannabis (léger pour être high) voici ce que j'ai vu et compris :
Je vois un sadhu avec dreadlocks qui fume un pétard géant.
Il le tourne vers moi et je le vois qu'il m'invite à fumer. J'inspire trois fois cette fumée/énergie. Je ressens un choc dans mon aura. Je sais que je viens d'inspirer en moi sa force. Je pense que c'est un contact avec l'Archétype même du Sadhu qui ne fait qu'un avec la plante cannabis.


Je comprend alors que la fumée agit comme un médium entre le "ciel", son milieu naturel, et le monde d'ici bas. Il s'agit d'une sublimation, et la fumée nous fait monter avec elle très haut.
La fumée nous permet, avec la substance hallucinogène, le THC, de monter vers Dieu. En somme, toutes les substances hallucinogènes ne sont qu'une seule substance hallucinogène, mais cuite à un niveau différent. Elles sont un Mercure. Et tous les mercures ont la faculté, comme l'alcool, l'éther par exemple, de faire tourner la tête, de donner un effet "psychotrope" plus ou moins marqué en fonction de leur dose "d'air" ou de Mercure. 

La fumée fait un pont sur lequel nous marchons pour pouvoir aller au plus haut, et plonger en Dieu. Elle permet de nous "élever", mais aussi de capter, d'ancrer ici bas, cette énergie si spéciale.
Elle nous ouvre et nous donne alors accès à quelque chose que nous ne pouvons pas toujours capter de manière naturelle.
Non qu'elle ne nous ajoute quelque chose que nous n'avons pas, elle nous enlève justement les blocages que nous avons en trop et qui nous bloquent dans nos perceptions.

L'idée est de dépasser cette substance externe, et de réussir par soi même, à aller aussi haut. Car nous ne pouvons aller plus haut que le degrés de coction du soufre de la plante elle même ... ceci nous limite donc en partie dans l'expérience que nous pouvons en faire.

Il faut aussi comprendre que l'intention que nous avons lorsque nous fumons est très importante, elle va orienter notre esprit, et faire en sorte que la plante travaille sur nous dans une direction différente de celle que beaucoup de gens prennent, et qui ne mène à rien, si ce n'est se perdre. Utiliser ces plantes pour s'amuser n'est pas mon objectif. Normalement, l'alcool, le tabac, les plantes psychoactives sont sacrées, et sont utilisées dans des cadres sociaux, et rituels très précis, ce sont souvent les alliées du shaman, du guide, du guérisseur, du sage. Mais dans notre société, elles ne sont que business et défonce, amusement, oubli de ses soucis, fuite de la réalité.

Le Nagual, ou l'autre monde, n'offre que ce qu'il est, que ce qu'il a. Le Tonal, le monde d'ici bas, n'a pas a être fuit par les plantes. Mais il peut être compris sous un autre angle, les deux monde sont reliés fermement. Et les plantes permettent de faire la jonction.

Les plantes psychoactives sont très probablement les plantes les plus "mercuriennes" qui existent. Elles sont possiblement les plus évoluées de ce règne. Elles s.ont un "rêve" (chaque plante et gemme, etc, à un monde à soi, un rêve), qui est plus vaste que d'autres plantes. Plus une plante a de DMT ou de substance active, plus son rêve est haut.
Ces plantes sont des alliées sporadiques à l'ouverture spirituelle, à la guérison psychique, énergétique, physique. Elles nous portent avec elles, et grâce à leur mercure, elles pénètrent aussi bien les royaumes les plus haut que les plus bas, les plus extérieurs que les plus intérieurs. Et notre conscience est transportée avec elles. Comme ce sont des esprit intelligent et conscient, emplis de sagesse, elles lisent en nous et comprennent ce dont nous avons besoin. Une fois ingérées, peu importe sous quelle forme (fumée, tisane, jus, onction ...) elles pénètrent notre système et dilatent nos canaux. Ce qui était bloqué ressort, l'esprit est transporté et nous recevons des enseignements.

Peut on penser que ces plantes sont des sortes de Pierre Philosophales végétales ? La question se pose. Nous ne pouvons techniquement pas dire "oui", elles le sont. Cependant, leur degré de puissance, leur esprit de sagesse font entrevoir une grande maturité dans ces plantes qui sont très amicales et pleines d'amour. Mais elles ne sont pas pour autant parfaite... Donc je dirais que oui, et non. Elles sont pourtant bien une faculté à nous faire ressentir des états spirituels très particuliers comme l'oubli de la personnalité et de la réalité du monde. Ce qui est initiatique, et aussi plus vaste que ce que nous sommes. Ces expériences d'oubli de soi rappellent la question primordiale Divine d'avant la création : Qui suis je ? 

Lors de l'Amsterdam Alchemyforums Congress de la semaine dernière, j'ai participé à la prise de truffes psychotropes (les plus fortes, et nous avons ingérés 25 grammes, plus fumé un mélange de plantes permettant d'augmenter l'effet à peu près une heure et demi après ingestion). L'expérience à durée environs 7 heures. C'est de là que je retire ces compréhensions ici exposées.

Un des participant a fait l'expérience de l'oubli de soi. La panique peut se faire sentir, et la perte totale de repères est effrayant. Il ne savait ni qui nous étions, ni où il était. Les choses n'avaient pas de réalité.

Chaque personne présente dans le groupe, nous étions 6, avaient fait je crois au moins une fois cette expérience profonde de déréalisation du monde, de soi. Mais l'important est d'avoir la réponse à cette interrogation. 

La plante a parlé au shaman de notre groupe, et lui a dit qu'elle ne pouvait pas faire les choses plus douces pour nous, elle ne pouvait que nous porter dans l'état en question et nous permettre de recevoir ce que nous devions recevoir.
Elle a reçu une guérison de sa part, et en a été très reconnaissante. L'esprit de la plante travaillait comme un nuage de chaleur au dessus de nous, tourbillonnant et se déplaçant avec ses couleurs chatoyantes.
Elle étendait ses "bras" de lumière sur chaque participant, et s'était placée au centre de notre groupe.

Dev m'a expliqué qu'il y a trois anneaux de pouvoir : le premier le cannabis, le plus faible, puis la psylocybine, avec probablement la mescaline, et enfin la DMT. C'est de là que je tire l'idée que ces molécules sont unique, mais cuites et chargées de plus ou moins de mercure. Elles auront alors un effet plus spirituel, ou plus physique.

Il m'a aussi été expliqué que chaque plante psychotrope donne à voir une grille, un pattern géométrique qui se surimpose au monde. Cette grille est parfois animée, colorée, changeante, comme ce fut mon expérience. Que ce soit l'Ayahuasca, l'Iboga, ou d'autres, il y a semble t'il toujours une grille. Ici, elle s'est manifestée sous la forme d'un labyrinthe arc en ciel. Parfois troué, absent, décoloré. Il se réparait grâce à l'action de la plante.
J'ai aussi communiqué avec elle. J'ai compris que la grille était un prisme, et que la lumière que je voyais était ma propre conscience diffractée par elle. J'ai alors reçu un choc affirmatif dans l'ensemble du corps, provenant de mon chakra sahasrara (coronal).
Elle transporte donc bien notre conscience dans notre grille, et nous permet de nous guérir. 



L'action physique est impressionnante. Perte de repères, de coordination, de conscience, hyperventilation avec tétanies, hallucinations visuelles et sensitives (j'ai cru, et vu, que je saignais du nez, ils m'ont alors donné un mouchoir pour que je m'éponge, mais ils savaient bien que je ne saignais pas... l'important était que je réalise que je ne saignais pas !). Visions déformées, vision de la grille sur les personnes et objets aux alentours les yeux ouverts, pupilles totalement dilatées, sorties du corps, spasmes, évacuations de mucus, euphorie, joie, extase, effets psychologiques de perte du sens de la réalité, du sens de personnalité, douleurs physiques, froid extrême général ou localisé, chaud localisé ou général, sueurs très très abondantes, états d’excitation ou de léthargie, impressions de tomber, de voler, de se dilater ... et que sais je encore.

Il est important de demander plusieurs choses lors de ce types de voyages :
Mâcher la truffe en demandant sincèrement : la guidance de son moi supérieur, demander à voir ce que nous devons voir, demander à voir le savoir de la plante.
Dans tous les cas, il faut accepter ce qui se présente et laisser les choses se faire. Un travail shamanique de guérison n'a rien à voir avec une défonce de plaisir. Comme me disait Dev : Bad trips are best trips. Les mauvais trips n'existent pas. C'est ce qui nous enseigne le plus, ce qui nous fait progresser. Les autres trips, ceux d'extase, n'enseignent rien. Il est donc normal, nécessaire et totalement évident que nous allons avoir des épreuves psychiques, énergétiques, et physiques lorsque nous allons partir dans ce voyage. Car il s'agit bien d'un voyage.

La trâme de conscience de ces plantes est très vaste. Au tout début je me suis retrouvé perché 300 mètres au dessus de la jungle, sur une petite plateforme faite de plantes de bois, le tout tenant sur un seul pilier de bois. Au dessous et à ma gauche, des indiens sur les mêmes plateforme. Très probablement l'esprit de shamans ou d'indiens d'amazonie qui sont dans le même voyage que moi. Peut être encore des esprits humains guides qui sont résidents permanent. Le même type de rencontre s'est fait sentir avec le cannabis au début de l'article, et aussi lorsque je pratiquais le Kriya Pranayama, je me retrouvais dans l'Himalaya avec des sadhus en méditation. 
L'état de conscience influence donc notre niveau spirituel. Nous rencontrons les maîtres et les étudiants sur les mêmes bandes de fréquences. Nous ne sommes jamais seuls lorsque nous pratiquons quelque chose de spirituel.

La nuit d'après j'ai rêvé que du mercure métal sortait de ma narine gauche. Ceci m'arrive lorsque j'épure, grâce à une teinture, des métaux lourds. C'est ainsi que mon esprit me communique les faits. Cette plante est donc cuite à un certain niveau déjà, et capable d'effectuer une purge de métaux lourds. Elle est de fait, déjà évoluée. La nuit d'après encore j'ai refait un "trip" dont je n'ai plus conscience. Et cette nuit, j'ai fais une sorte de sortie astrale consciente, mais sans vision. Ce que je sais, c'est que cette plante agit toujours un peu en moi, même si la substance est probablement en très grande partie épurée du corps.

Je pense que je pourrais reprendre contact avec elle par le futur, juste avec mon esprit. J'avais déjà fait cela avec l'ayahuasca, sans jamais pourtant l'ingérer. Le voyage mental ici n'en sera que d'autant plus aisé, car j'ai déjà été en relation avec elle.

L'expérience de l'hallucination est très intéressante d'un point de vue spirituel. La perte de contact avec la réalité fait comprendre que l'esprit, une fois élevé avec un "mercure", perd de sa densité, le monde réel perd de sa réalité. La question se pose alors : qu'est ce qui est réel ? Nous avons la même interrogation lorsque la prise de distance est la même, d'avec notre ego/personnalité. Qui suis je donc alors ?

La réponse est : Je suis. Il n'y a pas de réponse "sonore" ou matérielle à de telles interrogations. Ce qui est réel, EST.

Ceci remet en question la nature réelle du monde, des mondes. L'astral est le monde illusoire par excellence et ce n'est que le monde du degré supérieur au notre. Dans le notre, les formes sont juste plus fixes, plus stables, en somme, moins mercurielles et plus cuites, coagulées, cristallisées, fixées.
Ceci n'empêche pas qu'il ne soit pas pour autant irréel. C'est juste une hallucination, ou entendez création mentale, plus stable. Avec simplement une degré de densité plus fort. En gros, une hallucination collective et divine concrète.

Lorsque nous sommes dans l'astral, le monde matériel n'est que vapeur. Dans ce monde, tout semble si dur pourtant. Nos sens nous trompent donc en fonction de notre degré dans l'illusion. De notre point de vue.

Nous devons donc comprendre le rôle de la Pierre Philosophale dans un tel contexte. Une matière, qui est cuite et fixée, permettant de donner une réponse à l'interrogation profonde de l'homme. Elle donne l'initiation.
C'est une substance qui normalement, se trouve dans la nature (peut être pas sur cette planète, mais comme toute chose naturelle, la nature peut la produire). Elle est donc psychoactive... initiatrice, porteuse de guérison, de régénération sur le long terme.
La question est : est ce que les R+C qui régénéraient pendant 40 jours ne faisaient pas un trip de type shamanique de 40 jours en réalité ? Ma réponse est : c'est bien plus que probable. Les effets sont les mêmes, sauf que nous ne savons pas réellement si il y a un voyage, cela à toujours été passé sous silence. 

La Pierre Phi serait donc LE psychotrope par excellence. Qui de mieux qu'un psychotrope pour un monde d'hallucination divine ? J'ai dis plus haut que deux choses intervenaient dans les substances psychoactives : le mercure, qui est l'hallucinogène, le transporteur de la conscience et le soufre, qui lui, vous porte plus ou moins haut en fonction de sa coction/maturité et qui vous ouvre les portes, il porte aussi la lumière d'en haut. Il est la substance active. Il y a l’ascenseur (mercure) et le bouton de l'ascenseur qui donne l'étage et l'expérience (soufre).

Que se passe t'il lorsque vous ingérez une Pierre multipliée dans ce cas ? Il semble que vous pouvez monter au tout dernier étage. Et vous envoler.

La boucle est bouclée entre shamanisme et Alchimie. Ma compréhension se fait de plus en plus claire chaque jour et les choses s'éclairent sous un nouveau jour.

Je comprend aussi que le Soufre en nous est la conscience (Shiva) fixe. Et le mercure est la Shakti (principe d'élévation et de transport de l'esprit). Le yoga interne Alchimique est donc à la fois une préparation du réceptacle physique et énergétique à ces expériences, mais aussi un système complet d'initiation interne, sans support de substances externes. Car voyez vous, notre glande pinéale produit de la DMT de manière naturelle... très probablement en lien avec la kundalini. C'est un condensateur fluidique porteur du mercure et de notre Soufre, voir dans les cas d'initiation supérieures, d'un Soufre Cosmique Divin Parfait. En fonction de notre degré de coction interne psychique et de la capacité de notre corps physico énergétique à subir la tension de la Lumière Divine Parfaite, nous pourrons aller haut, voir très haut, voir, ultimement haut.