April 14, 2015

Compendium of processes about Tartar salt volatilization

 Van Helmont :
"Dissolve Salt of Tartar in warm wine vinegar and set it to digest in a warm place for 40 days. Remove the vinegar and a clear crystalline salt will remain. Dissolve this salt in distilled rainwater and filter several times. Evaporate the water and a clear snow-white salt remains. From this salt distill by water bath a spirit. Once the spirit has been removed, let the salt sit for another month in a sand bath. The salt will sublime and fix itself to the sides of the glass. This is the Volatilized Salt of Tartar."

DAS ACETON
 Now follows the preparation of the SAL TARTARI VOLATILE
Von Helmont established the reputation of the high medical power of the volatile alkaline salt; in his description he says (page 377 of the German edition): if impurities are found in the first processes you must add dissolvents; if they persist, however, then you need the volatile alkaline salts which cleanse everything like soap. It is certainly astonishing how much a tartar salt, when volatilised, can do because it cleanses all veins of impurities.
(On page 1142). When the fire-resistant salts are volatilised, their power becomes similar to that of the great medications. They proceed up to the entry of the fourth digestion process and dissolve all blockage.
(On page 351). The first one is the alcahest. If that cannot be obtained, then you must learn at last how to volatilize the tartar salt so that you can prepare your solutions with their help.
(On page 329). The tartar salt (Weinstein salz) can be completely volatile; it rises at times liquid and often like a sublimate. This salt has been proven in tests even though this measure is less known.
De le Bo Sylvius, in his time the pride of the University of Leyden, and the founder of a new chemical-medical school, also knew the Sal Tartari volatile. The school, however, with its doctrinary exploitation of the consequences of the system, destroyed this reputation again, which should serve as a warning to us not to become the target of the opponents working in the form of Doctor opiatus. The solid tartar salt (Laugen salz), he says on page 850, may be volatilized by cohabitation with a volatile spirit. Such a volatile tartar salt rises and sublimates at medium temperatures. Such a volatile tartar salt (Laugen salz) is only granted to the artists with diligence and patience; not to others who avoid a long working time. Such a salt has great powers.
Helmont's high regard consisted of an inducing invitation to experiments, which, however, did not give worthwhile results since they were done with ordinary wine spirit and not with the wine spirit of the experts.
The inventor of that substance is Raymond Lull, and Weidenfeld gives us the method.
SAL TARTARI VOLATILE LULLII
Tartar salt (weinstein) is calcinated for 3 days until it runs white; then it is dissolved in the not yet rectified Spiritus Vini philosophici, heated for 2 hours in the ash-bath, and the solution is drained. The residue is again calcined, repeatedly treated in the manner until it is totally dissolved. The solutions are distilled in the water bath and the distillate is reserved. The residue is placed in the ash-bath for 3 hours to remove the phlegm. Then the reserved water is poured onto the residue distilled. This is repeated until the whole substance turns into an oil.
Further treatment now follows. On this oil you pour 6 times as much Aqua Vitae rectificata, digest it for several days in "balneo." And distill it at low temperatures in the ash-bath until no more veins appear. As soon as the veins disappear, you take off the collector with the distillate and close it tightly: for now develops the Spiritus animatus, which is extracted at higher temperatures. The residue is ground, digested with four parts Aqua Vitae, and then distilled. Of the residue a small portion is placed on a red hot plate, and if it glows like wax without smoke, it is a sign of success; if that does not occur, the process has to be repeated until that sign happens.
On this residue your pour 1/4 Spiritus animatus and let it congeal in the "Balneum," after which you evaporate the phlegm, which acts like pure water. Then you add fresh spirit and repeat that until the residue has absorbed all the alcohol, a sign of which is that if you place some of it on a red hot plate, most of it will dissipate in fumes. Now the substance is ready for sublimation, which is done at higher temperatures. The sublimate serves to fortify the Spiritus Vini philosophici.
We know that the potassium carbonate as such cannot be volatile, which means that the Sal Tartari volatile is no longer a potassium carbonate, but a potash salt treated with Spiritus Vini philosophici, and thus transformed and whose composition remains to be explored.
Acetone from Potassium (Agricola II. P. 15)
Saturated potassium acetate liquid is kneaded into balls with pottery clay. These are dried in the air and then distilled from a retort. A strong but very lovely smelling spirit passes over, white as milk, which settles everywhere on the sides of the recipient, like a volatile salt. You let it stand for 24 hours, and it dissolves into a nice, clear, yellow oil.
Pott (Exercit. Chym. De Terra foliat. Tart. P. 152) mentions that when he rectifies 1 part potassium acetate with 6 parts vinegar 3 times, during the 4th time half the salt has passed over and volatised.



The Volatilized Salt by Steve kalec (rosemary process)
150 mil of pure Rosemary oil was cohobated with 30 grams of our purified salts.
Little by little the salts were added to the oil as the key described by our brother
Rubellus Petrinus was observed and respected . For more information on this key, see http://www.terravista.pt/mussulo/2005/. The heating of our oil must be of a slow and gentle simmering level to prevent bumping and splattering into the upper half of the retort. The mixture of our oil and salt produces a dark coffee color in our retort.
Approximately half way though the distillation our salts start to volatilize and begin to be seen as they deposit in the beak and the upper part of the retort. Nearing the end of the distillation the volatilization greatly increases so that a white vapor can be seen to fly upwards in the retort. The distilled oil is replaced into the retort after cooling and distilled
again to wash the volatilized salts from the beak into the receptor . This process of simultaneous distilling and washing was repeated three times until satisfaction was had that all the salts have been volatilized. We can see the salts as ice formed, deposited and collected in the inner upper surface of the beak of the retort as a beautiful, bright, clear and crystalline substance.


1682 CHYMICAL SECRETS DIGBY
 A REAL AND TRUE WAY TO VOLATILIZE THE SALT OF TARTAR, AND CORPORATE SPIRIT OF WINE
He took but lbj. of Tartar well calcined, and dissolved it in the air, free from the sun, then filtered, and congealed in a glass vessel, then he calcined it as the Dutchman doth (in the next process) to keep it glowing hot for six or eight hours; then dissolved it again in the air, and filtered; congealed, and calcined as before. He repeated this ten times, then dissolved it in distilled vinegar (he used Spanish and French vinegar the whole secret (as he saith) consisteth in well distilling of the vinegar, which must be done in B. M. but it must be so gentle, that you may receive the flegm by it self; and as soon as you perceive that the drops come acid, change the recipient, putting on another, and then distill the spirit with a stronger fire, so that you may tell eight or nine between every drop: Continue distilling until it become like a syrup, then change the recipient again, and distill with a stronger fire until it begin
~1~
to smell of the fire, and that it be almost dry. Rectifie this last and strongest part by it self, and put it to the weaker part, (keeping the flegm by it self for another use) and rectifie it together so often until there remain not the least spot at the bottom of the glass after the distillations, which must be to dryness every time, and every time in a clean retort: This is not a strong spirit of vinegar, nor need it be, but this will do the work. Then take 7 onces. or 8. of your salt of Tartar and dissolve it in as much of the said spirit, or more, as will dissolve it; let it stand, and it will settle some black feces; then filter it, and congeal, and calcine it as before, but not with so strong a fire; it must be scarce red-hot, and one hour will suffice; grind it while it is hot, and dissolve it again in new distilled vinegar as before, let the feces settle, then filter it, congeal and calcine again as before. Repeat this, till~ it leave no feces behind, which will be in seven or eight times, if you have wrought well; then when it is very dry, take , 1 once. of it to make a tryal, put it into a clean glass body, and pour upon it so much high rectified spirit of wine, as will not only moisten it, but that it be very thin; let it stand thus twenty four hours close stopped in a very gentle heat, that it may be but blood-warm; then distill with a gentle fire. If the spirit stays, and the flegm come away, then proceed with the whole parcel; but if not, you must continue the dissolution in distilled vinegar, filtration, coagulation, and calcination, as before, until you find (by trying) that the spirit stayeth with the salt, which it will do in a few times: Then proceed with the rest of the parcel in the same manner as you did with the
—2—
ounce; continue the imbibition and distillation with spirit of wine so often, till the spirit of wine come away as strong as it was put on. Then here lyeth the secret, to sublime it: Dissolve the said salt of Tartar impregnated in the flegm of yo~r distified vinegar, or in a very weak spirit of wine, using no more of the dissolvent than will dissolve it; shake them well together, and it will instantly dissolve all the best and finest part of the salt of Tartar, and leave the course part of it, for that will not so easily dissolve. Pour off the dissolution, and filter it, then put it into a cucurbite, and distill off the flegm off the vinegar, or the weak spirit of wine, and then win the dry spirit, or Aqua sicca ascend like the purest isickles dry that ever you saw; and this is the true volatile salt of Tartar, and spirit of wine, in forma salis, and is the vegetable Menstruum, which will dissolve gold leaf into an Oylish substance in a very gentle heat.
The Tartar which remaineth in the bottom of this sublimation you must put to that which was left undissolved by the flegin of vinegar, or weak spirit of wine, and proceed to fix more spirit of wine upon that, being first calcined, but not so long, nor with so strong a fire as formerly; and then dissolve it once in the air, and it will leave more feces at this time than at any time before; then filter and congeal, and dissolve it in distilled vinegar as before. And now you shall do more in three times than you did all the times before, for the Tartar is altered in its nature; then proceed with it as before, imbibing with S. V. And thus you may fix as much S. V. as you please, and sublime as many pure and clear crystals as you please.
—3 —
Note, That when your spirit of wine is fixed on the Tartar, it will be as sweet as sugar; but when it is separated, as above-said, the Tartar will be of its old Nature, but fit to be impregnated again with much less trouble.

THE VOLATILE SALT OF TARTAR, AS I HAVE OFTEN MADE IT, WHICH IS AN EXCELLENT REMEDY.
Take Lees of Wine, (which you may have from the wine-coopers when they have pressed them out for making of vinegar) break them in small pieces, and let them dry; then being very hard and dry, bruise them grosly, and fill an earthen retort with it, or a glass one coated; distill in naked fire, fitting any recipient to it to receive only a sour flegm, which win come over first; as soon as you see any white fumes come over, (among which cometh the volatile salt) change the recipient, putting on another pretty large; lute the junctures well with paste and paper, then increase the fire by degrees, until you see the recipient filled with white fumes; continue the fire in that degree, until those white vapours diminish, anc~hat the recipient beginneth to grow cold: Then augment the fire to the highest degree, to force all over at last; when nothing more cometh over, cease. The distillation will be performed in three or four hours; you will have a whitish liquor, which contained in it the volatile salt, and part thereof will stick to the sides of the recipient, and a reddish foetide Oyl will swim upon the liquor. Pour out all the liquor that is in the recipient, then pour a little warm water in the recipient, and shake it to get out all the volatile salt: Separate the Oyl from the liquor by a glass funnel; then filter the liquor, to free it from all Oyliness: Put this liquor into a matrass with a long neck, to which fit a head and a small recipient; distill in sand with a very gentle heat, and the volatile salt will ascend into the head as white as snow; when you see that a pretty quantity is sublimed, take off the head, and stop the mouth of the matrass, if you have not another head to put on; be as quick as you can to gather the volatile salt that is in the head, and put it into a vial, which stop very close with a glass stopper, for it is very apt to resolve into liquor when it taketh air: Then put the head on again, and continue the sublimation until there sublime no more salt; gather this last salt, and put it to the rest: Then put on the head again, and augment the fire a little, and you shall have a fiery liquor, which is the volatile salt, mUd with some flegm, which makes it come over in a liquid form.
This salt is much esteemed and recommended to purifie the blood by sweat and by urine. It is the best of all common remedics against hysterical fits and vapours, smelling to it, and taking it inwardly. It is excellent against the palsie, apoplexy, epilepsie, & c. against quartan and tertian agues. It opens all obstructions, and provokes the terms. The volatile spirit hath the same vertue as the salt; it is good for all obstructions, particularly of the spleen, and keeps the body open; it is far beyond the common spirit of Tartar in vertue. The dose is from eight to twenty or thirty drops in some fit vehicle.


From Jean Mavéric. 
PROCEDES DE LA VOLATILISATION DES ALCALIS
Pour aider les chercheurs dans cette voie, nous leurs offrons plusieurs procédés, pris parmi les meilleurs.
PREMIER PROCEDE POUR VOLATILISER LE SEL DE TARTRE
Faire dissoudre du sel de tartre très blanc dans du vinaigre distillé, filtrer et évaporer jusqu'à pellicule, puis y mêler deux fois autant de sable fin et blanc, les réverbérer ensemble pendant douze heures dans un vaisseau de terre non vernissé. Redissoudre en vinaigre ce sel réverbéré ; filtrer, évaporer, réverbérer et dissoudre tant que le sel de tartre soit blanc comme neige.
Redissoudre ce sel en vinaigre distillé, le faire évaporer au bain-marié et le dissoudre encore jusqu'à ce que le vinaigre devienne acre et piquant. 
Faire doucement sécher ce sel et y ajouter son poids d'esprit de vin, les digérant ensemble ; puis, distiller à lente chaleur et remettre de nouvel esprit pour digérera nouveau. Continuer ce travail tant que l'esprit de vin sorte aussi fort qu'avant son emploi. Faire évaporer doucement et sublimer le sel par feu de degré et le garder en vase clos.
DEUXIEME PROCEDE POUR VOLATILISER LE SEL DE TARTRE
Arroser du sel de tartre pur avec son esprit jusqu'à complète saturation ; le mettre en un matras de verre avec son chapiteau et récipient bien luté et distiller jusqu'à siccité. Extraire le peu de sel fixe qui restera dans le matras après la distillation et le calciner en un creuset au feu de fusion. Remettre ce sel dans le matras et cohober dessus, la liqueur tirée en distillant. Distiller à nouveau comme la première fois et répéter cette opération jusqu'à ce que le sel fixe ait absorbé tout l'esprit de tartre, ce qui doit arriver à la septième distillation. Verser ensuite de l'esprit de vin, rectifier sur le sel ainsi préparé et faire distiller jusqu'à ce que le sel fixe ait absorbé tout l'esprit de vin.
TROISIEME PROCEDE POUR VOLATILISER LE SEL DE TARTRE
Piler à part sel de tartre et salpêtre de chacun une livre et les mêler ensuite. Mettre le tout dans une marmite de fer propre et faire détonner avec un charbon allumé, en agitant la matière avec une tige de fer, jusqu'à ce que la couleur rouge disparaisse et que le sel devienne très blanc. Pour avoir l'alcali de tartre pur, il faut le faire calciner au four jusqu'à ce qu'il soit en une masse blanche; puis, mettre en creuset au four à vent le tartre calciné par le nitre, cidessus décrit, jusqu'à ce qu'il fonde, le verser dans un mortier de bronze chauffé et il se dissoudra en une masse alcaline bleuâtre qui fond à l'air. Prendre ce sel calciné et le dissoudre en eau bouillante en agitant; laisser reposer jusqu'à clarification et que les impuretés restant au fond. Verser doucement le clair et faire évaporer jusqu'à sec. 
Pour l'avoir parfaitement pur, il faut prendre la dissolution de l'un des sels avant évaporation, et le mêler avec autant de chaux vive claire dans de l'eau et les laisser quinze jours fermenter en un vase de grès couvert, verser le clair doucement et évaporer à sec en vase propre et l'on aura un sel volatil blanc et pur.
Le sel volatil ainsi obtenu, il faut le mettre à lente digestion avec l'huile exprimée de la plante qu'on aura choisie. Cette digestion doit être longue, selon Helmont, et se doit terminer par une longue circulation de manière à volatiliser à nouveau le sel obtenu. Ce sel digéré à très douce chaleur avec de l'esprit de vin, lui communique la teinture de la plante et laisse, par plusieurs opérations, le sel dépouillé de sa teinture. Cet esprit distillé à lente chaleur, laissera la teinture au fond du vaisseau, et ce sera le crasis pur de la plante, qui est un excellent remède, quand on désire avoir la teinture séparée du sel.
MENSTRUE ACIDE DU VINAIGRE
Dissoudre une livre de cristaux de vinaigre ou tartre purifié dans cinq livres de vinaigre distillé et les digérer ensemble dans un vaisseau de rencontre par quinze jours au bain vaporeux. Distiller ensuite par la retorte au sable, jusqu'à siccité, en augmentant le feu sur la fin. Calciner à blancheur le résidu et y joindre encore une demi-livre de tartre pur. Mettre ces sels calcinés dans une retorte et les distiller en cohobant, tant de fois que l'esprit enlève avec soi une grande partie du sel fixe, ce qui arrive à la dixième distillation. Mêler alors cet esprit avec le premier obtenu et distiller lentement par trois fois en poussant le feu à la dernière rectification le menstrue peut pénétrer les métaux.

March 26, 2015

Le couteau multifonction en Alchimie/Spagyrie.

Ceci pourra être un sujet d'article un peu curieux, cependant, pour le praticien aguerri, il pourra être intéressant de savoir à quel saint se vouer en ce qui concerne les couteaux multifonctions dans le cadre d'une pratique régulière de laboratoire. 

Simple, compact, pratique et très utile, le couteau multifonction remporte depuis des années l'adhésion toujours grandissante, d'utilisateurs de tout poil. Allant depuis le simple bricoleur, le baroudeur, le militaire, l'artisan pro, le couteau multifonction est dans tous les sacs, toutes les poches, s'accroche à toutes les ceintures.

Serrer un collier d'alambic, couper un câble métallique, scier ou limer du métal, se faire une tartine sur le pouce, etc pourra être efficacement effectué avec un couteau de ce type. Le gain de temps et de place est incroyable, la portabilité, maximale, l'entretien, minimal. Selon les marques cependant, il y a des différences.

J'ai reçu le mien à 13 ans. Il est toujours efficace. C'est un Victorinox, un couteau 'suisse'. J'en ai reçu un autre à mes 30 ans. Toujours de la même marque. Mais un peu différent cette fois plus du style "multi tools". Les deux se complètent bien. J'ai utilisé le premier pour mes pantacles de plombs, afin de les percer par exemple.


Beaucoup se fient aussi aux leader US des couteaux multifonctions : "Leatherman", cependant, son acier carbone rouille bien plus facilement. Les Victorinox sont quant à eux connus pour leur très bonne qualité d'acier. J'ai déjà tordu le fil du mien, la pointe n'a pas cassée. C'est vraiment du très bon matériel. 

On pourrait, à la rigueur, dire qu'ils sont moins polyvalents que les Leatherman vis à vis des outils disponible. Peut être aussi les Leathermans sont plus légers, plus "design" ou ergonomiques... mais sincèrement, je ne sais pas si cela fait une réelle grosse différence. De toute façon on ne peut pas non plus avoir TOUTE une boîte à outils à la ceinture !




Je n'ai pas encore de Leatherman, mais peut être un jour. Ce jour là je vous en parlerai alors peut être.

En bref, je vous conseille d'avoir un bon couteau multifonctions à votre ceinture lors de vos travaux de Labo, cela peut être réellement utile.

March 21, 2015

The 3 Levels of Alchemy.


Here is exposed, my understanding and vision of Alchemy. IMO, it is better to have a distinction between the methods. One can see clearer at the goals and where he is working, or dabbling.

I'll not speak of Archemy or Spagerics, only Alchemy per se, i.e, => Phi Stone as a goal.


Alchemy as a scale, goes from the bottom, the material world, up to the top, where everthing is closer to nothingness, rarefied things.

And thus we can deduce three levels :

- Pure
- Bastard
- Ersatz


Pure :

Here, only Spiritus Mundi is condensed. Nothing is added.
See for example : The Revelation of Trithemius. In "Potpourri alchemia" pdf in RAMS Dvd. In freench here : http://gallica.bnf.fr/ark:/12148/bpt6k1143539


Bastard :

A mix between Spiritus Mundi and the second "secret hand" as would say a friend, plus a Sulfur, which can be, either material, or "spiritually" attracted.

Salts are used to create a magnet. This is the first level. 
The second one is a coction with the Secret Celestial Fire.

Without knowing the secrets of Spiritus Mundi, no one ever pass this level. And stay at level 3, or Ersatz.

Texts : Hyle und Coayle, Hermetic Recreations, Mutus Liber, Canseliet's/Fulcanelli, Arcana Divina, Chemical Moonshine, Donum Dei, ICH for example. Rain, dew, etc enters this category too, but at the frontier with the ersatz paths, because of the lack of spirit in these Paths.

Ersatz :

Here, no Spiritus Mundi.
Only the Agent will work upon the Patient.

These methods are interesting and the widely known and experimented.

They give you a possible rejuvenation, healing illnesses, transmutations, and other kind of "miracles".

Texts : Flamel, Cosmopolite, Trevisan, Zachaire, Jehan de Meung, Bacstrom's blood way, and everything related to metals only (cinnabar, antimony paths, amalgams, and so on) ...


I'd say that the Alchemical corpus of texts are at :

1% on the pures.
19% on the bastards.
80% on the ersatz.

This clearly shows why some people will never understand a single thing in Alchemy, because without making a clear dinstinction, everything is mixed up, messed up, and then, you get totally lost.


The Pure create it's own magnet, and then the spirit flow down, and in the Bastard, we create the magnet for the Spirit. So we imitate the process. And the Ersatz is just imitating the whole process, with material magnet, material spirit. just a pale copy.

I make a clear distinction between Spiritus Mundi, which is for me a condensed matter from "no where" (apparently) and the "Heaven/second hand", which are already in the matter, and that is just spagerically revealed. Even if the Second hand comes from SM, which is the case for everything in this universe.

The Spirit is everywhere, but IMO, there is a difference nonetheless.

March 18, 2015

Gradation dans la voie ?

En travaillant j'aime assez écouter des émissions de radios, notamment, bien sûr, sur un sujet qui m'est cher : l'Alchimie.

Eugène Canseliet a cette faculté d'inspirer, de fasciner et de capter toute l'attention de son auditoire, lui qui a porté bien haut l'étendard "rouge" de l'Alchimie, comme il le disait lui même, "pendant 30 ans dans la mêlée". 
A travers sa voix, son rythme, la force qu'il donne à ce qu'il dit, son timbre, nous sommes portés et transpercés par sa force. Quelle motivation, quelle bénédiction il nous donna alors. 

ll me fait toujours réfléchir, penser, méditer. En bref, il est souvent à l'origine d'une inspiration, d'une réflexion. 

D'ailleurs, Eugène Canseliet, dans une émission de radio en 1971 nous disait ceci :

"En Alchimie, il n'y a pas de livres élémentaires, si vous voulez, puis moyens, puis supérieurs, il n'y a pas de premier, de sixième, de cinquième, enfin, il n'y a pas une gradation pour arriver à un endroit donné. 
Il n'y a qu'un diplôme en Alchimie, un grand, c'est l'Adeptat. C'est la Royale Couronne de l'Adeptat, c'est de réussir le Grand Oeuvre". (à 1h05) 

Voilà qui est dit, dans sa manière habituelle; passionnée et claire, affermie dans l'expérience de la vie, de la voie, et du Laboratoire.

Mais est ce exact ? Il n'y a pas de gradation possible ? Il ne nous est pas possible d’échelonner notre apprentissage ?
Et tous ces cours, ces formations, ces livres ... n'est il pas possible d’aménager la voie ? De la rendre progressive ? Bien des auteurs ont tenté de le faire, et plaçant par exemple, la spagyrie, ou ancienne chymie, en premier. Pensant peut être qu'un travail sur une plante demande moins de dextérité ou de connaissances qu'un travail sur un minéral. Est ce là une recherche de simplicité ou est ce plutôt une volonté de former l'opérateur néophyte aux techniques complexes du Laboratoire ? Je penche plutôt pour une recherche de quelque chose d'abordable, de plus contrôlé, de cadré. Au final, de plus "simple" (je n'ai pas dit facile). C'est peut être aussi, et surtout, ce qui peut se transmettre le mieux, car l'ampleur du travail est gérable, pas comme celle du Grand Oeuvre. Elle n'en a pas la même portée non plus, et son accès est bien plus libre. Cependant, penser se former via la spagyrie pour accéder à l'Alchimie, c'est un peu faire de la course à pied sur terrain plat pour montrer le mont Olympe sur Mars.

Personnellement, je n'ai pas commencé par la spagyrie. J'ai commencé par la voie sèche de l'antimoine, avant j'ai un peu distillé d'eau de pluie, tout simplement. Et alors ? Qui donc à dit qu'il fallait commencer par les plantes ? Sont elles moins complexes qu'un travail au fourneau ? Non, je ne crois pas. Elles sont infiniment plus complexes selon moi. Bien plus d'éléments sont à prendre en compte que dans un travail avec un métal.

Parlez moi, (en tant que néophyte), des interactions entre sels volatils, sels fixes solubles, sel insoluble, soufre volatil, soufre fixe, flegme, mercure alcool, caput mortuum, huile fixe. Vous aurez peut être, certainement même, plus de mal. Qui aime qui et qui n'aime pas quoi dans tout ces intervenants, qui peut faire médium avec qui et pourquoi ? Et vous voulez faire une pierre végétale ? Ha bon ... wow. Courage.

Un métal, ça fond. Ça se refroidit. On ajoute, on retranche. C'est tout. On fait cuire. On observe, on ressent. Au grand maximum nous avons un caput, un régule, quelques sels. C'est techniquement bien plus simple, direct. Un creuset, un feu, un sel, un minerais. Voilà. Pas de Dean Stark modifié, pas de Sohx... soklet ... soxhlet (personne ne sait le dire), à faire fonctionner, pas de choses complexes au départ. 

Faire penser qu'un travail avec une plante est si simple ... c'est un peu déjà se fourvoyer. C'est même fourvoyer l'autre finalement. Il faut un sacré doigté pour approcher une plante. C'est un être bien plus sensible qu'un métal. Le métal est bien plus brut. La plante est plus proche de nous. Techniquement, philosophiquement, je dirais qu'il est plus simple, et plus facile, de commencer par ce type de méthodes. Tout en y allant doucement avec les verreries, et les protocoles végétaux par exemple.

Vous ne voulez pas aller au charbon ? Pas de soucis. Distiller votre eau, votre alcool, votre vinaigre. Purgez vos sels, cristallisez les. Techniquement c'est la base. Ce répétitif inévitable, qui fait parti du cheminement du spagyriste mais aussi de l'Alchimiste. La gamme de base. L'entrée en matière par les mercures.

Pour le reste, "l'impalpable", cela viendra, au "feu et à mesure". C'est quoi cet "impalpable" ? Il est très facile d'aménager la technique et d'essayer de jalonner la voie. C'est faisable. Cependant, l'attention, le coup de main, la qualité de la présence, le truc incompréhensible, la façon de faire, de voir, de savoir, cette insoupçonnable chose, cet impalpable et subtil résultat du temps et du feu combinés, qui nous façonne dans notre comportement au Laboratoire. 
Cette force qui fait que la perle d'or devient feuille d'or, que le cuir brute et rigide, soit souple et parfaitement tanné ... Concrètement, et je sais que cet exemple n'est pas réellement pertinent, c'est un peu comme si en mettant en circulation un vaisseau vous vous disiez "je le mets pour 40 jours" (techniquement correct), et qu'en répétant ceci 10 ans plus tard vous n'avez pas la moindre idée du temps que vous prendra cette circulation et vous vous en f**t** royalement, du moment qu'elle s'accomplit comme il faut. 15 jours, 60 jours ... peu importe.
Ceci n'est pas gradable. Et c'est ça le Couronnement de l'Adeptat. C'est bien plus un état intérieur qui se concrétise au Laboratoire, quelque chose qui sort de vous, au départ, s'accomplit au Laboratoire et finit, par l'ingestion, de vous achever dans votre transformation. 

Vous agissez sur le Laboratoire, mais en lui laissant les coudées libres, le Laboratoire agira sur vous, pour vous. La boucle est bouclée, le tout est accompli.

Je pense qu'il est important de poser les questions cruciales dès le départ, à notre débutant, impétrant, néophyte, ou ce que vous voulez. 
Pourquoi ne pas le confronter de suite, aux "serrures" majeurs ? Essayer de lui faire trouver les clefs qui les ouvrent.
Pourquoi au contraire, ne pas le confronter directement à un travail sérieux, "lourd", engageant, "mordant". Je ne sais pas si vous ressentez ce que je veux dire, par "travail lourd". Il arrive que lorsque nous lisons une procédure, une recette, ou un allégorie, nous puissions ressentir le poids général, de l'ampleur, du sérieux de l'opération. Mais les questions, voire les travaux des premiers degrés Alchimiques devraient alors être posés. Plus tôt la matière cuit, mieux c'est. 

Certains ouvrages gagnent une réputation grâce à cela. Non bien sûr que l'ouvrage soit compréhensible (peu comprennent réellement Cyliani, ou Limojon par exemple au début de leurs études), mais ils ont cette grandeur. Car ils sont oints du but qu'ils exposent. Ceci suffit à les rendre grands et les faire, inoxydablement, perdurer de par le temps. Et ce, malgré l'impénétrabilité, les manques, les inversions, les envies que contient le texte.

Pourquoi ne pas parler de suite, de l'aimant ? Des clefs du Grand Oeuvre ? De l'Esprit, vert, Universel ? De la logique de la gradation des couleurs de l'oeuvre ? Du pourquoi et du comment une matière perd en masse ou en gagne. Des étapes des Grand Oeuvre. 
Rien n'empêche alors de le laisser faire des teintures, des élixirs ou autres productions tout à fait honorables dans son Laboratoire, Spagyrique. Mais effectivement, tenter de graduer un travail au Laboratoire, c'est je pense peine perdue. Au lieu de faire de l'Alchimie une séries de marches, telles un escalier, c'est plutôt à l'élève de se hisser de lui même, par son effort, au niveau de ce que lui demande l'Alchimie. Défis sur défis. Et non, semblante facilité sur semblante facilité. Canseliet ne parlait pas de spagyrie, il ne parlait en général que du Grand Oeuvre ! Il ne rabaissait pas cette Sapience au niveau le plus "bas" pour qu'elle puisse être appréhendée par ceux qui ne font pas l'effort. Ça ne marche pas ainsi. Il n'y a RIEN de facile (et je n'ai pas dit simple) dans l'Alchimie, l'Archimie ou la Spagyrie. Rien du tout. Distillez de l'eau, et vous verrez qu'il faut ne serais ce que surveiller la cornue, le feu, la possible pression, l'eau du bain, vider le récepteur, et être patient, ha ça oui, patience ... (Valois nous en dit d'ailleurs "La Patience est l'échelle des Philosophes, et l'Humilité est la porte de leur Jardin"). Ce n'est souvent pas la part technique le plus difficile, c'est souvent l'élément humain. C'est lui la faille majeure !

Le néophyte sait il sur quel chemin il s'engage ? Doit on lui épargner les questions radicales, fondamentales, cruciales (=> racines/radix, fondement, et croix/crux) que son intérêt, sa motivation, sa passion animent ? Son ignorance occulte les implications, les aspects importants de sa quête. S'engage t'il en pleine conscience de ce que tout ceci implique ? Il faut en douter !

Doit on le ménager avec de la facilité ? De la simplicité ? Doit on amputer des procédures pour les lui rendre 'attractives' ? Pour moi non, et nous tombons souvent dans le travers de la vulgarisation, et je vous soulignerai que le vulgaire en Alchimie est opposé au Philosophique, ainsi, tout Philosophique ne peut souffrir de vulgarisation sous peine d'être désacralisé. 
Doit on encore lui présenter uniquement du végétal au départ ? Pourquoi pas, un peu de "viande", un peu de soufre, un peu de feu ! Pourquoi ne pas pimenter tout ça avec un réel défi ? La voie est déjà si longue ... alors en quoi la rallonger ? Si sa vocation est de devenir spagyriste, pas de soucis, mais si elle est de nature à devenir un Adepte, alors, pourquoi ne pas commencer l'entrainement directement ? Se confronter à la matière grave de suite ?

Je dis ceci car il me semble que dans certaines formations le Grand Oeuvre est repoussé au loin, comme quelque chose où il faut déjà une sacré expérience, et qui passe alors, selon les formateurs, par la spagyrie. Autant dire que lorsque la personne va passer à l'Alchimie, elle va y appliquer ses réflexes spagyriques. Pour le meilleur et pour le pire. Et déjà que sa formation en spagyrie ne sera probablement pas fameuse, il n'en ressortira, au mieux, que du caput de ses premiers essais "Alchimiques". Enfin vous voyez voyez ce que je veux dire !

Dans tous les cas, néophytes ou Adeptes, je pense que cet "impalpable" fait que l'on travaille "bien" ou non. Non pas techniquement, mais impalpablement bien. Car comme le dit si bien Eugène Canseliet : "Faire Alchimiquement, c'est faire avec Amour".

Et ça, ça transcende la technique, quelle qu'elle soit.

March 11, 2015

Les couleurs du temps.

L'imagerie populaire semble penser que l'Alchimiste est une personne perdue dans ses pensées de manière continuelle, penchée sur ses livres, ses cornues, assise autour d'un fatras de choses bizarres et sales. Il est associable, puant, sale, le regard vague, les yeux injectés de sang par la fatigue, les ongles longs et noirs et les habits négligés. Il est aussi peut être nécromancien, ou sorcier... Sans compter le fait que le lieu où il travaille sent l'urine à plein nez. Si ce n'est pas autre chose... ragoûtant. 

"- Dis donc Raoul, il est où le caput d'urine ?"
"- Suis les mouches !"

Déjà cette image était véhiculée très tôt par certains peintres, dans des gravures. L'aspect chimérique de tout ceci n'a rien fait pour aider à embellir l'aspect, ou l'image des alchimistes de part les siècles. L'image de la voie sèche au charbon serait plutôt un gaillard plein de suie sur lui, transpirant, mais plein d'énergie. Tout l'intérêt est porté sur son fourneau ronflant, sur les couleurs des creusets dans la moufle. Celui de la voie humide, un petit athanor, chauffant sans rien demander à personne, dans un petit coin d'un bureau. L'Alchimiste aillant une allure tout à fait normale, relaxée le plus souvent, et s'il s'agit d'une coction longue, et bien ... il n'est tout simplement pas là, il vaque. De temps en temps, il jette un oeil à sa fiole. Fait un petit "hmmm", et puis patiente quelques mois de plus sans soucis. 

Vous l'aurez compris, l'image d'Epinal, ne nous fera pas "gober" que ça chauffe mieux avec de la crasse et des livres déchirés de partout (même si à un moment on les déchire, mais c'est une autre histoire).

Le parcours alchimique d'un opérant peut varier. Il peut travailler dur à certains moments, puis à cause de sa vie profane, devoir laisser tomber la "chauffe" ou la "coction", pour devoir se consacrer à tout autre choses. Parfois il semble qu'il ne travaille plus au Laboratoire. C'est normal, le Laboratoire travaille par lui même tout seul, en pilote automatique. 

Je suis pour ma part, loin de penser, ou mieux, de faire ce que Eugène Canseliet disait de l'Alchimiste seul, ennuyé devant son Athanor, attendant que le temps passa, tout en se masturbant... se masturber à coté de son Athanor ? Jamais vu ça ! Prier oui, l'onanisme, non. Il n'y a pas de "playmate Pleine Lune de Mai", "rosée de printemps", ou autre. Bref ! Et n'allez pas imaginer que les termes ici choisis soient de nature à connotations.

Parfois la Science d'Hermès a du mal à tenir face aux impératifs et aux nécessité de notre monde. Parfois aussi nous en avons simplement ras le bol, ras la tête de maure, plein le creuset, et puis, la flamme ne brûle plus toujours aussi fort dans l'athanor de notre coeur. Bref, nous avons besoin d'air, un peu de vacances, de voir autre chose, et c'est bien légitime. Ces "breaks" peuvent durer des jours, des semaines, des mois, parfois un an ou deux. Nous ne sommes pas dans l'énergie du labo, et nous ne souhaitons pas nous y investir à 100%, ou encore y investir, temps, argent, énergie, etc, totalement. 
Ainsi, nous pouvons très bien travailler qualitativement, longuement au laboratoire, mais qualitativement, c'est à dire, en investissement, qu'à 50%. Je pense sincèrement qu'il y a des cycles dans notre travail de Laboratoire. Que l'on ne peut, physiquement, psychologiquement, monétairement, ou temporellement, s'investir totalement. je crois même que ce n'est pas sain. Du tout. A certains moments, comme au printemps, il y a un regain d'énergie, d'intérêts, et de nouveaux projets éclosent. Puis une accalmie avec une période de travail, d'études, de tests. Finalement, une fois le cycle achevé, avec son lot de réussites, et "d'échecs", une pause peut se faire jour. Peut être bien une pause intégrative. 

Non, l'Alchimiste ne reste pas, immuablement penché sur son fourneau, sa cornue, évidement, fondre un métal ce n'est pas la même chose... Il faut être là car il y a du travail, beaucoup plus d'énergies à injecter dans le processus. Faire une distillation, c'est 15 minutes de travail, et le reste ... ça chauffe tout seul, nous n'avons pas toujours besoin d'être là, à regarder chaque goutte tomber, au mieux, on règle le feu, on ajuste la tête de maure, on change ou on vide le récipient lorsqu'il le faut, mais cela ne prend pas 100% de notre temps ou de notre attention. Au mieux sur 5 heures de distillation je suis présent 30 minutes. J'ai "l'oeil" pour savoir, selon la température, quant le récipient sera à changer selon l'appareil de distillation, quand il faudra hausser le feu. Ce sont des coups de mains, d'évaluations automatiquement mises en places. Il a fallu que j'y réfléchisse pour me dire qu'en effet, j'avais cette capacité maintenant. 

"Voilà ! C'est reparti pour trois heures, je vais pouvoir finir ma partie d'échecs en ligne".

Mais cela, ça ne se fait qu'avec de la pratique, de la patience, du temps. Des petits pas qui mènent doucement sur le chemin de l'Alchimie.

Je ne pense pas qu'il faille se forcer à avoir une pratique régulière. Ce n'est pas une chose que l'on force. Cela vient naturellement. C'est un peu comme l'amour. Les pauses sont nécessaires aussi. Il ne faut pas se "frapper" si nous regrettons de ne pas pouvoir, de ne plus vouloir travailler au labo. Sous le ciel, il est dit, qu'il est un temps pour tout. Pour travailler, pour se reposer, pour profiter des fruits de ses labeurs. (Amen +)

Mes chers amis, je vous souhaite, soit de bonnes vacances du Labo, soit une bonne pratique. Dans les deux, cas, amusez vous bien !

January 30, 2015

Le Coeur Sacré du Christ



Le Coeur Sacré du Christ, ici sous la forme de Jésus, est un centre énergétique puissant, situé au niveau du thymus, au centre de la poitrine. Il est lié à l'émotion Divine (et au feu de cette émotion, de la béatitude, de la compassion infinie, de la tendresse envers toutes les formes vivantes). Il ne faut pas le confondre avec Anahata ou Hridaya Chakra (Le Hrit Padma Chakra). Il est un centre lié au Soleil du Premier Monde Supérieur selon mon expérience.

Il se situe bien au dessus du centre Anahata et il en est l'octave supérieure. Il se travaille de diverse manière mais la plus belle façon de l'ouvrir est par la réception de la Grâce. Il pourra s'ouvrir petit à petit. La personnalité se mettra alors à changer et d'égoiste, de coeur asséché, ou agnostique, la personne sera touchée par la Foi, la bonté, le partage, l'amour chaud et rayonnant. 
La ferveur, la mystique, la dévotion, la profonde humilité et la foi sont lié à ce chakra, mais aussi un feu émotionnel qui pourra brûler la poitrine du dévot. Padre Pio était si chaud qu'on ne pouvait le toucher par exemple. D'autres saints encore plongeaient dans les puits des monastères pour se refroidir le coeur ... 

Il y a là un Granthi, un noeud en sanscrit. C'est à dire que le centre reste dormant tant que le noeud n'a pas été usé par une pratique de compassion envers une forme de vie.

Bien au delà de la religion Chrétienne ou Catholique, ou de toute forme de Dogme, l'expérience mystique en est purement spirituelle. Jesus ou Marie n'en étant que les représentant culturels les plus communs. 

Cependant, on retrouvera exactement la même représentation et connotation mystique chez le Dieu mi homme mi Singe Hanuman, puissance de dévotion, force mystique incommensurable donnée par son Coeur Sacré. 
Alchimiquement parlant nous nous trouvons ici dans une élévation, une sublimation. Ce Coeur mystique est lié à un feu, une vie secrète, et donc une force.
Il est situé dans la partie aérienne de l'être, soit la poitrine. Nous pouvons donc relier ce centre au Feu Secret par exemple à notre Rosée (Force) Philosophique.

Qui, si ce n'est le Feu Secret, donne sa vie, qui est en lui, pour la rédemption du soufre (âme) et du sel (corps) ? Ce Feu, c'est notre Mercure. Mais Mercure purifié, animé, exalté, et déversé et mêlé sur la matière vile, pour son salut.

Ce salut, cette évolution, cette exaltation de la matière passera alors par la coction. Pour transmuter alors le soufre cru en soufre cuit, égal au "Christ" ou ) la Force Parfaite, Mure, rayonnante de Lumière Divine.

Ainsi, nous comprenons que la compassion appelle la force du Feu Divin en nous, et ce dernier participe activement à notre évolution spirituelle.

December 03, 2014

Nature and role of blood in Alchemy.

Recently on facebook one of the topic on my wall was about blood, and there was way too much to say about it, for the answer to fit in a simple post, it is a profound subject that needs an article, not an elusive and quick answer. 

Some think that this subject is part of legends and myths and that we should stop watching tv shows and films, that blood is an analogy for other matters (mineral one especially). I won't deny the fact that blood is often used as an anlogy, but also as the principal subject, minera, patient of the Alchemical Magnum Opus.

As all matter, (whatever could say the only-mineral-alchemy persons, thinking that only sulfur, mercury and salt exists exclusively in metallic subjects), it can evolve in favorable conditions.

Sigismund Bacstrom tells us in his "Rosicrucian Aphorisms and Process" that it is "the Operis maximi Antiquorum Sapientium" or hear, the greatest operation of the antique wisdom. Without ambages he is informing us about the principal subject : the blood of a young man.

Seal of the Rosicrucian Society, from the admission copy of the Dr.Bacstrom. 
You see clearly the "source" of the matter.

I won't give all the details of the text, stressing only on the protocol (seemingly at first sight perfectly clear and complete, but it is in reality incomplete) which is given. Actually, it is not the most interesting that is hiden,  but only a very common key (for that perdio of time). He was quite charitable with us. A lot of other books and resources speak about the work on blood. A complete artist had to work at that time on all kingdoms. I also read some processes about volatile salts of human skulls... There was no limits to their visions and experiences.

The occult role of blood in huge. Obviously we hear about it stories of vampires, where it is considered as fluid of life, in shamanism, in psychogenealogy where it is playing the role of memory bank of the ancestors, in magick, where it is a vital charge/force/energy for the realisation of an objective - some will even qualify this, as "red magick", even though  often, it is dipped in "black", a drop of blood can rise the capacity of charge of a tincture in an incredible way, exactly as gold. We also can see blood as a personnal "signature", as would do a drop of saliva, sweat, etc. It is thus, a kind of  "gold". 

So, we saw that it is a fluid of life force, memoiry, capacitor of force and a signature. We can understand now that the Stone made out fo blood is a maximization of the vital fluid in in. Rising, exalating the quality of blood, having cooked it and perfected, cleaned, we then can ingest it and we are transmuted.

This is why you have to take your blood, and not as indicated in Bacstrom's text, the one of a young men ...  Not because of the vitale force, pretext to take the one of a healthy young men, but more because of the fact that your personnal, familial, and human karma is present in it.

Cooking his own blood into a Stone, it is perfecting yourself, evolving in a quicker way.

But you have to know that the process is very hard psychically to undertake, alike any animal ways, and you have to be a good magus/mystic to avoid all the pitfalls of such work. It is said that you need a Mineral Stone befaore, or even an Astral Stone (dew, rain, snow etc). 

We see in vampires film, alike the new "Dracula Untold" (2014), that blood confers the initiation of that state. What happens ? TheVampire will give to drinnk his own blood to one of his "kid", this one is temporarily "transmuted" (retrograded would I say - involutive transmutation). He has then the symptoms of the vampire. If ever he drinks human blood, his destiny is sealed, he remains a vampire.

We have the same thing in the Christian religion. Christ's blood is transmutative. Analogically of the Powder of Transmutation, but here in the human and spiritual area.

Jean Dubuis in one of his documents on the Graal tells us this : 

"In the initiatory path, that is to say, in the rising levels of consciousness, changes occur in both the psyche and the physic of the adept. In particular, blood properties change. It says in the Bible that "the Spirit is in the blood." The word Spirit is not to be confused with the word soul. In ancient chemical and alchemical texts, the passage in the distillation of spirits is the passage of the Philosophical Mercury. This Spirit endows the blood of a high regenerative power that opens the centers corresponding to high levels. This blood acquires alchemical powers proportionated to the level reached by the adept.
In the case of the adept at Tiphereth, blood acquires the properties of seed of gold. The dried blood powder transmutes copper, mercury, silver into gold; However, tin, iron and lead are not accessible to him. This powder rises all beings who consume it,and that are already on the path, at Tiphereth."

Farther we read : 

"The symbolism in the Communion of the catholic Church is an occultation of the possibility of redeeming of men through the transmuted blood.

A depth study of this question leads us to the following conclusions : the dried powder of blood of an adept can realize a transmutation, even in the hands of a novice person, only very few basic knowledges are enough. But, we believe that the awakening of the adept can only be done via his own blood."

This is very interesting. The blood of a adept is so transformed that it's own nature even change. It is possible that it is no more "iron" in the hematias, but possibly a "gold". It is then, down to the center of production of blood in the red marrow and  spleen that the transmutation operates and is the most present.

Alchimists also do this with the Cosmic Blood, or Spiritus Mundi. But it is here another subject. Which comes normaly after the Stone of Blood. (Alike the steps of a stair, if we want to go from an extreme to another, we need mediums between the two).

Yogis too transmute their bodies by a kind of internal alchemy. The Christic Force is said residing in Ajna, and going down into the most subtles bodies at first, then, condensing itself physically as a warm nectar with a subtle taste. Some call it Rasa, some Soma. Depending of their definition. It is when the whole body is charged, impregnated of this fluid that the yogi becomes a "christ yogi" as state the definition of the Kriya yogis (Paramahamsa Yogananda for example). Do not mistake "Christ" with "Jésus". Jésus became Christ, yes, but any kind of human can be Christ, because this spiritual state is universal, and not localied in only one kind of matter/men. It is fore, and foremost, an energy.

November 29, 2014

Colorisations

Eleazar Abraham - "R. Abrahami Eleazaris uraltes chymisches Werk, welches ehedessen von dem Autore theils in lateinischer und arabischer".

 (1760) .pdf 122.0 MB

Vous trouverez le livre ici (via esoshare sur facebook)/You'll find the book here :

https://mega.co.nz/#!I5ZFFTSB!ZG45LQmEgJGuGyp_acHaLPVmiF9sXA9NamzV9fbfwi8

Essais de colorisation. J'ai tenté de rester dans l'esprit de l'époque ... pas trop de couleurs, peu de nuances.














 








November 19, 2014

La Nature et le rôle du Sang en Alchimie.

Récemment sur facebook un des sujets sur ma page a été le sang, et il y aurait eu trop à dire pour cela tienne en une réponse évasive et rapide. 

Certains pensent que ce sujet fait plutôt parti des mythes et légendes, et qu'il faut cesser de regarder des séries tv, que le sang en tant que tel est une analogie pour d'autres matières. Je ne renierai pas le fait que le sang est utilisé bien des fois en tant qu'analogie, mais parfois aussi en tant que sujet principal, minière, et patient dans l'Oeuvre Alchimique. Comme toute matière, n'en déplaise aux férus de l'Alchimie exclusivement minérale, pensant que seul le soufre, le mercure et le sel existent dans les sujets métalliques, elle peut évoluer dans des conditions qui sont propices.

Sigismund Bacstrom nous dit dans ses "Rosicrucian Aphorisms and Process" que c'est "l'Operis maximi Antiquorum Sapientium" ou entendez, la plus grande opération de la sagesse antique. Sans détour il nous informe que le sujet principal est le sang d'un jeune homme.

Sceau de la société des rosicruciens, tiré de la copie 
d'admission du docteur Bacstrom de la société Rose Croix.

Je passerai les détails de ce texte, ne m'attardant pas sur le protocole (semblant parfaitement clair et complet, mais qui est incomplet) qui y est donné. En réalité ce n'est pas le plus intéressant qui est caché, mais seulement une clef assez commune (pour l'époque). Il a donc été assez charitable avec nous. Il existe bien d'autres livres et sources qui parlent de travail sur le sang. Un artiste complet se devait à l'époque travailler sur tous les règnes. Nous avons aussi déjà lu des procédés concernant des sels de crâne humain par exemple. Il n'y avait pas de limites à leur vision et à leurs expériences.

Le rôle occulte du sang est majeur. Evidemment nous en entendons parler dans les récits de vampires, où il est vu comme fluide de vie, dans le shamanisme voire la psychogénéalogie où il fait office de mémoire des ancêtres, en magie, où il sert de force vitale/charge pour la réalisation d'un objectif - certains vont même qualifier cela de magie 'rouge', bien que souvent cela trempe dans le "noir", une goutte dans sang peut augmenter la capacité de charge d'une teinture de manière incroyable, tout comparativement à l'or qui fait le même office. Nous avons aussi le sang en tant que "signature" personnelle, comme le ferait aussi bien une goutte de salive, de sueur, etc. Il est un "or" donc. 

Ainsi, nous avons vu qu'il est fluide de vie/force vitale, mémoire, d'accumulateur de force et signature. Nous comprenons alors que la Pierre faites par le sang est une maximisation du fluide de vital qui y est contenu. Augmentant la qualité du sang, l'ayant cuit et parfait, nettoyé et exalté, nous l'ingérons alors et nous nous transmutons alors.

C'est en cela qu'il faut prendre votre sang, et non comme indiqué dans le récit de Bacstrom, celui d'un jeune homme ...  Non à cause de la force vitale présente, prétexte à prendre celui d'un jeune homme sain, mais plutôt à cause du fait que tout votre karma personnel et familial humain même dirais je, s'y trouve.

Cuire son sang en une Pierre c'est se parfaire soi même, grandir, évoluer de manière accélérée. 

Cependant voilà, le processus est très dur psychiquement à supporter, comme toute voie animale, et il faut être un bon mage/mystique pour passer les affres d'une telle coction. Il est dit qu'il faut avoir une Pierre Minérale avant voire Astrale.

Nous voyons dans les films de vampires, comme le tout récent Dracula Untold (2014), que le sang est initiateur de cet état. Que se passe t'il ? Le Vampire va donner à boire son propre sang à un "rejeton", ce dernier est alors temporairement "transmuté" (rétrogradé dirais je même). Il  a alors les symptômes du vampire. S'il se nourrit de la force vitale humaine il scelle son sort.

Nous avons la même chose dans la religion Chrétienne. Le Sang du Christ est transmutateur. Analogique de la Pierre de Transmutation, mais dans le domaine humain et spirituel.

Jean Dubuis dans un de ces documents sur le Graal nous dit ceci : 

"Dans le sentier initiatique, c'est-à-dire dans la remontée des niveaux de conscience, les modifications se produisent à la fois dans le psychisme et dans le physique de l'adepte. En particulier, les propriétés du sang changent. Il est dit dans la Bible que “l'Esprit est dans le sang”. Le mot Esprit ne doit pas être confondu avec le mot Ame. Dans les anciens textes chimiques et alchimiques, le passage des esprits dans la distillation est le passage du Mercure philosophique. Cet Esprit dote le sang d'un pouvoir régénérateur élevé qui ouvre les centres correspondant à des niveaux élevés. Ce sang acquiert des pouvoirs alchimiques proportionnés au niveau atteint par l'adepte. Dans le cas de l'adepte au niveau de Tiphereth, le sang acquiert les propriétés de la semence de l'or. La poudre de ce sang séché transmute les métaux cuivre, mercure, argent en or ; cependant l'étain, le fer et le plomb ne lui sont pas accessibles. Cette même poudre élève au niveau de Tiphereth tous les êtres déjà sur le Chemin qui la consomment."

Plus loin : 

"Le symbolisme contenu dans la Communion de l'Eglise catholique est une occultation de la
possibilité de rachat de l'homme par le sang transmuté.

Une étude approfondie de cette question nous a conduit aux conclusions suivantes : la poudre de sang séché d'un adepte peut réaliser une transmutation, même dans des mains inexpertes, quelques connaissances élémentaires étant suffisantes. Par contre, nous pensons que l'éveil de l'adepte ne peut se faire qu'au moyen de son propre sang."

Voilà qui est très intéressant. Le sang de l'Adepte se transforme tellement que sa nature même change. Il est possible que ce ne soit plus du "fer" qui soit dans les hématies, mais possiblement un "or". C'est donc jusque dans les centres de production de l'hémoglobine dans la moelle et dans la rate que la transmutation sera la plus présente.

Les Alchimistes font cela aussi avec le Sang Cosmique ou Spiritus Mundi. Mais c'est là un autre sujet. Qui vient normalement après la Pierre de Sang. (Comme pour les marches d'un escalier, si nous souhaitons passer d'un extrême à l'autre, nous devons passer par des mediums).

Les Yogis eux aussi transmutent leur corps par une sorte d'Alchimie interne. La Force Christique est dit résider en Ajna, et descendre dans un premier temps dans les corps subtils, puis, se condenser réellement physiquement comme un nectar chaud et au goût subtil. Certain l'appelle Rasa, d'autres Soma selon la définition. C'est lorsque tout le corps est "chargé", imprégné de ce fluide qu'il devient alors à son tour, un "Yogi Christ" comme l'appellation du Kriya Yoga le dénomme. A ne pas confondre Christ avec "Jésus". Jésus est devenu Christ, certes, mais tout humain peut devenir Christ, car cet état spirituel est universel et non pas localisé en un seul homme/matière. 

October 31, 2014

La Part oubliée d'Halloween.

Encore une année qui prend fin, car évidement vous le savez, pour les Celtes, la fin du cycle se fait à ce moment précis de leur calendrier.

Nous avons vu les fruits rougir, et nous voyons les feuilles tomber, nous présentons alors l'arrivée de l'hiver et de son régime Saturnien.

C'est maintenant le moment de célébrer, de se remémorer nos (plus ou moins) chers défunts. Nous déposons des fleurs, nous nettoyons les tombes. Si nous ne pouvons nous y rendre, nous aurons une petite pensé ou un nous ferons un petit autel, un sanctuaire, avec quelques fleurs, une bougie, leurs photos. 
Pour les plus doués d'entre nous, nous aurons accès à leur âme dans l'autre monde et nous pourrons converser avec eux. Nous accédons alors à la part réellement occulte de cette fête de Samhain. La "mort" est une transition, c'est tout.

Cependant, en me "branchant" sur l'esprit d'Halloween, il m'est venu une chose : trop souvent nous oublions une part dans cette "fête".

Cette part si souvent mise de côté, occultée, ou déniée, est une part de nous même, interne, qui "n'est plus".
Qu'en est il de ce "nous" passé qui avait des rêves et des ambitions d'enfant ? De cet état d'esprit innocent ? De ce mal-être adolescent et de toutes les railleries auxquelles nous avons dû faire face ? Qu'en est il de nos premières expériences importantes ? Au final, comment ce "nous" à participé à nous construire tel que nous sommes maintenant ? Nous avons appris à nous connaître, nous construire, à apprendre de nos limites et à ouvrir notre esprit. C'est une grande rétrospective que je vous propose ici.

Mais il n'y a pas que ce "nous" passé auquel nous devons apporter un peu d'attention, il y a aussi toutes ces choses, personnes, lieux, souvenirs, etc, qui sont maintenant passées, et que nous avons connu.
Remémorons nous ces bons souvenirs que nous avons eu dans notre enfance, adolescence, par exemple. Mais aussi les "mauvais". Les expériences douloureuses. Tous ces souvenirs de jeux, sorties, amusements avec nos amis ou en classe. Souvenons nous de toute notre scolarité.
Rappelons nous aussi ces petits êtres qui ont comptés pour nous et qui nous ont apportés pour beaucoup d'entre nous, la première expérience de la mort et du deuil je veux parler de ces poissons rouges, cette tortue, ces canaris, ces chats, ces chiens que nous avons un jour choyés et aimés, avec qui nous avons joués et qui ont transités d'une façon plus ou moins agréable pour eux et pour nous. Le mystère de la mort peut être plus cruel par la question sans réponse qu'il pose à un enfant que par le manque qu'il va lui engendrer. Car un poisson rouge, ça se remplace.

Qu'en est il de ces paysages de votre enfance qui sont maintenant peut être bouleversés. Pour ma part je me souviens de ces champs où j'allais le soir regarder les lapins, cueillir des champignons, et me promener ou jouer. Ils sont maintenant remplis de maisons modernes. Ce beau pommier qui trônait humblement dans le champ a été coupé, remplacé par un stérile parasol. 

En faisant cela, peut être un peu de vague à l'âme se fera sentir. De la tristesse ou de la joie. Si vous êtes toujours touché par certains souvenirs, c'est que ce n'est pas "digéré".

Samhain nous propose de mettre en terre tout cela. D'en faire le deuil, de vivre sans, ou faire "avec". Il est tellement important d'avoir le "corps" de la personne défunte mise en terre et d'avoir fait un rituel d'adieux pour les familles qui ont perdu un proche, que l'on fait tout pour retrouver même des petits restes de corps après de graves accidents d'avions par exemple. Pourquoi ? Car le corps est sacré, il est mit dans une terre sacrée. Inhumé dans le respect et dans l'amour. Tant pour lui que pour nous, c'est important. Je vous propose donc de donner "corps" à ce que vous n'avez pas guéri en vous même. Ce à quoi vous n'avez pas fait le deuil.

Certains petits rituels psycho-magiques permettent symboliquement de se détacher de tout cela. Cependant, il faut donner un "poids". Il faut faire les choses bien. Trouvez un lieu qui vous semble sacré. Dans la nature, dans votre jardin, quelque part où vous pourrez déposer votre petit cercueil en carton ou en bois dans le sol en toute confiance (élément terre). Ceci peut aussi se faire dans la mer (élément eau). Pour l'air et le feu, les deux sont liés : crémation et de fait, "partir en fumée", mais cela doit alors se faire dans un lieu et dans un cadre "sacré" et ritualisé comme il se doit. 

Inconsciemment nous accordons tous un lien entre la mort et le cercueil. Nous pouvons donc en faire un petit. Sur un parchemin, nous pouvons, avec une encre "magique" (condensateur fluidique naturel = évitez les oxydes de plomb, d'antimoine, etc pour ne pas polluer l'environnement, c'est aussi cela le respect !) noter ce qui nous fait encore souffrir. Mettre des copies des photos de ces êtres qui nous manquent, ou simplement nous pouvons les dessiner. Puis, nous plaçons dans le cercueil le tout, nous refermons le couvercle avec trois clous ou trois bouts de papier adhésif (clouer à un fort aspect psychologique), et nous l'inhumons, l'immergeons, ou le brûlons dans un cadre cérémoniel, avec, selon votre tradition, des prières. Nous devons attacher à ces reliques notre sentiment de souffrance, de peine, de tristesse, de morosité. Nous devons enterrer ces poids émotionnels. Pour cela le rituel est nécessaire, l'ambiance magique aide énormément à cela. Nous devons avoir un lien émotionnel avec ce qui se passe lors du rituel. Vous pouvez vous habiller de noir aussi si cela vous aide.

Si vous inhumez, creuser aussi profond que vous ressentez que cela est nécessaire, et pensez à mettre une grosse pierre plate sur le tout après avoir rebouché. Vous pouvez fleurir la petite tombe, l’encenser, y verser de l'eau lustrale, ou la cire de bougie consacrée. Tout symbole sacré, gravé sur le couvercle, peint sur la Pierre etc est aussi souhaitable. Vous pouvez vous claquer sur les rituels religieux établis pour créer le votre et vous inspirer. 

Pour conclure, je dirais que si ce moment de l'année est si important par rapport à d'autres fêtes, c'est parce qu'il est chargé de tant de peine. Certes il y a le côté "monstre" et fantômes qui prime maintenant, mais au delà de cela, la dynamique inconsciente veut que nous nous rappelions ce qui n'est plus et ce que cela nous a apporté. C'est un grand moment de guérison de l'âme.

October 29, 2014

L'AlGeek et sa Quête.

Nous nous disons tous que la vie est trop courte (sauf pour de rares exceptions), et lorsque nous nous penchons sur le mystère de l'Alchimie, nous ne sommes pas certains de pouvoir en venir à bout.

Tel un défit, une quête vers l'inconnu, le parcours d'un labyrinthe semé d'embûches diverses et de zones inextricables et sombres, nous nous lançons dans un cheminement incertain, rempli de points d'interrogations.

Notre nature humaine aime les défis, elles aime vivre pour quelque chose. Nous avons besoin d'espoir, d'un but et d'une ligne directrice. Pour certains d'entre nous l'Alchimie prend beaucoup de place dans notre existence. Nous pourrions dire d'ailleurs que le terme "AlGeek" pourrait définir ces "geeks" d'un genre "philosophal".
Mais au delà de l'espoir, ce que nous aimons surtout, c'est avoir des certitudes. Et ces dernières ne sont pas si simple à acquérir. Le doute est toujours présent et les remises en questions constantes.

L'Alchimie est un domaine de confrontations, de réflexions mentales profondes, d'expérimentations pratiques poussées et répétées. Ce qui peut en rebuter quelques uns sur le sentier. Il y a en elle bien plus que ce que l'on peut s'imaginer de prime abord et la personne passant l'enceinte de la montagne sacrée ne s'imagine absolument pas tout ce qui sera requis d'elle pour réaliser sa quête. Nous ne savons jamais réellement ce pourquoi nous "signons". Surprises après surprises, découvertes après découvertes, nous nous disons que ces champs d'explorations recèlent bien des choses étonnantes que nous n'aurions jamais soupçonnés.



Nous ne savons pas comment notre quête pourra tourner. Car nous n'avons absolument pas la certitude que le but visé est *réellement* ce but là, que ce soit dans une expérience sur le court terme, voire sur le plus long terme. Difficile de penser qu'une expérience de transmutation archimique par voie humide pourrait découler sur un baromètre ... et pourtant c'est ce qui m'est arrivé. Mais passons. L'exemple nous dit que nous ne pouvons réellement imaginer tout ce qui pourrait se passer, nous ne pouvons pas tout prévoir, nous devons rester ouvert et attentif, et laisser la porte ouverte à ce qui est inconnu, non envisagé. Ainsi une expérience loupée devient une belle réussite dans un autre domaine ... maintenant je connais le temps qu'il fera grâce à la couleur de ma solution. Elle varie en fonction du degré d'ensoleillement !

Nous ne pouvons que tirer des conclusions basés sur l'expériences d'autres personnes, parfois la notre, et donc nous définissions une ligne directrice majeure qui tendrait possiblement vers le but le plus logique. Mais en Alchimie le plus logique tend parfois à quelque chose d'autrement plus logique : au delà de la nature logique de l'être humain, la sagesse et la logique de la Nature prend le relais. La Nature est la Nature ... elle a pied directement dans ses propres processus, nous, nous en sommes en parti coupé. C'est en cela que notre logique humaine n'est pas compatible avec l'Alchimie, Science et Art de Nature ... Comment aurais je pu prévoir que ma solution deviendrait un baromètre ? Aucune idée. Je n'ai pas assez de connaissances malheureusement. Je préfère donc rester surpris et humble.


Il n'y a que celui qui dépasse toutes les épreuves et qui finalement se rend au sommet peut dire en quoi consiste la quête ... Mais alors, est ce qu'il s'est rendu au sommet par lui même ou a t'il été porté par la Nature ? Un peu des deux je pense. Je pense que lorsque l'humain laisse la Nature pénétrer son esprit, il faut surtout qu'il y ait beaucoup d'espace dans son cerveau. Puis qu'il ait la patience d'un jardinier et qu'il cultive et laisse pousser les bonnes graines. En un sens, l'être humain ne serait qu'un "réceptacle à Nature". Il propose, elle dispose. Mais ce jardinier fais confiance au processus, il sait que s'il s'occupe comme il faut des graines, elles pousseront et donneront invariablement de beaux plants. Puis, des fruits. Qui eux même, selon la loi, donneront des graines en multitude, et encore et encore. Ce n'est certes pas une foi aveugle dont il est question, mais une réelle connaissance, une certitude basée sur un savoir.

Nous devons développer une intelligence très particulière, des facultés adaptées à ce travail. J'ai parlé de quelques unes d'entre elles ici sur ce blog comme la Vision Vierge et la Terre Vierge. Mais ce n'est, à mon sens que la partie émergée de l'iceberg. Il y a comme partout, des facultés spécifiques en fonction de chaque matière, science ou art sur cette planète et l'Alchimie n'y fait pas exception. Nos premiers outils sont souvent nos facultés. Non qu'elles soient obligatoirement innées pour réussir dans ce domaine, (ou plutôt fortement développées dès la naissance), mais elles demandent plutôt toujours une activation propre à les développer et à les entretenir sur le long terme.

Je ne pense pas qu'un Alchimiste soit plus intelligent qu'une autre personne. Je pense simplement qu'il va développer des facultés différentes. Le poisson nage, l'oiseau vole, le guépard court, la vache broute, le nuage flotte, le sprinteur coure, l'alpiniste grimpe, le mathématicien calcule, et l'Alchimiste alchimise ... Comparé à ses confrères humains, il n'est ni supérieur ni inférieur. Il est ce qu'il est. Il fait ce qu'il a à faire selon l'ordre de la Nature. Les facultés qui sont les siennes sont variées et concernent surtout des qualités de curiosité, de recherche, d'étude, d'humilité, de ténacité, de vision d'ensemble, de logique, d'intuition ... et il serait trop long je pense de toutes les énumérer ici.

Alors oui l'Alchimiste à ce petit côté "geek" et cela se comprend. Mais une quête est une quête ! Et c'est loin d'être quelque chose d'aussi irréaliste ou virtuel qu'une quête dans un jeu en réseau ou autre, il joue sa partie très sérieusement et avec détermination, car il sait que son travail peut réellement changer sa vie du tout au tout. De manière très profonde et durable. Et que le jeu en vaut réellement la chandelle.

October 25, 2014

Humanité et Pierre Philosophale

Il est vrai qu’à l’heure actuelle les temps semblent troublés. Evidemment, nous avons connu sur cette planète des temps bien plus difficiles, mais il n’y a de temps difficile que ceux que nous vivons directement … Nous pouvons nous interroger sur l’avenir de cette humanité, et voire même, de cette planète. Ce qu’il y a de sur, c’est que la planète, même sans l’humanité, continuera sa course dans le cosmos, et se régénérera des balafres que ses petites levures humaines ont laissées. L’humanité quant à elle … est comparable à ces bactéries proliférant dans le jus sucré du raisin, elles produisent alors l’alcool, et ce dernier va alors, tout simplement, les tuer.
 
L’humanité dans ses 99.99% est analogue. Mais ce dixième de pourcent restant, que produit il ? Il génère une matière nommée Pierre Philosophale, qui pourrait renverser la courbe destructrice de l’humanité.
Sans conteste, les humains vivraient bien mieux avec cette matière à leur disposition. Voyons rapidement pourquoi :


Le système de santé :
 
Les docteurs et les chirurgiens seraient en très petit nombre.
 
Les chirurgies réparatrices se feraient avec l’Huile de la Pierre, stimulatrice des cellules souches et par ingestion de l’élixir.
 
Il n’y aurait plus de maladies mentales ou de problèmes de santé.
 
Il y aurait le choix de mourir ou de partir en lumière, de régénérer et de continuer à vivre encore tant que l’on voudra.
 
Les tares, etc n’auraient plus lieu d’être. Les êtres humains seraient alors parfaits en corps et en esprit. Car elle a le don, si elle est ingérée en conscience pleine et entière, de guérir les traumas de l’inconscient. Les individus trop récalcitrants à l’évolution et étant plutôt voués à désévoluer ou involuer, seraient probablement neutralisés…


Les Sciences :
 
L’exploration se ferait non pas grâce à des machines et des laboratoires, mais sur le terrain et grâce aux sens psychiques parfaitement développés, grâce à l’absorption de l’Elixir.
 
Aurait-on besoin de l’électronique ? Non. Un autre type de technologie basée sur le quartz, l’or de transmutation auraient tout remplacé, l’énergie électrique n’étant pas nécessaire pour les faire fonctionner, il n’y aurait donc pas de besoin de centrales de production.
 
Le déplacement se ferait par téléportation. Les communications par télépathie pour celles faites à distance ou via miroir magique.
 
Les recherches dans un premier temps se baseraient sur la production d’une nouvelle humanité à partir de « parents transmutés », c’est une modification profonde de l’humanité qui se ferait, et qui aurait alors intégré pleinement la Pierre en elle-même.
 
Il y aurait aussi des croisements sur des animaux et des plantes transmutées pour générer des espèces encore plus parfaite, sans nul doute, toute la faune et la flore sur cette planète évolueraient alors en un clin d’œil.
 
La production de lampes éternelles seraient alors la base pour la génération d’énergie on polluante et constante. Cela bannirait aussi toutes les entités malsaines de cette planète par l’afflux de Lumière Divine provoqué par de telles lampes.
 
Sans compter toutes les découvertes archimiques possible que je ne soupçonne pas.
 

L’économie :
 
Elle n’existerait pas. L’or n’aurait pas de valeur. A la rigueur ce seraient les métaux vils qui en auraient, ceux qui ont échappé à la transmutation.
 
La production de gemmes, diamants, etc auraient elles non plus, pas d’intérêt. La Pierre permettant de les produire sans aucuns coûts.


La nourriture :
 
L’Elixir a la faculté d’accélérer la croissance des plantes en toute saison, il n’y aurait donc plus de pénuries.
 
La pousse rapide de plantes réglerait bien des soucis au niveau  du climat, et de la pollution. Mais aussi des ressources en bois, pour le textile ou les matériaux de construction.


Système spirituel :
 
Il serait universel et basé sur l’expérience directe de chaque personne avec la « Divinité » Universelle.
 
Considérant alors que tout vient du Tout Universel, il n’y aurait alors ni guerre, ni délinquance, ni trafics, ni haine, ni violence, car la richesse serait pour tous, tout le temps, partout.

Population :

La population serait probablement déterminée par la sagesse, et contrôlée en fonction, non plus des ressources, mais de l'espace et de la qualité de vie disponible (qui se serait grandement améliorée).

La fertilité serait haute mais la conception se ferait peut être plus rarement, ou tout du moins, moins rapidement qu'à l'heure actuelle ou la vie est au maximum de 100 ans. En effet, des couples pourraient décider de régénérer deux fois (une fois à l'âge de 50 ans et une autre fois à l'âge de 100 pour procréer une première fois). Il y aurait probablement donc à la longue, moins de personnes, mais elles vivraient plus longtemps sur cette planète.


Voilà ce qu’apporterait la Pierre si elle était donnée à tous. Mais la seule condition est qu’elle soit donnée à TOUS, sinon cela ferait des rivalités entre peuples, qui seraient considérés comme supérieurs et d’autres comme inférieurs, générant alors des conflits … Ce n'est bien sûr pas exhaustif, mais cela pourrait vous donner une idée globale des changements très positifs que cela pourrait créer sur cette planète.