August 05, 2015

Opuscula Alchimica de Johan Isaac Hollandus

Opuscula Alchimica 

de 

Johan Isaac Hollandus 


Traduit par Salazius Hermès D'Artigné 2015



I.   Faire un Élixir de l’Urine
II.   D’un Autre Art Alchimique Appelé Le Grand Élixir
III.   Provenant de l’Élixir Des Anciens

L’Art de l’Alchimie consiste en trois choses qui sont, en effet, dans notre Pierre. Ainsi, l’art libre des anciens et de leurs successeurs qui ont découvert cet art libre par la Science ou par la Pratique; ou à quiconque le Saint Esprit le donne, ou à qui Il le confère via Son Illumination; est béni celui qui possède cet art libre et qui l’applique avec sagesse pour l’honneur de Dieu et le nécessiteux besoin de ses compagnons humains.

L’autre type d’alchimie est l’Elixir qui est préparé, comme les anciens l’ont transmit, en la manière de tour de mains des philosophes. Ceux qui l’ont et qui le comprennent bien peuvent aussi être appelé les bénis.

Le troisième type est l’Ixir, et c’est aussi un art des vieux et sages maîtres de l’art, et celui qui sait comment le préparer, comme les pères l’ont préparé et qu’ils nous l’ont laissé, va de même gouverner dans ce monde de joies.

L’Art de l’Alchimie a encore bien des consœurs, branches et racines qui partent depuis ces trois arbres dont je viens juste de parler, tel que: Quelques travaux avec dur labeur dans la Calcination des corps, les laver et les faire pur et net. D’autres travaux avec l’amalgamationibus: d’autres avec l’albification, cémentation, augmentation et rubéfaction. D’autres pour faire la Salia des corps ou des métaux. D’autre pour faire l’Olea et autres travaux des corps dans le feu. D’autre avec l’Aquis fortibus, différent que ceux des corps dans le feu. D’autres avec Aquis fortibus, autres avec salia sur le corpora; et ainsi de suite, en bien des manières différentes. Et tout est bon si c’est fait de la bonne manière comme les premiers pères l’ont enseignés; mais tout ceci n’est atteint que par grands efforts.

Ainsi donc si quelqu’un a marié une de ces filles[1], il ne sera plus jamais dans le besoin, mais cela doit être achevé à force de grands efforts et de soins; et il serait réellement nécessaire pour un bon et expérimenté alchimiste d’avoir toutes ces filles en mariage, de bien savoir et de bien comprendre toutes ces opérations, d’être capable de faire la différence entre le bon et le mauvais ; mais assez de tout ceci.
Pour revenir maintenant à notre thème principal, qui est, pour notre Pierre de l’art libre. Ouvrez vos oreilles, puis, voyez; ouvrez votre compréhension et prenez note, de ce que je vais révéler des plus secrets sujets que personne n’a encore révélé. Je vais révéler plus à vous que ce que je n’ai été autorisé. Si vous n’avez rien qu’un petit bout d’intelligence, vous comprendrez cela, autrement, Dieu vous ne le donnera pas.
Ecoutez: Avant que notre Pierre ne soit devenue suffisante, elle est déjà vivante ! Et quand elle est trouvée, elle est morte! Du reste, tout le monde la voit et porte son nez devant la Materi.



[1] Référence aux voies nommées « consoeurs, branches et racines » plus haut.

La Pierre d’Urine

Un bon et sincère travail de Isaac Hollandus

Avant que notre Pierre ne vienne à exister, elle est vivante; quant elle est trouvée, elle est morte; tout le monde la voit et porte son nez devant elle. Elle est restée sur le dessus des tonneaux ou des récipients dans  lesquels elle a été gardée, pour un long moment, et que nous et que tous portions notre nez devant la Materi ou air puant depuis lequel la Pierre est tirée. Le pauvre l’a tout autant que le riche; les petits enfants aussi bien que les vielles personnes. C’est en réalité, un jeu d’enfant et un travail de femme, et les personnes ignorantes l’ont assidûment  recherchée, longuement et durement, dans les excréments et ne l’on pas trouvée. Lorsque vous êtes vivant, la Pierre vie avec vous. C’est pourquoi on ne peut pas tirer notre Pierre des excréments, parce que la  Pierre possède les quatre éléments de manière parfaite; oui, c’est plus merveilleux que quoi que ce soit sur terre. Car l’homme est la meilleure chose, que Dieu a créé dans ce monde a son image. Si vous avez quelque intelligence, écoutez.

Notre pierre a une odeur forte et un goût amer, comme l’urine, et c’est trouvé partout en quantités superflues. Tous les animaux l’ont aussi, mais pas aussi parfaitement que l’homme. Sans notre Pierre rien dans ce monde ne peut vivre. Je vous en ai dit assez, si vous vouliez comprendre; et si vous ne comprenez pas, Dieu Tout Puissant ne vous l’accordera pas; et même si vous ne le trouvez pas, c’est néanmoins trouvé.
Notre Pierre est dans toutes les choses qui poussent hors de terre, et c’est aussi dans la terre, tout autant dans les fossés que au dessus de la terre. Puisse Dieu alors faire en sorte que vous puissiez la trouver et connaître sa nature, nous allons vous entretenir de la manière de l’extraire et comment procéder en telle sorte d’en retirer la Pierre, de quelle couleur c’est, à quoi ça doit ressembler lorsque ça a été fait; de même comment  manœuvrer pour la préparer.

Item, notre Pierre coûte peu et peut être facilement trouvée partout, dans tous les coins de rue, dans toute les chambres secrètes; sur les monceaux de fumier et dans les cavernes et les caves ou dans les étables, il y en a en abondance. Ça pousse et végète à tout endroit où on trouve de l’eau et où elle repose tranquillement. Notre Pierre pousse aussi de ce qui est infect, de la puante Materi dans laquelle c’est blanc et clair, juste comme le verre pousse depuis la terre infect et est aussi beau et clair. Par conséquent les anciens et sages homes on écrit : Notre Pierre se purifie elle même et se sépare elle-même de toute impuretés. Les ignorants, qui ne comprennent pas cela, font des reproches aux anciens pour avoir dit ceci, et croient que c’est du mercure. Et plus encore, notre Pierre s’élève au dessus de touts les Faeces et monte haut, où c’est collecté.

Item, si vous connaissez la Pierre, prenez la dans sa nature grossière, congelez la jusqu’à ce qu’elle soit épaisse, et gardez là hors de tout métal, parce que la Pierre se changerait alors en vêtement de deuil, car c’est leur nature de faire toute chose pure et claire. Quand vous l’avez congelée ou faite épaisse, vous devrez alors en retirer les deux éléments air et feu. Le troisième élément, terre, reste noir caramélisé, comme du charbon, dans le fond du récipient, Dans le charbon noir, il y a cachée la Pierre des vieux et sages philosophes et aussi des Maîtres sous serments.

Pulvérisez  finement cette terre noire. Placez la dans un large récipient dans un trépied pour la calciner pendant quatre jours, la faisant rougir à chaleur modérée, afin que la matière se trouve entre la rougeur et la non rougeur. Mais le dernier jour, laissez la rougir gentiment, mais pas trop, car la matière ne doit pas fondre; aussi longtemps que notre Pierre n’est pas pure, c’est combustible, et la Pierre avec la Materi infecte brûlerait en verre si la Materi atteignait le stade de fusion. C’est pourquoi les anciens interdisaient de la chauffer avec l’Esprit et l’Ame; pour le Spiritus préserve le Corpus, pour que le feu ne puisse ni le brûler ni lui faire de tord; et le pur, clair corpus de protéger le spiritus, pour qu’il reste dans le feu et ne s’envole pas lorsque le corps est fixé; et ceci ne le laisse pas voler au loin de lui. Le spiritus est incombustible. C’est pourquoi le spiritus ne permet pas au corpus de brûler, et ils sont un par l’entremise du spiritus et l’âme sur le spiritus et avec le corps. Bien que pour qu’un pur spiritus et corpus soient conjoint ensemble, le feu doit néanmoins séparer corps et esprit, et l’esprit pourra s’échapper. Mais lorsque l’âme est jointe au corps ensemble avec l’esprit, et qu’ils sont tous purs, ils sont un. Alors ni le feu ou l’eau ou quoi que ce soit dans le monde ne pourra les détruire, car c’est une chose parfaite.

Item, quant la terre est ainsi calcinée, enlevez la du trépied et dissolvez la dans de l’eau distillée commune; laissez les faeces décanter, et pendant que c’est toujours chaud versez l’eau dessus dans un récipient de bois ou de pierre. Soyez sur vos gardes envers les métaux, autrement la Pierre bénie sera souillée et endommagée. Maintenant la Pierre poussera joliment et purement, et poussera comme de l’herbe hors de la terre, et encore plus encore.

Maintenant versez l’eau de la matière bourgeonnante dans un récipient de Pierre qui ne doit pas être enduit de plomb, ou dans un vaisseau de verre. Faites bouillir l’eau, et versez la encore dans un vaisseau de bois ou de pierre. Laissez la bourgeonner encore, et à chaque fois que quelque chose aura poussé, portez à ébullition l’eau jusqu’à ce que tout ait germé.

Lorsque tout a été bouilli et a poussé, asséchez sur un feu doux, remuant avec une fine baguette jusqu’à ce que la matière soit si sèche qu’elle soit de la poussière. Maintenant placez la matière dans un large vaisseau, d’un pouce d’épaisseur, et placez le dans un trépied ou un four à réverbération. C’est la dernière et la meilleure des calcinations, qui doit durer trois heures; la première heure à feu doux, la seconde avec un feu plus fort, et la troisième heure le feu doit être poussé si fort que la matière doit atteindre le stade entre la rougeur et la non rougeur. A la fin de la dernière heure augmentez le feu à tel point que la matière rougisse gentiment sans fondre. Si vous la voyez fondre, enlevez le feu du four aussi vite que vous pouvez, et laissez la matière refroidir.

Maintenant sortez la et dissolvez la dans de l’eau pure. Une fois fait, transversez le pur des sédiments pendant que c’est encore chaud; si vous la laissez refroidir, la Pierre se cristalliserait d’elle même, et vous seriez alors incapable de la purifier de ses faecibus. Vous devez faire cela --- dissolvez la dans l’eau, transvasez la de ses sédiments et permettez lui de germer, et transvasez encore, et faites bouillir, et laissez germer encore --- jusqu’à ce que tout ait germé.

Puis vous devez à nouveau assécher la matière sur un feu doux, en remuant toujours avec une petite baguette jusqu’à ce que cela devienne comme des cendres, comme mentionné avant ! Maintenant remettez la dans le vaisseau d’un pousse d’épaisseur et dans un four à réverbération, jusqu’à ce que notre Pierre ne donne aucune faeces et reste claire et subtile, et fonde sur du fer blanc comme de la cire ou du beurre. Si c’est enlevé du feu, ça doit rester tel que et ne pas se dissoudre même dans l’air froid et humide. Alors votre Pierre est subtile et fixe.

Mais s’il arrive que la Pierre doive fondre pendant les calcinations, elle n’en serait pas endommagée, mais vous en perdriez en quantité; car si la Pierre devait se tenir assez longuement fluide sur le feu, certaines parties brûleraient en verre, car la Pierre est encore seule et à ce moment n’a pas encore son spiritus avec elle, qui pourrait protéger le corpus du feu. De même, elle n’a pas non plus son âme avec elle, qui puisse garder le spiritus et le corpus tous deux en paix. Quand, toutefois, l’esprit, le corps, et l’âme sont unis ensemble, le feu ne peut pas les changer en verre, car c’est alors un élixir qui surpasse tous les élixirs. Alors c’est un corpus glorifié et qui est parfait. Alors c’est l’indestructible corpus est parfait. Alors c’est l’indestructible Quintessence, similaire au paradis impossible à conquérir. Et lorsque vous l’avez ainsi préparée, la Pierre désire recevoir tous les esprits et les âmes. Quand vous l’avez à ce stade, vous avez accompli tout ce que les anciens ont expliqué occultement dans leurs livres en disant :

Prenez ce qui est au plus proche de nature; de ceci tirer notre Pierre, etc. Et je vous ai révélé toutes les choses que les Philosophes ont gardé secrètes. Mon enfant doit savoir que cette précieuse Pierre est préparée de bien des façons différentes. Cette Pierre peut être utilisée pour tous les travaux que l’on souhaite, car elle est maintenant prête à recevoir quelque spiritus ou âme que l’on y ajoutera, que ce soit pour la Médecine ou pour l’Alchimie. Cette Pierre n’est pas difficile, car elle accepte toute chose qu’on lui ajoute, que ce soit pour la Médecine ou pour l’Alchimie. Cette Pierre n’est pas difficile, car elle accepte toute chose qu’on lui ajoute; car elle est fixe et sèche au quatrième degré, aussi froide, et tous les spiritus sont volatile, chaud et humide. C’est pourquoi tous les esprits désirent être avec cette Pierre; et c’est la raison pourquoi quelques philosophes ont appelé cette Pierre le Fils de Dieu, car Il acceptait tout le monde[1].

Item, les vieux sages ont amené cette Pierre à sa prime nature et extrême perfection. Comme ils disent : Quatre choses naissent d’une chose. C’est à dire, les anciens gens cherchaient une chose et une racine de laquelle quatre choses tiraient leur origine. Et lorsqu’ils étaient capables de les convertir en une seule chose, la QE [2]était achevée, valable devant l’éternité.

Je ne connais rien dans le monde entier qui puisse être aussi bon et sain à notre nature que cette divine Pierre des philosophes.

Maintenant nous allons de nouveau donner des informations sur la façon dont nous préparons notre Pierre, qui est en premier un corpus mort mais qui a été glorifié et rendu pur, et convenable à rester dans l’esprit de vie et  l’âme parfaite et de les rendre éternels.

Si vous souhaitez rendre cette Pierre vivante, vous pouvez l’amener à prendre quelque forme que ce soit. Vous pouvez en faire une Lapis Philosophorum ou une QE, qui guérit toute maladie, qui soutient le corps de l’homme en totale santé et le laisse perdurer sans décrépitude du corps en toute santé et le laisse perdurer sans décrépitude du corps jusqu’à la fin de l’existence, comme nous l’avons entendu au dessus. Mais si vous voulez en faire une médecine pour les métaux impropres, vous devez la rendre métallique, car un cheval fait un cheval, etc.

Plus encore, donc, afin de parachever notre but, mon enfant tu dois prendre * de l’AF[3] dissoute, sublime la 4 ou 5 fois par le vitriol et le sel. Plus elle sera sublimée, plus forte sera sa projection. Suite à cela, le Mercure ainsi sublimé doit être broyée en une poudre sur une pierre, et ceci doit alors être placé dans un large récipient, d’un pouce d’épaisseur. Disposez la dans un trépied pour le calciner pendant 8 jours, cependant seulement sur un feu doux de charbon, et que vous puissiez garder votre main au dessus du feu pour au moins la durée d’un Ave Maria.

Enlevez la du feu et dissolvez la dans l’Aquafort faite de 1 part de salpêtre, de 2 parts de vitriol Romain, d’une 1/2 part de cinabre, * une part 1/4. De ceci faire l’AF, comme vous le savez, et rectifiez comme vous le savez faire, etc. Puis dissolvez autant de Sol que vous avez de livre de Mercure; dissolvez les chacun dans un vase séparé, et lorsque le Mercure et Sol sont dissous, versez les deux eaux ensemble et placez les au Balneum. Laissez les 7 jours pour qu’ils s’unissent, qui sont, le spiritus et l’âme. Ainsi tous trois se changeront en eau; laissez les se dissoudre ensemble pour 3 ou 4 jours, afin qu’ils deviennent bien unis et mariés l’un à l’autre; et cinq fois plus de spiritus que vous avez de corporis ou pierres, parce que le corpus n’absorbera pas plus de spiritus qu’il a le droit de faire. Maintenant distillez l’eau per alembicum sur le Balneum. Pulverisez les sur une pierre, placez les  dans un large récipient, d’un pouce d’épaisseur, et placez le dans un trépied  pour digestion et calcination pour 8 jours et nuits, avec un feu modéré. Puis enlevez le, placez la matière dans un pot de verre, lutez un petit verre sur la bouche du pot, puis placez le à sublimer, comme je vous ai dit avant de prendre bien plus de spiritus que vous avez de corporis, et dans cette sublimation le corpus laissera le spiritus dont il a bien trop, aller.

Laissez dans le pot 3 jours et nuits avec une bonne vie comme c’est nécessaire pour la sublimation. Puis enlevez le pot et sortez la Pierre. Testez la sur du cuivre, sur une feuille rougie; voyez si elle fond comme de la cire, se rependant sur la feuille, la pénétrant comme de l’huile sur du cuir. Voyez si après que la feuille ait refroidie, le point où la Pierre s’est répandu est bon or à tous les tests --- alors votre Pierre est précieuse et toute prête et accomplie.

Si non, vous devez la dissoudre encore dans de l’AF et la laissez encore au Balneum Mariae, 7 jours. Après ceci, congelez la encore, et reprenez la encore. Et placez la encore une fois dans un trépied pour 8 jours, comme avant. Puis reprenez la, testez la comme avant, et plus vous la dissolvez et la congelez, plus grande sera sa projection. Si la Pierre a fait 1 pour 10, et que vous la dissolvez et congelez la encore, sa projection sera dix fois plus forte. Mais je vous préviens de ne le faire que 3 fois, car la Pierre atteindrait un tel pouvoir et subtilité qu’elle pourrait ne pourrait pas être contenue dans quelque récipient que ce soit. Telle en est dit de sa pénétrabilité.

En conséquence, je vous préviens de la dissoudre de la congeler et de la calciner dans un trépied seulement 3 fois. Alors la Pierre deviendra subtile et forte par elle même, tellement que s’en est incroyable. Si l’or est placé dans quelque huile, personne ne pourrait en exprimer l’abondance de couleurs. Oui, alors c’est d’un tel potentiel que si un homme venait à prendre 3 gouttes de l’oleum solis dans un peu d’aqua vitae rectifiée, il garderait sa jeunesse jusqu'au dernier jour de sa vie comme il en a été conçu pour lui. Mais ce type d’huile doit être faite bien différemment, ne prenez pas d’huile ordinaire, mais celle faite avec l’AF. L’oleum solis, cependant, qui est préparée comme une médecine pour le corps humain, est faite de deux éléments que vous devez tirer de notre Pierre, qui sont, les éléments air et feu. Avec ces derniers  vous devrez préparer votre huile d’or.

Prenez de l’or, battu finement comme des feuilles d’or entre du papier, et roulez la comme une pierre avec du vinaigre de vin distillé ou avec quelque eau de * ou des éléments que vous avez tiré de notre Pierre. Lorsque c’est rendu en poudre finement, placez en pot de verre. Dans le même pot placez les éléments que vous avez tire de notre Pierre. Couvrez le pot et placez le sur du sable pour 3 ou 4 jours. Après ça, ouvrez le, et vous trouverez votre or transformé en une huile. Distillez en les éléments, dans le fond vous trouverez une huile dorée. C’est la plus grande médecine que l’on puisse trouver dans le monde.

Une Autre Méthode Qui Est Plus Facile

Prenez notre Pierre dans sa prime nature telle qu’elle vient de la minière de l’homme. Comprenez bien ce que je suis en train de dire ! Placez la dans un large, récipient en verre et ajoutez y les feuilles d’or en poudre. Versez y un peu de notre Pierre, qui doit être vieille et bien préparée et purifiée. Versez de la Pierre, deux doigts; largement au dessus de l’or. Placez le vaisseau avec l’or et la Pierre d’été à la chaleur du soleil. Une peau ou une huile blanche dorée se formera sur le dessus. Enlevez la doucement avec une plume, de telle manière que ne bougez pas la matière autant que possible. Placez la dans un verre. Procédez ainsi de cette façon plusieurs fois par jour, enlevant l’huile jusqu’à ce qu’il ne se forme plus d’huile en surface. Ainsi vous pouvez obtenir l’oleum solis avec notre Pierre dans grossièreté, comme elle vient de la minière de l’homme.

Comprend bien ce que j’ai insinué ici, car il n’y a jamais eu un si grand secret dans la nature concernant notre Pierre, qui aussi, en dépit de sa grossièreté, transforme l’or en une huile. Et beaucoup d’artistes ont recherché ce secret et ne l’on jamais trouvé. Par conséquent, soit reconnaissant à Dieu, etc. Ainsi donc si notre Pierre accompli ceci dans son état cru, imagine juste ce qu’il en sera lorsqu'elle sera perfectionnée et unifiée avec l’esprit et l’âme, et est fixée subtile et fusible. Médite sur mes mots, afin que tu ne travailles pas pour rien.

Maintenant nous allons encore nous résoudre à préparer notre Pierre pour une telle force que cela en est incroyable. Vous devez ainsi donc continuer à dissoudre la Pierre dans l‘eau de la Main, dont je vous ai entretenu plus haut. Dissolvez et coagulez, et ensuite calcinez dans un trépied comme avant. Faites ceci trois fois et pas plus. Sinon elle deviendrait trop pénétrante et forte, comme décrit plus haut.

Si, cependant, vous voulez avoir votre Pierre augmentée et multipliée, disons à un pour cent, prenez 10 lbs d’or fin ou d’argent. Après avoir prépare votre Pierre comme précédemment, fondez la sur le feu dans un creuset. Après ceci, jetez 1 lb de votre Pierre dessus, et laissez les se liquéfier ensemble avec force pour une bonne demi heure. Maintenant versez la dans un récipient d’étain, ou laissez la refroidir par elle même. Votre or et votre argent seront  cassant or ou émiettés, si trop de médecine a été mise dedans. Ceci est le test des élixirs: Si on veut faire une projection avec une certaine chose, et si on ne connaît pas bien la projection, on jettera la médecine sur n’importe quel métal que l’on choisira. Aussi longtemps que le métal sera cassant, la médecine accomplira de plus hautes projections. Maintenant jetez le métal cassant sur d’autres métaux, jusqu’à ce que les métaux restent subtile, etc. Gardez ceci, car c’est la fin de la projection.

J’ai dit, vous devez jeter 1 lb de la Pierre sur 10 lbs d’or ou d’argent, selon la nature de l’âme qu’à votre Pierre, car votre Pierre est supposée opérer sur les métaux impurs; de 1 lb à 1000 lbs pour bon or. Et je vous ai instruit de la jeter sur 10 lbs d’or ou d’argent. Mais ceci est fait pour que les 10 lbs d’or ou d’argent doivent aussi se changer en médecine, parce que l’or ou l’argent ne requièrent aucune médecine; mais ils vont se changer en une médecine qui est meilleure que notre Pierre. La raison en est que pendant que la Pierre que vous avec jeté sur eux est en elle-même l’âme de l’or et de l’argent,  l’or ou l’argent sont ainsi rendu en médecine. C’est maintenant une médecine et cassante comme votre Pierre.

Pulvérisez l’or ou l’argent qu’il y a, et dissolvez les dans l’eau de la Main qui est utilisée pour le Blanc ou le Rouge, etc. Placez les à putréfier au balneum pour 7 jours. Puis soustrayez l’eau per alembicum, et congelez la matière. Enlevez la, pulvérisez la en poussière fine sur une pierre, et placez la dans un large récipient d’un pouce d’épaisseur. Gardez la sur un trépied pendant 8 jours avec un feu modéré, quelque peu chaud. Faites ceci, dissoudre, congeler, et calciner dans un trépied, trois fois, et votre matière sera plus forte et meilleure que votre Pierre. La raison en est que votre Pierre est l’âme de votre matière, et l’or est le corpus des âmes. Quand l’or a été transformé en huile, il a cent fois plus de pouvoir, comme dit ci dessus.

L’or, cependant, n’est pas juste de l’huile mais aussi une médecine, juste aussi bonne que la Pierre. Exemple: donnez du poison à quelqu’un, aussi gros qu’une fève, et mauvais, fort poison. Cet homme va mourir immédiatement, parce que le poison va au coeur et par toutes les artères, incluant toute la chaire et l’ensemble de l’abdomen. Ça empoisonne l’ensemble du corps. Et si un homme devait manger d’un animal auquel le poison a été donné, comme je l‘ai ici décrit, tous ceux qui en auront mangé mourront. Il est cependant possible, de donner à un homme ou un animal, du poison de la taille d’une fève, et que tout leur corps en devienne empoisonné --- tous ceux qui en mangeraient devraient en mourir. Que devriez vous maintenant penser de l’or et de l’argent ? Et même si l’or ou l’argent n’étaient pas rendu propre à la médecine mais seulement amalgamés par précipitation dans leur état brut avec du Mercure, et qu’ils soient tenu ensemble sur feu modéré, ne pensez vous pas que l’or ou l’argent ne changeraient le mercure en leur nature ? Oui, certainement, et ceci en un temps court, dans l’espace de quatre semaines.

Et si l’or ou l’argent (même dans leur état brut) peuvent apporter ce changement au Mercure par leur propre nature, que feront ils alors lorsqu'ils seront rendu en médecine avec la plus noble médecine du monde et sont appliqués si abondamment ? De ‘or et de l’argent ainsi en médecine sont aussi dissous dans l‘eau de la Main, gardés in Balneo pour 7 jours et nuits afin de les digérer. Par la suite c’est encore congelé et calciné dans un trépied, et ceci est fait trois fois. Que pensez vous de ça? Et même si ils n’ont pas été rendu en médecine mais ont été par eux même calcinés et congelés, est ce que ça n’aurait pas produit une médecine rien que par soit même ? En effet, oui. Si vous avez l’intelligence, comprenez mes mots. Si vous ne comprenez pas, vous êtes un lourdaud (ndt : mot danois dans le texte). Je vous ai dit ici comment faire la plus précieuse de la plus vile. Merci Dieu Tout Puissant que vous ayez eu cette instruction.

Fin Du Travail Sur La Pierre D’Urine.



Ici Commencent Les Autres Voies De L’Alchimie
Ceci à été mentionné auparavant et c’est un : Elixir

Maintenant je vais traiter de la seconde voie de l’alchimie, qui est, comment faire un Elixir, juste comme nos ancêtres l’ont laissé et l’ont eux même faite, et comme je l‘ai moi-même travaillé avec mes propre mains.
Il est premièrement nécessaire de convertir toutes les choses en eau avant qu’elles puissent être utilisées ou appliquées dans notre Art, comme Aristote le dit dans son Livre des Secrets. Je ne crois pas qu’une chose ne puisse être changée en sa nature à moins qu’elles soit en premier réduite en la nature dans laquelle elle a été originellement faite. Et quand elle a été ramenée à sa première nature, alors je crois, dit Aristote, que la chose peut être changée dans n’importe quelle nature que l’on veut. Car toute chose découle à l’origine d’une seule eau, on ne peut pas faire autrement que de les changer en prime eau avant de leur permettre de jouer leur rôle dans l’Art. Par conséquent, vous devez premièrement changer tous les Esprits en eau avant de les sublimer, ou alors vous n’atteindrez jamais la perfection.

De même, les choses par lesquelles vous sublimez les Esprits doivent aussi être premièrement réduite en eau. Si ce n’est pas le cas, le travail est totalement perdu. Par conséquent, changer le Mercure en eau avec de l’Aquafort. Alors il va se défaire de ses faeces, sa froideur se changer en chaleur, et son humidité en sécheresse. Sa couleur va aussi augmenter, car c’est de la nature du Mercure d’absorber la QE, et en même temps, ça deviendra aussi une QE car le mercure est QE et vous pouvez parfaitement extraire 4 éléments du mercure. Par conséquent, on doit en premier dissoudre le Mercure dans l’AF avant de le sublimer, et une telle sublimation rend le Mercure et tous les autres esprits sec, chauds et subtiles parce que son pouvoir est augmenté de dix fois à chaque sublimation. Note: ceci qui doit être compris par sublimation: Sublimez le Mercure seulement une fois, et faites en un élixir. Alors il ne fera pas plus de 1 sur 10. Mais si vous le sublimez 10 fois, et que vous en faites alors un élixir, il fera 1 sur 100.

Après que ce soit sublimé, ça doit d’abord calciner car le Mercure contiens des Esprits volatile qui ne pourrons jamais être fixés. Ces Esprits disparaissent avec une calcination dans un trépied. Si ils n‘étaient pas retirés, vous ne pourriez jamais réussir une fixation avec du Mercure.

En outre, lorsque le Mercure a été calciné, il doit être dissout in aquafort et dégagé de ses faeces car il accumule de la poussière et des impuretés durant les calcinations. Si vous voulez maintenant le faire subtil, purifiez le au Balneum et congelez le. Après ça, sublimez le encore, et dans la sublimation, vous trouverez 20 alors qu’en premier vous aviez trouvé 10. Dissolvez ce sublime de Mercure encore in AF, autant que vous voulez. Mais maintenant ça ne doit pas être encore calciné dans le Trépied car il ne contient plus d’esprits volatils. Vous pouvez sublimer et dissoudre le Mercure si souvent et le rendre si subtile que c’est absolument merveilleux dès qu’il est sublimé par le Vitriol Romain, duquel il prend toutes les teintures que l’AF contient.
Maintenant nous allons traiter un peu plus encore de ce qui doit être fait avec l’or et l’argent avant qu’ils soient ajoutés à leur Esprit et Corps. L’or ou l’argent doivent être purifiés sur le test ou par la cémentation. Maintenant dissolvez le dans de l’AF et décantez le de ces faeces. Distillez en l’AF dans un BM tiède. Versez y de la fraîche AF, fermer totalement le vaisseau de verre, scellez le et placez le à nouveau au BM. Durant ce temps, l’Ame de l’or va devenir si subtile qu’elle ne va après cela plus jamais redevenir un corps. Maintenant l’AF doit encore être enlevée par un BM tiède et la matière doit être disposée dans un trépied dans un récipient fermé pour 6 semaines. Le feu doit être moitié moins fort que lorsque les Esprits étaient calcinés. L’or ou l’argent est fait si subtile que s’en est incroyable, et la projection sera infinie.
De plus, nous allons montrer ce qui doit être fait avec les Corps, c’est à dire, avec notre Pierre. Après que nous l’ayons faite claire et subtile, cela requière de la dissoudre dans de l’AF, et qu’on le place au BM, bien luté, à putréfier pour aussi longtemps que nous voulons, mais le plus longtemps est le mieux. La plus forte et la plus puissante elle devient, plus la projection sera grande.

Plus encore, nous allons montrer, comme nous faisons pour recueillir l’Esprit, l’Ame  et le Corps,  comment nous les conjoignons, avec l’aide de Dieu Tout Puissant, les marions, fixons et les perfectionnons; de même comment cette projection doit être faite, etc. Premièrement, il est nécessaire de dissoudre le Corps ou Pierre dans de l’AF. Puis elle doit putréfier pour au moins 7 jours au BM, à moins que vous ne vouliez la préparer différemment comme je l’ai dit plus haut. Vous devez au moins purifier votre or ou argent par le test ou par la cémentation. Après cela, dissolvez la dans l’aquafort, par laquelle l’or est séparé de l’argent. C’est la commune séparation par l’eau. Procéder de même avec l’argent et placez le au BM à putréfier. Toujours bien fermer votre vaisseau avant de les poser dans le BM. Votre Mercure sublime doit de même être dissout dans l’aquafort, et gardez au BM pour 7 jours et nuits. Chacun (l’or, l’argent, le mercure) doit être traité séparément. Lorsqu’il sont ainsi putréfiés et dissous, laissez les trois substances se refroidir. Prenez un gros pot de verre et placez les dedans. Si maintenant vous avez l’or, qui est notre Ame, les eaux ne deviendront pas impure, mais si c’est de l’argent, elles deviendront troubles à cause du Corps, parce qu’il contient quelque nature saline, et il se précipitera comme si s’était du lait cru. Maintenant placez un alambic par dessus [4]et distillez en l’humidité au BM à feu doux. Mais si la masse congelée ne se dissous pas après que vous ayez versé dessus une bonne aquafort, faites le une fois de plus, comme je vous l’ai dit avant, et, si nécessaire, une troisième fois. Alors sans aucuns doute, elle se dissoudra dans de l’eau claire. Quand c’est dissous, laissez au BM pour 7 jours.

Maintenant prenez une coupelle [5]d’argent qui a été cémenté ou calciné une ou deux fois dans du sel préparé, puis à nouveau transformé en Corps. Laminer cet argent et coupez le en morceaux, aussi petits que possible. Continuez de jeter un de ces petits morceaux dans la matière, jusqu’à ce que cette dernière ne dissolve plus l’argent mais le laisse entier. Alors c’est suffisant. Maintenant congelez votre matière. Et tout comme je l’ai écrit pour l’argent, faites de même avec l’or, mais ce dernier ne deviendra pas bourbeux au fond. Lorsque vous amenez ces trois eaux ensemble, vous devez une ou deux fois tirer l’eau de l’or par le BM. Encore, versez l’AF dessus et procédez comme avec l’argent. Si vous ne le trouvez pas assez fusible, calcinez le encore une fois dans de l’AF et simultanément dissolvez le soufre  qui a été sublimé 4 ou 5 fois. Gardez le dans le BM jusqu’à ce que votre Pierre et Soufre soient dissolus en une eau. Puis congelez ceci avec un feu modéré, et votre Pierre sera assez fusible et est maintenant prête à être utilisée pour la projection.

J’ai moi même fait ce travail une fois et je l’ai trouvé bon. Le même travail peut être fait en différentes façons. Tous ces travaux se terminèrent bien mais il y eu une grande différence dans la projection qui varia selon la manière avec laquelle les travaux furent menés et l’Ame, l’Esprit et le Corps eurent été préparés. Ça a toujours été bon pour l’or ou l’argent dans tous les essais mais pas dans les travaux, parce que l’or et l’argent sont trop faible, quoiqu'ils réussirent tous deux tous les tests. Mais l‘or qui est si merveilleusement préparé pour les teintures et fait subtil, doit être d’un ordre et d’une meilleure qualité --- ce qui est en soit évident.

Il en va de même pour l’argent fait d’étain. Il est bien plus beau en couleurs que celui fait de cuivre, parce que le cuivre est plus proche de l’or que de l’argent. Mais si qui que ce soit veut faire une projection avec l’Ixirs n’utilisera aucun autre métal que le cuivre. La raison en est la suivante : Vénus est la plus facile à transmuter d’une nature en une autre que n’importe quel autre métal. Il n’y a pas de métal dans la nature qui ne soit si proche de  la perfection envers l’or ou l’argent que n’est le cuivre. Ainsi donc, si vous voulez effectuer une projection avec l’Ixir, par lequel notre pierre n’est pas préparée --- il est d’abord nécessaire de dissoudre le cuivre dans l’AF, puis de le réduire encore en un Corps. Si vous voulez faire une projection dessus, alors fondez le cuivre et ajoutez à chaque livre de cuivre un quart de livre d’argent fin. Après cela, jetez l’Ixir dessus, et l’argent deviendra du plus beau et du plus blanc. Le cuivre fait avec l’Ixir depuis le cuivre est plus difficile à travailler, à forger, et à fondre que l’argent préparé avec un élixir parfait. Puis, lorsque jeté sur de l’étain, c’est si malléable et facile à travailler que tous ceux qui le manient en sont étonné. Par conséquent, vous devez savoir distinguer l’argent transmuté par un Ixir de celui transmuté par un Elixir.

Fin De La Seconde Voie De L’Alchimie.



La Troisième Voie De L’Alchimie Appelée : Ixir.

Je vais maintenant continuer avec quelques mots sur l’Ixir, qui est le troisième volet de ce travail en quoi est basée l’Alchimie, comme je l’ai mentionné au début de ce livre. Vous devez savoir qu’on ne peut bien faire un Ixir avec notre Pierre, que si l’Ame, l’Esprit et le Corps ne sont pas dûment réunis ensemble, ni ne sont congelés ensemble, ils sont appelés les Ixirs car ils ne sont pas rendus parfait. Mais où l’âme, le Corps et l’esprit sont joint de façon convenable et congelés ensemble, et aussi rendu fusible, ils sont les Elixirs et bon devant toute l’éternité.

L’Elixir transmute tous les métaux impurs en or et en argent fins, sans aucune aide d’autres choses. Je vous avise, cependant, de n’effectuer de projection sur Venus avec un Elixir, mais seulement sur le meilleur et le plus jaune laiton, car l’Elixir achèvera alors une bien plus forte projection que sur Jupiter ou du cuivre rouge. Plus encore, ils seront tous les plus beaux et saisissant car vous aurez alors l’avantage des couleurs.
Mais avec l’Ixir, aucune projection ne peut être faite excepté sur le métal de Venus seulement. Et, si vous avez un Ixir Blanc, il sera premièrement nécessaire de faire Venus blanche avec des eaux douces, après l’avoir calcinée.

Dans n’importe qu’elle situation, vous devez prendre du laiton calciné avant de jeter votre Ixir dessus, sinon vous serez dans l’erreur et irez dans la mauvaise direction. Prenez en bien compte.

Fin De La Troisième Voie De L’Alchimie.


[1] Dans le sens où il ne faisait aucune préférence vis à vis de l’étiquette. Tout comme la Pierre ne fait pas de préférence ou de choix particulier. Selon le sens exact, difficile à rendre, dans la traduction.
[2] QE = Quinta Essentia, ou Quintessence, Quinte-Essence.
[3] AF ou Aqua Fortis, eau forte, ou esprit de nitre, c'est-à-dire du salpêtre dissous dans de l’acide sulfurique, ici il propose une version considérée comme plus puissante.
[4] Il doit vouloir dire : placez une tête de maure par-dessus le vaisseau et distillez en l’humidité.
[5] Dans le sens que c’est l’équivalent d’un creuset à coupellation, le terme est « cupel ».

June 17, 2015

Entretien avec un alchimiste

 http://www.geepi.fr/entretien-avec-un-alchimiste/

Entretien avec un alchimiste

mercredi, 3 juin 2015 | Par Jean-Christophe | Catégorie: Témoignages


Par Salazius H D’Artigné. Juin 2015 pour le GEEPI

Salazius, pouvez-vous définir ce qu’est l’alchimie ?

L’Alchimie, dans sa plus vaste dimension est l’art de l’évolution accélérée, à quelque chose ou à quelqu’un.

Dans la dimension communément acceptée, l’Alchimie est une Science et un Art Sacré travaillant sur des matières et ayant pour but la Pierre Philosophale, ou Panacée. Ceci débouche sur l’élixir de longue vie, et la poudre transmutatoire. Ceci permet régénération physique, et transmutation des métaux inférieurs en argent ou en or.

C’est une application des Lois et Principes de la Nature, permettant « extérieurement », c'est-à-dire dans un Laboratoire, et « par l’art », donc Artificiellement, de créer, de recréer ce qui se passe dans la Nature. Par la Nature, via la Nature, pour la Nature, l’Alchimiste va œuvrer et va permettre à des phénomènes naturels lents et à des principes épars et impurs, de pouvoir fusionner en totale pureté et cuire dans des conditions parfaites. Ce qui accélère grandement l’évolution des matières.


Depuis quand existe –t-elle et  quelle est son origine ?
Si nous la prenons dans sa plus vaste définition nous pourrions dire que l’Alchimie existe depuis le début de l’Univers, et son origine est, de fait, celle de l’Univers. La Nature en est le Maître.

Mais je suppose que vous voulez parler de l’origine terrestre et humaine de l’Alchimie.

En réalité, il est impossible de fixer un point de départ tant temporel que local à l’Alchimie. Certains scolaires comme Mircea Eliade ont tenté de le faire. Nous pourrions dire que cela vient de la grande époque de Sumer ou de Babylone, ou encore des Egyptiens, que c’est une Science qui était aussi une mystique du Feu, liée à la maîtrise grandissante des métaux, des émaux, des poteries... Nous pouvons aussi bien dire que cela naît en Chine, en Inde il y à 5000 ans. Que le Yoga ou le Taoïsme y sont liés, et que pour toute religion, courant spirituel, mystique, il y a aussi eu une voie des Substances.

Si nous pensons à la théorie des mondes engloutis, ou des civilisations antédiluviennes disparues, nous pouvons imaginer que l’Alchimie était déjà pratiquée il y a 100 000 ans dans ce cas. Ce qui a subsisté bon gré malgré après les cataclysmes n’en sont alors que des miettes éparses qui ont redonné quelques coups de pouce à ces nouvelles civilisations.


Existe-t-il différentes branches dans ce domaine ?
Oui, il y en a plusieurs.
Dans un premier temps nous pouvons parler de l’Alchimie en tant que telle, c'est-à-dire, le travail opératoire permettant la génération de la Pierre Philosophale, ou substance ayant eu une évolution accélérée dans sa structure et sa composition. Elle se retrouve complètement changée et a sa vertu augmentée. 

Ensuite nous avons la Spagyrie, qui est orientée vers les soins, tant avec les métaux, les plantes, les gemmes, les sels, ou des produits animaux. L’idée est de maintenir la santé, prévenir les maladies, renforcer le terrain, voire se guérir.
C’est, nous pourrions dire, la Spagyrie qui a donné naissance à la médecine allopathique, mais aussi à l’homéopathie par exemple.

L’Archimie est la seconde petite sœur de l’Alchimie. Ses buts sont divers et variés. Allant de la fraude aux cachets de cire au 17ème siècle, à la confection de savon, de méthodes pour dorer ou argenter les métaux, pour rendre ignifugées des matières, pour mieux réduire les oxydes métalliques, ou encore pour créer or et argent à partir de procédés dits « particuliers », en opposition au procédé universel qu’est la Pierre Philosophale.


L’alchimie a –t-elle encore sa place, au regard des progrès de la science ?
L’Alchimie en tant que Science de la Nature aura toujours sa place, même si la science actuelle lui fait de l’ombre et prend 99% de tout l’espace. Juste équilibre des choses dans le processus naturel de la vie, car avant s’était l’Alchimie qui prenait toute la place.

Au regard des définitions ci-dessus, nous pouvons considérer les applications scientifiques actuelles comme de l’archimie en quelque sorte. De fait, l’Alchimie lui restera toujours supérieure dans ses applications.
La grande force de l’Alchimie est de savoir passer par les coulisses de la matière/théâtre de la vie. Alors que la science actuelle ne comprend pas réellement cela. Cependant on y revient via la Physique Quantique.
 C’est toujours laborieux à l’heure actuelle – du point de vue Alchimique, mais espérons que la « simplicité » reviendra dans l’esprit des sciences. Le manque, c’est surtout la Vision naturelle des choses. Des trois Principes notamment, tels le « Soufre », « Mercure » et « Sel » qui sont les trois briques élémentaires de la composition de la matière.

Ces trois principes peuvent être Nitreux, ou Alcalins, c'est-à-dire, volatils ou fixe. Volatils, c'est-à-dire qu’ils sont naturellement dans l’air ou se subliment à plus ou moins faible chaleur, et fixe, c’est qu’ils ne se subliment pas, et résistent au feu.

Pour décrire les trois Principes constitutifs de la matière, nous pourrions désigner rapidement, le Soufre comme le principe de « couleur », tingeant. Si vous infusez une plante, du thé, ou du café dans de l’eau, vous obtenez une couleur. C’est un Soufre. Une teinture.

Le Mercure est tout ce qui a trait à ce qui est volatil ou salin, et qui porte dans son « ventre » le Soufre. Ainsi, l’eau de votre café est le mercure.

Ce qui est nommé le Sel, est ce qui est désigné sous deux aspects : Soluble ou insoluble. Ainsi, la caféine est un sel soluble dans l’eau, c’est un sel, mais le café a aussi du carbonate de potassium, qui lui aussi est soluble, et ce qui reste dans le filtre à café est un sel insoluble, porteur de ces deux sels, et du Soufre. Parfois le Soufre est volatil et dans ce cas, on le désigne sous le terme d’Huile Essentielle.

Il faut aussi comprendre que tout ce qui est fixe peut devenir volatil, et inversement, ce qui est volatil, peut devenir fixe. Tout Artiste de ce nom peut modifier les qualités des Principes.

Que représentent ces travaux actuellement ?  Y a-t-il des « groupes » traitant de ce domaine ?

Bien des gens travaillent dans ces domaines actuellement, mais cela reste du domaine du particulier et non réellement du professionnel dans bien des cas, seules quelques firmes, et de courageuses personnes, se sont engagées dans la production d’élixirs Spagyriques. Ceci reste encore en marge à l’heure actuelle.

Le problème est que peu de personnes savent réellement travailler canoniquement. C'est-à-dire, dans les règles de l’Art. Le savoir s’est en grande partie perdu depuis longtemps, avec la fin de l’âge d’or de l’Alchimie au début du siècle des « lumières ». Il n’y a pas toujours eu de transmission et ceux qui ont les clefs ne les vendent pas au plus offrant, ni n’en font de cours en fascicules publiés sur le net ou en DVD. La marginalité et le coup d’arrêt de l’Alchimie sont en lien avec le changement des temps, mais aussi que les clefs sont difficiles à trouver et demandent bien du travail.

Il y a aussi bien des groupes « privés », sortes de petites écoles des mystères qui semblent avancer dans ces pratiques, avec toutes un travail prédominant en fonction du leader. Travail sur les acétates, sur le cinabre, sur l’antimoine, ou les plantes, etc. A l’heure actuelle, ce sont surtout des groupes basés aux USA qui fleurissent. On peut je pense en compter moins d’une dizaine.


Pouvez-vous, expliquer ce qui vous a amené à étudier personnellement l’alchimie ? Depuis combien de temps ?
 J’étais auparavant dans le Yoga et la Théurgie (magie d’évolution, Divine). Je ne comprenais alors rien du tout à l’Alchimie et cela ne m’attirait en rien, tout ce langage hermétique m’était impénétrable.
 Un jour un proche est venu avec une cornue, trouvée en brocante. C’était un cadeau. Qu’allais-je en faire ? J’ai commencé par distiller de l’eau, du vin, de l’urine … et le pied était à l’étrier ! J’ai alors commencé à lire, à pratiquer et à apprendre.
J’ai suivi une voie sèche de l’Antimoine, puis la Voie Antique, puis le Cinabre, et la Voie des (très) Pauvres, j’ai pratiqué la Spagyrie aussi. Tout ceci à été grandement formateur. J’ai appris énormément, c’est toujours plus facile et plus simple lorsque nous pouvons toucher du doigt les principes, les matières, et voir leur comportement. Ceci est en cours depuis maintenant environs 7 ans et demi. Je continue d’être un étudiant de la Nature.

Sur quelle voie vous êtes-vous engagé ? Quel est la nature de vos travaux actuellement ?

Je me suis engagé sur une voie d’évolution personnelle, d’exploration des archétypes par leurs matières (corps) et dans une sorte de rédemption du monde, c'est-à-dire, d’évolution des royaumes extérieurs (salins, minéraux, végétaux, animaux/humain). Le but étant la Pierre Philosophale. Je découvre de plus en plus d’aspects shamaniques et magiques dans ces pratiques. C’est réellement très riche, très formateur et ceci permet à mon esprit de s’ouvrir sur de plus grands horizons encore.

A l’heure actuelle, je dirais simplement que je travaille dans chaque règne. Je continue mes expériences dans l’accomplissement du Grand Œuvre Alchimique. J’ai aussi des matières Spagyriques et que nous pourrions appeler « de Haute Spagyrie » en cours. La Haute Spagyrie permet un cycle de couleurs au Soufre, mais ne donne pas réellement de Pierre Philosophale. C’est un cran en dessous. Les couleurs pour les définir sont le noir (putréfaction), le vert (queue de Paon/végétation, reprise de vie), le blanc ou l’étape lunaire de pureté/élévation, et le rouge, parfois pourpre, ou l’étape de perfection, retour du Roi. Je resterai discret quant à la teneur véritable de mes expériences, non pas pudeur, mais par prudence. On ne parle pas du sacré qui nous touche de près à tout va.


Avec quel matériel travaillez-vous ? Quelles méthodes ?

J’opère on ne peut plus simplement et avec des outils adaptés, mais assez classiques tout de même. Bains de sables, chalumeau et plaques électriques, creusets fait maison ou plombagine selon le travail, verrerie, four fait à base de pots de fleur (les fameux « flowerpots furnaces »), verrerie rodée normée (avec alambics à tête de Maure).
Il n’y a rien de réellement extravagant dans le matériel employé et cela reste parfois du bricolage. Mais ça marche. C’est qui compte.
Les méthodes sont celles de nos anciens. Coctions longues, distillations, cohobations, imbibitions, extractions, teintures, sublimations, cristallisations lentes, ouverture de métaux, fabrications des mercures de bases (eau des anges, vinaigre, spiritus vini…).

Pour ce qui est des matières, lorsque je suis un protocole classique je travaille avec des matières classiques. Divers métaux, sels alcalins divers, plantes, huiles essentielles, produits dit « animaux », comme l’urine pour les sels ammoniacaux. La liste est vaste et non exhaustive !

Je ne suis pas les méthodes d’un auteur particulier, je ne suis que les principes qui sous-tendent un procédé. La ligne directrice en somme, la « logique » derrière l’opération donnée par un auteur. Ceci permet de se dégager des dogmes et des visions qui peuvent nous empêcher de progresser.


Qu’est – ce que l’alchimie a changé dans votre vie ?

L’Alchimie a été très formatrice pour moi. Elle m’a permit de casser des barrières mentales, de créer du lien avec tout ce qui est vivant. Elle m’a donné la Vision de lier les choses du Ciel avec celles de la Terre et inversement. C’est un grand changement de paradigme. L’Univers se décode bien plus facilement. Je comprends de mieux en mieux le monde dans lequel j’évolue. Je le vois, je le perçois, je vois à travers les choses, je ressens mieux les cycles de la vie, et tout ceci crée un cercle vertueux.
L’Alchimie pose autant des réponses que de questions. Mais nous pouvons être sûrs qu’elle répondra à nos interrogations. Un jour ou l’autre. Mais ceci peut prendre beaucoup de temps parfois. Dénouer une clef peut prendre des années de méditation, lecture, et travail. Et un jour, tout prend un sens nouveau, et tout s’éclaire.

  
Emotionnellement elle permet de se pauser, de travailler avec patience, lenteur et précision. Elle nous enseigne la réflexion, l’observation, la structure dans le travail et la capacité de créer du lien avec les matières ou les choses. Elle donne aussi le respect pour la vie, la Nature, car lorsque nous voyons des choses vivre au Laboratoire, nous ne pouvons rester insensible. Nous touchons des miracles du doigt. Lorsque l’esprit est formé par l’Alchimie, il a acquis cette capacité de voir à travers les choses, de les décomposer du regard, et nous ne pouvons qu’être émerveillé de la vie qui y palpite. Ultimement nous comprenons profondément, dans notre cœur, que tout est Un.

Elle prend aussi beaucoup de place, tant mentalement que physiquement. Elle demande de l’espace mental et de l’espace physique, qui ce dernier, tend à manquer. Elle change votre environnement en s’étalant dans votre bibliothèque, dans votre cave, garage, jardin, chambre … vie personnelle et vie tout court. Elle devient tant une amie qu’une maîtresse parfois exigeante.

Elle nous apprend à nous comporter tant comme un père que comme une mère. A la fois stimulant et forçant légèrement l’évolution de la matière, mais tout en la couvant et en prenant soin d’elle. Ceci nous permet de travailler sur nous même, notre comportement dans le monde.


Y a-t-il des auteurs et des livres incontournables dans ce domaine ?

Je considère que tous les anciens traités d’Alchimie ont leur valeur. Dans les auteurs contemporains nous pourrions garder Fulcanelli et Canseliet. Il est bon de rester aux origines de cette Science car parfois le message a été perverti et réinterprété par la suite. Une petite erreur peut avoir de grandes conséquences. Tout comme au golf, un ou deux millimètres auront sur la distance des mètres d’écarts avec le trou visé.

Parler des incontournables serait surtout parler de ce qui me parle personnellement. Mais certains ouvrages ont été vus comme des piliers majeurs dans le travail Alchimique comme la Chaîne d’Or D’Homère, ou encore l’Opus Mago Cabbalisticum et Theosophicum de Von Welling. J’ai apprécié la lecture de Sabine Stuart et de Claude Chevalier son mari dans leurs 4 Discours sur les Trois Principes. Ces ouvrages, entres autres, sont de très bonnes bases et ils ont le mérite de ne rien cacher.


Nous avons remarqué que les travaux de Franz Bardon avaient un écho particulier dans le cadre de vos travaux… Je pense notamment aux condensateurs fluidiques et aux miroirs « magiques ». Pouvez-vous nous en dire plus dans ce domaine ?

Effectivement. Dans mes jeunes années, j’ai pratiqué et lu Franz Bardon. Son travail de synthèse a eu sur moi un effet très bénéfique. J’ai alors fait mon premier miroir noir il y a environs 12 ans de cela. La pratique et la confection ont été maladroites et pas vraiment dans les mêmes normes que j’utilise maintenant, mais l’outil était tout de même fonctionnel, cela m’a donné mes premières expériences de vision, de voyance, de contact avec mon Gardien, etc. 

Le concept de « condensateur fluidique » est brillant. Evidement il n’appartient en rien à Bardon, il existait déjà il y a bien bien longtemps dans la magie Egyptienne ou Chaldéenne. Il n’a fait que poser un terme et une sorte de nomenclature dessus tout en proposant une pratique plus « scientifique » à leurs usages. L’idée est que toute matière est signée, c'est-à-dire reliée à une force céleste, ou primordiale. Ainsi, toute chose est signée électriquement ou magnétiquement, mais encore élémentalement (feu, air, eau et terre), encore planétairement (l’or est lié au soleil, l’argent à la lune, etc), et plus précisément encore au zodiaque.

Ainsi, toute matière utilisée en magie aura nécessairement un lien avec le travail en question et l’énergie qui sera utilisée. Un talisman de Mars sera ainsi, possiblement fait de fer, ou encore, sera fait avec un papier buvard imbibé de teinture de ce même métal, ou de teinture de poivre et d’ortie par exemple.

Les miroirs noirs magiques ont cette faculté de pouvoir avoir un panel complet de matières signées (de condensateurs fluidiques), qui, une fois réunis d’une certaine façon, donnent la possibilité d’avoir une matière universelle. Ainsi, toute énergie, toute force, quelle qu’elle soit, aura la possibilité de se manifester à travers un tel outil magique ou de s’y fixer.

Cet outil est programmable à volonté, chargeable à souhait et ceci est le fait des matières employées, qui ont cette faculté de pouvoir porter une charge. Il est un vrai couteau suisse universel de la magie et ne demande qu’un peu de technique pour s’en servir.


Les condensateurs fluidiques auraient cette capacité de stocker des énergies subtils mais réelles, je pense notamment aux phénomènes de type égrégorique… Avez-vous des exemples sur vos miroirs « alchimiques » qui tendraient à valider cette réalité ?

La perception, c’est la réalité. Il n’y a pas de preuve autre que la perception de la personne vivant cette expérience. De fait toute personne sceptique pourrait remettre en question ces expériences. 

Cependant, pour les personnes « croyantes », nous pouvons rapporter quelques expériences vécues. La première est celle d’un miroir noir fraichement reçu par une personne dont nous ne donneront pas l’identité. L’outil avait été laissé à la poste une bonne semaine, se chargeant de toutes les énergies du lieu et de tout ce qui se passait. Le miroir une fois chez la personne, laissé tel quel (sans déprogrammation, décharge, mot de fermeture, etc) a, une nuit, laissé entendre un bruit strident puis une voix grave et tonitruante s’est faite entendre. La personne a été réveillée en sursaut et  a été quelque peu choquée sur le coup.
C’est un effet inattendu certes, mais quelque peu logique. Si vous laissez une matière « magique » par elle-même, les énergies se chargeront d’elle.

Une chose étonnante est que les miroirs ont cette faculté de devenir vivant. Une entité à part entière prend corps dans l’outil. Il a un nom, une personnalité et des capacités particulières. Parfois un miroir refuse d’aller chez qui il a été prévu. L’entité est si forte qu’elle choisit alors d’elle-même où aller.
Très souvent un miroir va aussi « corporifier » ou « somatiser », faute de meilleur termes, le visage ou la force qu’il incarne. Ainsi, un ami a un de mes miroirs noirs et le visage de l’entité se dessine dans le verre. Seules certaines personnes sont capables de regarder le visage de ce miroir, car l’entité qui s’y est manifestée est particulièrement puissante.


Quelle est donc la différence entre la magie opérative et l’alchimie ?

La Magie opérative utilise des matières pour fixer les charges, des condensateurs fluidiques. Mais la matière elle-même n’évolue pas dans ce cas là. Elle sert uniquement de support.

Par contre dans le cas d’un travail Magique de Théurgique, la matière à travailler est « nous même ». Dans ce cas, nous servons de condensateur et notre matière psychique sera sujette à modification et à évolution. Ceci, si le travail est bien mené.

L’Alchimie quant à elle utilise aussi des matières, mais leur donne un nouveau souffle pour évoluer plus en avant. L’Alchimie permet la confection de matières évoluées, plus disponibles et plus capables de retenir des énergies. En quelque sorte, elle met à disposition des condensateurs hautement chargeables, plus disponibles à l’énergie. Ceci car la gangue du sel est moins présente autour du Soufre, et ce dernier est rendu disponible par le Mercure utilisé. Le Soufre évolué, cuit dans les règles de l’Art, a une vertu augmentée. Ceci permet à une dose d’énergie bien plus massive d’être stockée, mais aussi, à une force bien plus subtile et spirituelle de s’incarner. 

Nouvel article pour le GEEPI

Ici vous trouverez chers amis, le nouvel article intitulé "Matière et spiritualité" : http://www.geepi.fr/matiere-et-spiritualite/

Vision d’un Alchimiste sur « comment trouver Dieu à travers l’opacité de la matière ».

mardi, 16 juin 2015 | Par Jean-Christophe | Catégorie: Recherche

C’est à la requête du GEEPI que cet article a été composé, car le sujet était « dans les cordes d’un Alchimiste ». En effet, je ne puis dire mieux. Et c’est avec du mieux possible que je m’en vais essayer de discourir sur ce difficile sujet. Car trouver « Dieu » à travers la matière, c’est remonter le fil d’Ariane dans le Labyrinthe du Minotaure, (ce dernier étant alors le Gardien de la Dualité et de la Matrice). Mais encore nous faut il définir de manière précise ce qu’est « Dieu » et ce qu’est la matière … Et nous nous embarquons bien là dans une Quête proprement « Argonauthique », voguant vers la si convoitée Toison d’Or.

Matière, ou matières au pluriel sont effectivement un médium qui permettant un contact avec un Archétype Supérieur, nommé de bien des manières, mais que l’on pourrait plutôt qualifier d’Innommable, d’Incommensurable, de Présence et de Vie. Dans notre culture Judéo Chrétienne, nous avons le mot « Dieu » qui désigne le plus souvent ce principe Créateur.

Le Principe Créateur est Ici, Maintenant, partout et toujours égal. Il/Elle n’est pas définissable par des mots si ce n’est que c’est un Vacuité et une Présence/conscience cristalline, totale, permanente, pure et Vivante. Tous ceux, et celles, qui ont eu la chance de pouvoir toucher de leur conscience personnelle et localisée, cette Conscience/Vie non localisée et Atemporelle pourront retrouver un aspect de cette définition du « Divin ».
Car le « Divin » s’incarne et « localise » par la matière sa Conscience. C’est une coque de matière « opaque » qui se coagule alors autour d’elle et l’enferme dans les ténèbres, la dualité, le temps et l ‘espace. De là découle un sentiment d’identité, puis d’attachement à la forme. La conscience avec ses intermédiaires (des « corps » de différentes densités énergétiques, tels le corps causal, mental, astral, éthérique, puis physique), va créer des attachements, des liens, un complexe émotionnel et mental, que l’on nomme parfois « Ego ».
Ce dernier est une sorte d’égrégore personnel, basé sur l’ensemble de l’identification aux matières proches (corps, possessions, etc), et un oubli de son unité avec ce qu’il.elle, est réellement, c'est-à-dire « le Divin », l’Innommable, l’Indéfinissable.

Nous avons « chuté », parfois très très bas. C'est-à-dire que la coque autour de la conscience et la perte de mémoire de notre Origine est totale et totalement opaque, nous sommes enfermés (placés en Enfer). Et ceci va aussi pour les matières « inanimées » (ce qui est un mauvaise terme car tout vit à son échelle). En sachant que toute matière « qui se souvient » permet à toute matière liée à elle de la contaminer de sa mémoire, car les deux fusionnent. Du coup, celui ou celle qui l’ingère se remémore et retrouve son état originel … le plomb devient or, l’or devient lumière.

Le but de l’évolution est alors de permettre à ce germe de conscience d’évoluer, c'est-à-dire, se souvenir de sa Nature même, la Pure Conscience/Vie non localisée, atemporelle.

Ainsi, l’Alchimiste aide à la résurrection du monde, par les matières « extérieures » à son corps, et par son propre corps aussi. Car nous sommes totalement équipés pour faire cette « remontée » énergétique. Ou ce désépaississement de notre coque ténébreuse. Dans tous les cas, nous devons transmuter. C'est-à-dire « hâter l’évolution » donc, hâter un processus de reconnexion, d’Unification des principes qui sont dans la matière pour la rendre moins dense, plus perméable à la Lumière du Divin. Ce serait comme ouvrir les volets d’une maison, puis, en nettoyer chaque carreau, et enfin, s’apercevoir qu’il y a une porte de sortie … trouver la serrure, la clef, et l’ouvrir, puis sortir ! Retrouver sa liberté !

Enfin se souvenir.

Mais quels sont les principes dans la matière ? Lors de la manifestation du Monde, ou de cette « matrice », des principes se mettent en place les uns après les autres afin de « faire tenir » le tout en une masse cohérente. C'est-à-dire que l’Illusion Matricielle, nommée aussi « Maya » par les Hindous, est paradoxalement « existante » bien qu’illusoire. Cependant, si nous ouvrons la matière, nous y trouverons plusieurs choses, pour faire simple et concis, un principe de couleur, ou tingeant, dit « Soufre ». Un principe de volatilité, dit « Mercure », et un principe de corps ou de stabilité, une sorte d’os de la Matrice, le « Sel ».

Ainsi, si nous travaillons n’importe quelle matière nous allons avoir des composés de ces trois principes. Parfois plus de l’un que de l’autre. Parfois un « Soufre », plus volatil ou plus fixe, ou encore plus ou moins cru, c'est-à-dire « évolué ». Car en Alchimie, ce qui est cuit est évolué. Notons donc que si nous séparons des principes et que nous les rejoignons au mieux, que nous leur permettons de s’unir, alors, la matrice, leur matrice personnelle, devient plus stable et plus réalignée sur le passage de la Vie, du coup, le corps est moins opaque. Et chaque tour de roue, chaque cycle du feu, chaque multiplication en somme, va permettre de « nettoyer les carreaux » de cette maison, et d’y laisser pénétrer lumière et chaleur, un souffle de vent vital.

La matière a cette faculté d’être « factuelle » et en quelque sorte très rationnelle. Nous pouvons donc nous y fier. Elle ne ment pas. Elle nous enseigne et nous montre clairement (même s’il est plus que probable que dans les premiers temps nous n’y comprenions pas grand choses – mais ceci ne retire rien à sa clarté), ce qui se passe. La matière parle. Elle nous prend avec elle parfois dans son expérience et notre conscience fusionne alors avec la sienne. Nous vivons de l’intérieur ce qu’il se passe à l’extérieur, dans le creuset ou le ballon. Ultimement, elle nous permet d’entrevoir certaines choses qui nous dépassent.
Ainsi, la matière contient « Dieu » parfois bien enfouis, bien caché, mais « Dieu » contient aussi la matière. Toute la matrice est supportée, transpercée de cette vitalité originelle. Mais la Matrice tient bon. Son but est de créer tout l’inverse de l’Unité. Car sans dualité l’Unité ne peut se définir réellement. Si nous regardons bien, tout l’univers est un ensemble de continuums de polarités. Les scientifiques les définissent d’une certaine façon, et l’Alchimie englobe cette vision plus ce que je nomme « la Vision Hermétique ». Nous voyons alors les strates des polarités, la structure polaire de la matrice.
Ainsi, nous pourrions dire que la matière est « Dieu polarisé ». Une Diffraction de Lumière Divine. Le Mercure servant alors de Prisme. Et ce Mercure, c’est ce que nous pourrions nommer « le Verbe ».

Et le Mercure volatil, sans corps, va se faire chaire. Il va être emporté dans ce monde. Il porte cette Lumière en son sein, il est Lucifer.

Via la Vision Hermétique des choses, des matières, des organismes, nous pouvons aussi remonter « en esprit », comme si nous suivions ce fil d’Ariane, vers la Source. Car toute Vision Hermétique complète mènera nécessairement, via la contemplation de la matière, vers l’Ultime point d’Equilibre qu’elle comporte. Sa perfection se faisant alors jour, et éclairant notre esprit de cette révélation, toujours présente, offerte à tous les regards mais n’explosant que dans l’esprit de celui qui s’est arrêté pour la saisir. Elle est fugace car notre esprit n’est pas capable de comprendre, au départ, ce que nous percevons. Puis, il retrouve de plus en plus facilement son chemin vers la Source, bien qu’il puisse lâcher de temps en temps le fil directeur. C’est normal. La remontée ne se fait pas sans mal et est assujettie, elle aussi, au cycle de ce son monde, jusqu’à un certain point toutefois.

De même, l’étudiant contemplatif et attentif se rendra compte, par son travail de Laboratoire que les principes « Soufre, Sel, et Mercure », son tous « Un ». En sommes, il viendra en premier à la conclusion que tous les Soufres sont un seul et unique Soufre. Que tous les Mercures sont tous un seul et unique Mercure et que tous les Sels sont un seul et Unique Sel. Oh, révélation … Mais, mieux encore, il comprendra plus tard que ces trois principes sont « Un ». Et ce, malgré leur apparente, totale différence. Ils sont un continuum.

 Il les conjoindra, plus ou moins bien. Il les fera cuire, plus ou moins bien, là encore. Puis un jour, il se rendra compte que ces trois principes, s’ils sont nés d’une seule et Unique Source « invisible » car incréée, ils peuvent bien faire de même et repartir dans l’état où ils étaient avant de « venir »… Et il en va de même avec notre corps et tout ce qui nous entoure. Un « big crunch » en sommes. Notons encore ici qu’il y a une grande différence entre savoir qu’ils sont « Un » et en faire la réalisation. L’impact n’est pas du tout le même.

Dès que notre esprit est capable de concevoir une Loi et qu’il l’applique à la « totalité », alors ce dernier intègre et valide cette dernière. C’est un processus très important, car il permet d’affirmer la « clef » dans notre esprit. Ainsi, réaliser que tous les principes sont « Un » et qu’ils peuvent être trouvés partout, ceci permet alors de faire un petit éveil spirituel, et de comprendre profondément (pour ne pas utiliser de nouveau le terme de « révélation »), que toute la Matrice est de substance Divine… oui TOUTE. Vous inclus. Votre pire ennemi inclus.

 Ainsi nous retrouvons une phrase très importante, donnant la confirmation qu’un Saddhu était bien réalisé dans la vie de Ramakrishna. Son neveu avait, si ma mémoire est bonne, demandé un conseil pour l’éveil spirituel à un saddhu de passage (forcément car ce sont des êtres errants). Il lui répondit alors quelque chose qui semblait énigmatique au jeune homme : « lorsque cette flaque d’eau boueuse sera aussi pure que l’eau du Gange ». L’eau du Gange étant considérée comme sacrée et l’incarnation de Dieu en quelque sorte, et la flaque d’eau sale pouvait bien représenter cette Matrice Ténébreuse. Les deux sont aussi pures l’une que l’autre car les deux sont la même « entité » Divine, exprimée ou latente. Mais dans les deux cas, la pureté est égale. C’est juste un état qui diffère.
 
Ainsi, nous avons les principes Divins « séparés » autour de nous. Nous pouvons partir de principes très incomplets, très crus, très éloignés c'est-à-dire, mal alignés. Ou de matières plus faciles à réunir et à travailler. Peu importe en somme. C’est toujours la même matière que nous travaillons, et toujours le même principe que nous trouverons au bout. Car il ne peut en être autrement.

            Ingérant cette matière « recadrée », elle diffusera alors cette mémoire dans les corps énergétiques en premier, et cette information viendra par répercussion dans ses cellules, et des cellules aux atomes. Ainsi l’alchimiste, le yogi, finira t’il son cycle dans ce monde, de manière royale, et retournera d’où il est venu. Transcendant la matière par la matière, via l’Esprit Mercuriel.

            Pour cycliquement devoir tout reprendre à zéro plus tard, dans un nouveau cycle.

Le Rôle occulte du sang. Partie 3

Le sang est un fluide de vie, mais nous devons décentrer notre vision de ce dernier. Il n'est pas uniquement un fluide rouge, donné aux animaux et aux humains. Il est un concept beaucoup plus large que cela.

Nous pourrions dire qu'il est une "sève", ou encore même, un fluide de pouvoir. Mais l'idée principe est qu'il circule. De fait, vouloir travailler avec un "sang" quel qu'il soit, demande à le capter au bon moment. Au moment où il est le plus disposé à un travail.

La sève circule dans tout ce qui est vivant. Végétaux, animaux, et même métaux et roches. C'est un fluide qui transporte des éléments constitutifs d'une structure, d'un organisme, mais qui a toujours besoin d'un "cœur", ou d'un effet de "cœur". C'est par exemple le flux de la rosée et de l'esprit de vie qu'elle transporte. 

Le cœur dans ce cas précis sont les saisons et la polarisation et dépolarisation de la terre grâce à son axe et au soleil. De même, le fait que la terre tourne sur elle même, crée un petit cycle permettant évaporation (sublimation et montée) et descente avec des éléments "nutritifs" (des sels par exemple) sur terre.  Et ce, aux moments des pleines lunes d'automne et de printemps.

Dans les végétaux, la sève circule du début du printemps jusqu'à fin de l'automne. Elle est liée au cycle des saisons et en partie au cycle lunaire.

Dans les métaux, et dans les roches, la circulation "d'eau de carrière" est liée à deux "coeurs", l'un terrestre et l'autre céleste. La température extérieure influe peu sur l'eau présente dans le sol, il s'agit plutôt de la lune avec les marées de terre. Le sol se soulève en général de 40 cm au niveau de Paris, et ce, deux fois par jour... l'eau, bien plus fluide que la roche ou la terre, va être déplacée elle aussi dans les différentes strates. Faisant alors son travail.

Les silex tout droit sorti des couches calcaires, sont friables et inutilisables tel quel. Il faut les sécher environs 5 jours au soleil, ou une journée auprès d'un feu. Alors, seulement, ils pourront servir comme pierre à feu. Ainsi il est difficile de penser qu'une "roche si dure" que la silice soit si friable, et dans un état de sable même, à un moment donné. Mais tout cela vient uniquement de l'évaporation de l'eau de carrière.



C'est cette dernière qui fait les géodes aussi. Elle a en elle des minéraux et métaux solubilisés, et lorsqu'elle trouve une poche où elle s'accumule, et se retire, elle y laisse des cristaux. Ou des métaux. Ainsi peuvent se créer des filons de quartz qui aideront ensuite à la formation de métaux, comme nous l'enseigne l'Alchimie.

L'eau de carrière joue aussi un rôle important en ce qui concerne le granit. En Bretagne un granit très fin est nomme Kersanton, et il se travaille vite à la sortie de la carrière. Il est si fin que l'on peut y sculpter des "dentelles". Ce dernier se renforce ensuite en séchant et devient alors très dur, formant en surface, une couche de silice de protection. C'est là un effet de l'évaporation de la sèche de la roche. Tout comme la sève d'un arbre, comme le pin, viendrait colmater la surface du tronc.

Le Kersanton. Avantages de la pierre tendre et résistance du granit.

L'eau de carrière est une eau très particulière car elle a été soumise à des pressions énormes et a pu ainsi solubiliser des minéraux et des métaux. Grace au mouvement des couches et strates géologiques, que l'on nomme convection et subduction, il y a un cycle de la terre. Ce qui est en surface passe en dessous, etc. De fait l'eau du sol subit aussi un réchauffement par pression et par le centre de la terre qui se rapproche par ce mouvement, ou s'éloigne. C'est là le "second" cœur minéral. Qui est le plus lent et le plus important.

C'est le secret de la sève des métaux que les anciens Alchimistes se sont évertués à raconter dans leurs ouvrages. De cette "eau" qui ne mouille pas les mains (sous un certain aspect en réalité, qui n'est pas eau, mais qui est eau tout de même, sèche dans un état, et humide dans l'autre, ne mouillant point les doigts car elle s'évapore alors bien trop vite pour en apprécier la qualité aqueuse ... que celui qui a des oreilles entende). 

Cette eau qui jaillit par le régime du feu, habilement mené, cette source de vie que l'Artiste fera poindre dans sa terre, et qui humectera son sol fertilisé, attendant avidement l'eau de rosée pour enfin être fécondée de l'Esprit.

C'est le mystère des fontaines, qui; sortant de nulle part, offrent leurs qualités à qui veut bien y croire, prier, et boire. Cette eau sacrée des anciens druides ... sur laquelle le vaisseau de la foi est souvent érigé, vaisseau de roche religieux. Étonnant alors que l'on retrouve tant de Kersanton dans ces endroits en Bretagne.